Stevie Biden

Vidéo : Stevie Wonder donne un mini-concert pour Joe Biden

Samedi 31 octobre, Stevie Wonder a donné un concert de 20 minutes en soutien à la campagne de Joe Biden.

Quelques semaines après l’annonce de son retour discographique, cette performance donnée à Detroit au profit du candidat démocrate a vu Stevie Wonder interpréter les indéracinables “Higher Ground”, “Superstition” et pour la première fois ses nouveaux titres “Can’t Put It In The Hands Of Fate” et “Where Is Our Love Song”, composée à l’âge de 19 ans mais achevée récemment.

Découvrez le mini-concert de Stevie Wonder ci-dessous.


Stevie Wonder Hurricane Relief 2017

Stevie Wonder crée son label et publie deux nouvelles chansons

À 70 ans, Stevie Wonder, la dernière icône de la musique noire, prend son envol et quitte Motown avec qui il signa son premier contrat à l’âge de onze ans !

Lors d’une conférence de presse virtuelle, le musicien-producteur a multiplié les annonces. Il roulera désormais solo et fonde sa propre maison de disques, So What the Fuss Records, une structure rattachée au groupe Universal.

Plus militant que jamais, Stevie Wonder a également dévoilé deux nouvelles chansons sur sa chaîne YouTube : « Where Is Our Love Song » une balade écrite en 1968, mais enregistrée récemment avec le guitariste Gary Clark, Jr. Stevie Wonder signe également « Can’t Put It In The Hands Of Fate », un hymne go-go entonné avec les rappeurs Busta Rhymes, Rapsody, Cordae et Chika.

Et comme si cela ne suffisait pas, l’artiste aux 25 Grammy Awards annonce la sortie prochaine d’une compilation gospel en collaboration avec Motown (!) et un nouvel album, Through the Eyes of Wonder, attendu depuis une dizaine d’années. Change is now ?

Découvrez « Where Is Our Love Song » et « Can’t Put It In The Hands Of Fate » ci-dessous :



sharon jones-paul-mcgeiver-8928

Sharon Jones reprend Stevie Wonder, Prince et Shuggie Otis dans un nouvel album posthume

Décédée en 2016 des suites d’un cancer, Sharon Jones sera de retour dans un album posthume de reprises à paraître cet automne.

Produit par Daptone Records et disponible le 23 octobre, Just Dropped In (To See What Condition My Rendition Is In) comporte un lot de relectures incluant, entre autres, “Signed, Sealed, Delivered I’m Yours” de Stevie Wonder, “Take Me With U” de Prince, “Inspiration Information” de Shuggie Otis et “What Have You Done For Me Lately?” de Janet Jackson.

Découvrez ci-dessous le tracklisting complet de Just Dropped In (To See What Condition My Rendition Is In) et son premier extrait, “Little By Little”.

Tracklisting

1. “Signed, Sealed, Delivered I’m Yours”
2. “Little By Little”
3. “Just Dropped In (To See What Condition My Condition Was In)”
4. “Here I Am Baby”
5. “What Have You Done For Me Lately?”
6. “Take Me With U”
7. “This Land Is Your Land” (Digital Album Exclusive)
8. “Inspiration Information”
9. “Giving Up”
10. “Rescue Me”
11. “In the Bush”
12. “It Hurts to Be Alone”
13. “Trespasser”


stevie-wonder-on-one-world-concert

Vidéo : Stevie Wonder “Lean On Me/Love’s In Need of Love Today”

Dans la nuit de samedi à dimanche, l’événement One World : Together at Home a réuni une sélection d’artistes du monde de la musique afin de rendre hommage aux combattants et aux victimes du Covid-19.

Sommet soul de ces performances confinées, celle de Stevie Wonder interprétant un medley réunissant “Lean On Me”, le classique du regretté Bill Withers et “Love’s In Need of Love Today”, extrait du cultissime Songs in the Key of Life, restera dans les mémoires.

Découvrez cette vidéo ci-dessous :


Stevie Wonder Harlem 1969

Le “Black Woodstock 1969″ bientôt sur les écrans

Au cours de l’été 1969, le Harlem Cultural Festival avait réuni plus de 300 000 spectateurs au Mount Morris Park. Sly and the Family Stone, Stevie Wonder, Nina Simone, B.B. King, The 5th Dimension, David Ruffin, Mahalia Jackson, the Staple Singers et Gladys Knight and the Pips figuraient à l’affiche de cet événement.

Cinquante ans plus tard, ses 40 heures d’images inédites vont être compilées dans Black Woodstock, un documentaire réalisé par Questlove, le batteur de The Roots et directeur musical de l’émission Late Night with Jimmy Fallon. “Je suis très excité à l’idée de présenter au public la passion, l’histoire et la musique du Harlem Cultural Festival”, déclare ce dernier. “Les performances sont extraordinaires et j’ai été stupéfait en découvrant ces archives pour la première fois. C’est incroyable de visionner après 50 ans une histoire qui n’avait jamais été racontée jusqu’ici et j’ai hâte de la raconter.”

Aucune date de sortie ou de diffusion n’a été annoncée pour le moment. À suivre…


 

 

 


Stevie+Wonder+Summer+of+Soul

Vidéo : “Stevie Wonder, visionnaire et prophète” (Arte, 2019)

À l’occasion des 60 ans du label Motown, Arte propose un documentaire inédit consacré à Stevie Wonder.

Diffusé le 29 novembre, Stevie Wonder, visionnaire et prophète s’attarde sur le caractère la carrière unique d’un musicien hors-normes doublé d’un artiste à la conscience politique aigüe. Basé sur de nombreuses images et interviews d’archives, ce documentaires de 52 minutes réalisé par Julie Veille est également disponible sur le site Arte.TV.

Découvrez ci-dessous le documentaire Stevie Wonder, visionnaire et prophète.


Stevie + Diana

Stevie Wonder et Diana Ross bientôt sur Arte

À l’occasion des 60 ans du label Motown, Arte propose deux documentaires inédits consacrés à Stevie Wonder et Diana Ross.

Le 29 novembre, Stevie Wonder, visionnaire et prophète s’attardera sur le caractère la carrière unique d’un musicien hors-normes doublé d’un artiste à la conscience politique aigüe. La semaine suivante, le 6 décembre, Diana Ross, Suprême Diva, retrace le parcours mouvementé d’une conquérante tenace qui, malgré son talent et son charisme, a dû batailler pour s’imposer dans l’industrie du disque, quitte à écraser quelques rivales au passage…

Basés sur de nombreuses images et interviews d’archives, ces deux documentaires de 52 minutes réalisés par Julie Veille seront également disponibles sur le site Arte.TV à partir du 22 novembre (Stevie Wonder) et du 29 novembre (Diana Ross).


Motown 1969

60 inédits 1969 de la Motown en version digitale

Au moment où Motown Records fête ses 60 ans, la prestigieuse enseigne soul diffuse en version digitale 60 raretés et inédits parus au cours de l’année 1969.

Cette démarche, qui coïncide avec l’arrivée prochaine de ces titres dans le domaine public, permet aux visiteurs de plateformes digitales de (re)découvrir des classiques enfouis, à commencer par une reprise soyeuse de “For Once In My Life” par les Supremes, trois chansons de Stevie Wonder (dont l’uptempo “Can’t Do Without Love” et le superbe “Mister Moon” chanté en falsetto), et des enregistrements rares des Temptations, des Jackson 5, des Spinners, mais aussi de Terry Johnson, Jr. Walker, Ivy Jo, Gladys Knight & The Pips et Kiki Dee, et un superbe instrumental orchestré par Gordon Staples & The Motown Strings, “All The Shades in Between…

Plus de 3 heures et 15 minutes de soul millésime 1969 à écouter ci-dessous !


Stevie Wonder 2019

Live Report : Stevie Wonder, Londres (Hyde Park) 06/07/2019

« Je vais encore jouer trois concerts et prendre une pause… et je voudrais être clair avec vous concernant les rumeurs qui courent à mon sujet », lance Stevie Wonder aux 62 000 spectateurs réunis à Hyde Park depuis à peine deux heures, alors que les dernières mesures de “Superstition” raisonnent encore. « Je vais devoir me faire opérer et subir une transplantation rénale en septembre. Tout va bien, j’ai trouvé un donneur. Je suis venu ici ce soir vous donner mon amour et vous remercier pour tout l’amour que vous me renvoyez », assure la dernière icône de la Motown après un concert décousu, du début à la fin.

Dès l’entame de l’inusable “Master Blaster”, Stevie Wonder semble dépassé, alors même qu’il est sur scène depuis à peine dix minutes. Derrière lui, ses fidèles musiciens et choristes redoublent d’energie et couvrent sa voix souvent méconnaissable, mais rien n’y fait. Amaigri et semblant à bout de souffle, le chanteur balbutie un répertoire usé jusqu’à la corde. La Wild Card offerte au jeune chanteur anglais Daley et la relecture de “Creepin’”, en duo avec Corinne Bailey Rae, ne fonctionne pas davantage et laisse présager le pire. Bienveillant, le public anglais joue le douzième homme avec panache, galvanisé par des hectolitres de bières et de rosé, made in Bulgary, engloutis entre deux portions de fish & chips. Sur scène, Stevie Wonder joue à peine depuis une heure, mais il a déjà passé la main à DJ Qwess Coast pour un interminable et sinistre hommage où des tubes de Prince, David Bowie, Marvin Gaye, Michael Jackson et Aretha Franklin sont diffusés sur une sono indigne.

Alors que le naufrage semble inéluctable et que la foule commence à s’ennuyer ferme sous la pluie, Stevie Wonder reprend les commandes de son vaisseau amiral pour une dernière demie-heure de balades en forme d’épitaphe, dopée par une version survitaminée de “Do I Do”, sauvé des eaux par miracle. Comme pour signifier au monde entier que les héros sont immortels. Quoiqu’il arrive.

Setlist

September
As If You Read My Mind
Master blaster feat Jammin’
Higher ground
Dont you Worry About A Thing
Rocket love
You and I (duo avec Daley)
For Once In My Life
That girl
Creepin’ (duo avec Corinne Bailey Rae)
Signed Sealed & Delivered (I’m Yours)

DJ set by Qwess Coast
What’s Going On
Billie Jean
When Doves Cry
Let’s Dance
Rehab
Respect

Sir Duke
I Wish
Living For The City
My Cherie amour
You are Sunshine Of My Life
Imagine
I Just Called To Say I Love You
Do I do
Superstition


Stevie+Wonder+Live

Stevie Wonder en concert exceptionnel à Londres

Trois ans après son passage mémorable à Hyde Park, Stevie Wonder, la dernière légende de la Motown, sera de retour à Londres cet été.

Plus de 60 000 personnes sont attendues à cette grande messe soul en plein air, à nouveau à Hyde Park, pour célébrer « la vie, l’amour et la musique » avec Lionel Richie en première partie.

Après le concert organisé par Quincy Jones en mémoire de Michael Jackson le 23 juin dans la capitale anglaise, Londres sera bientôt « the place to be” pour tous les amateurs de musique noire.

Billetterie

PS : Le lendemain de son show londonien, Stevie Wonder donnera un concert supplémentaire le 9 juillet à la 3Arena de Dublin.


ce-bruce_talamon_art_edition-image_02_06911

Gagnez des exemplaires du livre “Soul R&B Funk, Photographs 1972-1982″ (TERMINÉ)

En partenariat avec Taschen, FunkU vous propose de remporter des exemplaires du beau livre Soul. R&B. Funk, Photographs 1972-1982 de Bruce W. Talamon.

Photographe personnel d’Earth Wind & Fire et de Bob Marley, Bruce W. Talamon a immortalisé les plus grands artistes afro-américains au quatre coins du globe. La quintessence de son travail unique, capté entre 1972 et 1982, sera publiée pour la première fois dans le courant du mois d’août par l’éditeur allemand Taschen. On retrouve dans les 376 pages de Soul. R&B. Funk. Photographs 1972–1982 près de 300 clichés iconiques de Marvin Gaye, Earth Wind & Fire, Stevie Wonder, Donna Summer, The Jackson Five, Diana Ross, James Brown, George Clinton, Gil Scott-Heron, Chaka Khan et bien d’autres.

Un ouvrage indispensable publié en édition simple, et, pour les plus fortunés, en version limitée à 500 exemplaires au format XXL (40 centimètres de hauteur) incluant quatre tirages signés.

Pour remporter les exemplaires de l’édition simple mises en jeu, il suffit de répondre à la question suivante en nous écrivant à concoursfunku@gmail.com avant le dimanche 14 octobre minuit. N’oubliez pas d’ajouter vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse postale) ! Concours réservé à la France Métropolitaine.

    • Quel numéro papier de Funk★U avait été illustré par les photos de Bruce W. Talamon ?

CONCOURS TERMINÉ ! Bravo à Thibaut G., Pauline M. et Anouar H. qui ont trouvé la bonne réponse : Funk★U n°11 (N°17 également accepté).

Book bruce_talamon_art_edition-cover_06911

 

 


stevie-wonder-aretha-franklin-funeral-01

Stevie Wonder et Chaka Khan rendent hommage à Aretha Franklin

Vendredi 31 août, un parterre d’artistes et de personnalités ont rendu hommage à Aretha Franklin au Greater Grace Temple de Detroit.

Stevie Wonder a conclu une cérémonie riche en temps forts avec une performance de l’hymne spirituel “The Lord’s Prayer” à l’harmonica et “As”. “We need to make love great again because black lives and all lives do matter”, a déclaré Stevie Wonder lors d’une apparition de 15 minutes à revivre ci-dessous dans son intégralité.

Plus tôt dans l’après-midi, Chaka Khan avait interprété avec vigueur le gospel “Going Up Yonder” entourée d’une chorale et d’une section cuivres.

Rest in peace, Queen of soul…


Retour en haut ↑