Chromeo 2018

Audio : Chromeo “Bad Decision”

Attendu le 15 juin, Head Over Heels, le cinquième album de Chromeo, poursuit la trajectoire electro-funk-pop du duo canadien constitué par Patrick Gemayel et David Macklovitch.

Parmi les temps forts d’un album où les propositions dancefloor côtoient d’authentiques pépites funky – la blue-eyed soul groovy de “Slumming It”, le Princier “One Track Mind” et le très Chic “Just Friends (feat. Amber Mark)” en tête -, “Bad Decision”, le deuxième extrait d’Head Over Heels, s’impose comme un des sommets de cet excellent cru assuré par un casting incluant, entre autres, Raphael Saadiq, Rodney Jerkins, Pino Palladino et Jesse Johnson, en renfort sur “Must Have Been”.

Découvrez ci-dessus “Bad Decision”, et ci-dessous le clip de “Must Have Been” (feat DRAM et Jesse Johnson). Chromeo en concert à Paris (Élysée-Montmartre) le samedi 26 mai.



the-time-jungle-love-1364286288

Audio : Jesse Johnson “Jungle Love” (original demo)

Paru en 1984 sur l’album Ice Cream Castle de The Time, “Jungle Love” est un des titres les plus célèbres de la discographie du groupe Minnéapolitain. Cette composition phare est signée Jesse Johnson, qui a dévoilé cette semaine sa maquette solo du titre sur lequel il joue de tous les instruments (guitare, basse et claviers).

“Nous venions tout juste de terminer la tournée avec Prince, The Time et Vanity 6 lorsque j’ai tendu nerveusement une cassette à bandes dorées (ces cassettes avaient un look si cool)”, raconte Jesse Johnson. “Je précise “nerveusement”, car avant d’apprécier le morceau “Bite The Beat” que j’avais composé pour Vanity 6, Prince se moquait souvent beaucoup des soi-disantes idées musicales que je lui apportais. J’aurais dû lui jeter la cassette et partir en courant, mais il m’a pris de court lorsqu’il a répondu “allons l’écouter tout de suite.” Je me suis dit “ah, ok” et on est allés l’écouter dans ma voiture, une Honda Civic sans climatisation en plein été avec un soud-system artisanal. Dingue ! J’ai mis la cassette, monté le son et au bout de 30 secondes Prince a hurlé “Fuck, c’est exactement ce dont je veux parler !!!!!!!!!”.

Cliquez sur la photo ci-dessous pour découvrir la démo de “Jungle Love” par Jesse Johnson. Jesse Johnson 11

 


Capture d’écran 2015-03-08 à 22.10.02

Live Report : D’Angelo, Bruxelles (Forest National) 07/03/2015

Sur le papier, la dernière date du Second Coming Tour de D’angelo n’était sans doute pas la plus excitante (configuration floue, choix de salle surprenante) et pourtant… Gradins bâchés de noir dans le Forest National de Bruxelles. Le show débute avec un son imprécis qui, heureusement, ne tardera pas à devenir excellent. The Vanguard est plus tight qu’en début de tournée et les jams extended s’enchaînent bientôt à une vitesse affolante. Cette même formation qui semblait en garder sous le pied quelques semaines plus tôt à Paris se lâche complètement pour cette dernière.

Un mash-up “Brown Sugar/Four Play” (Fred Wesley) ne laisse aucun répit au public bruxellois, “The Charade”, proche de la version du Saturday Night Live, conclue sur un solo de Jesse Johnson d’excellente facture le set principal, puis sonnent les rappels qui propulseront le concert au niveau supérieur (“Back to the Future”, “Chicken Grease” en mode Parade Tour 86). Final attendu par beaucoup sur un long et langoureux “Untitled”, une conclusion downtempo bienvenue pour faire descendre le thermomètre funk au bout de 140 minutes de show.

La fête se terminera au petit matin au Fuse de Bruxelles avec DJ Questlove aux platines, venu soutenir son ami de longue date avec diffusion à foison de purple bootlegs avant le retour du groupe au complet à New York. Retour en Europe prévu dans quelques mois à l’occasion des festivals d’été.

De nos envoyés spéciaux à Bruxelles Chris “Vinyl” Baby & Ronan “24-bit” M (photos).

Setlist

  • Prayer
    1000 deaths
    Ain’t that Easy
    Vanguard Theme
    Feel like makin love
    Really love
    One mo gin
    Brown Sugar/Four play
    The charade
    Sugah Daddy
    —-
    Back to the future
    Left & right
    Chicken Grease

    Till it’s done (tutu)
    Untitled (how does it feel)


DAngelo+Paris+Palais+Des+Congres

Live Report : D’Angelo, Paris (Palais des Congrès) 16/02/2015

Report 1

Programmé entre le Ballet de l’opéra de Moscou et le 30ème festival des arts martiaux, D’Angelo a donné lundi le cinquième concert parisien de sa carrière dans un Palais des congrès rempli aux deux tiers. Un curieux choix de salle et des premières craintes sonores rapidement confirmées lorsque l’auditorium géant de la Porte Maillot déboîte d’entrée un “1000 Deaths” indistinct et capable de faire passer le mix boueux de Black Messiah pour un rêve d’audiophile.

Peu adaptée au funk sec et tight de D’Angelo et the Vanguard, son supergroupe réunissant entre autres Pino Palladino (basse), Jesse Johnson (guitare), Chris Dave (batterie) et Kendra Foster (épatante choriste P-Funk tristement sous-employée sur cette nouvelle tournée), la configuration du Palais des congrès a magnifié les limites d’un ensemble capable de réelles fulgurances, mais dont les jams tournent parfois court à force de vouloir saluer de trop près ses aînés (“One Mo’Gin” et “Chicken Grease” flashés à 140 croches/minutes sur l’autoroute Minneapolis-Paris).

Un look, une ambiance : la première moitié du concert en cuir biker pour les ballades rock (“Ain’t That Easy”), puis en poncho à carreaux pour les séquences soul et latino (“One Mo’Gin”, “Really Love”). D’Angelo, aguerri aux automatismes scéniques depuis son comeback en 2012, communique davantage avec son public et termine seul ce qu’il avait commencé seul deux heures plus tôt avec “Untitled (How Does it Feel)” lors d’un grand final remake de l’historique tournée Voodoo, en 2000. Sommet de la soirée : un “Sugah Daddy” prolongé par le “Sir Nose D’Voidoffunk” de Parliament et embouti dans le “You Can Have Watergate Just Gimme Some Bucks and I’ll Be Straight” des JB’s.

Right time, wrong place. Ah, revoir le même set en club…

SlyStoned

Report 2

C’est avec une setlist un peu plus courte que celle de Zurich et de Cologne (pas d’”Alright”, de “Left & Right” ni de “Lady” ce soir) que D’Angelo a régalé Paris hier soir. L’introduction du show, décidément plus rock, annonce et confirme le tournant psychédélique que le natif de Richmond a entrepris dans Black Messiah, paru il y a deux mois. Néanmoins, le son était globalement, et selon les endroits, plutôt mauvais (notamment dans les quinze premiers rangs). L’acoustique du lieu y est clairement pour quelque chose.

Exceptés ces désagréments sonores, D’Angelo a fait le show, altérant les hommages funkadelico-princiers (lumières pourpres notamment en intro) et Jamesbrowniens. Les version live de “One Mo’gin”, “Brown Sugar” et “How Does It Feel ” sont les points forts de la soirée. Mention très spéciale au guitariste Isaiah Sharkey qui a tenu le fort pendant près de 105 minutes, face à un Jesse Johnson inaudible et presque apathique.

Jim Zelechowski

Setlist

“Prayer”
“1000 Deaths”
“Ain’t That Easy”
“Feel Like Makin’ Love”
“Really Love”
“One Mo’Gin”
“Brown Sugar”
“The Charade”
“Sugah Daddy/Sir Nose D’Voidoffunk/You Can Have Watergate Just Gimme Some Bucks and I’ll Be Straight”
“Back to the Future”
“Chicken Grease/What It Do”
“Untitled (How Does It Feel)”


D'Angelo Apollo 2015

Vidéo : D’Angelo live Apollo Theater (07/02/2015)

Le warm-up show de D’Angelo à l’Apollo Theater de New York a eu lieu samedi soir à New York. L’auteur de Black Messiah et The Vanguard, son backing-band comprenant, entre autres, Jesse Johnson, Pino Palladino, Kendra Foster, Chris Dave à la batterie (à la place de John Blackwell) et une section cuivres ont donné un concert d’environ 100 minutes au cours duquel ont été interprétés de nombreux extraits de Black Messiah et de Voodoo (voir setlist).

En attendant le début d’une tournée européenne qui débutera jeudi à Zurich, découvrez les premières vidéos de “Sugah Daddy”, “Really Love” et “Untitled (How Does it Feel)”

Attention, spoilers !

Setlist

  • Prayer
  • 1000 Deaths
  • Ain’t That Easy
  • Feel Like Makin’ Love
  • Really Love
  • One Mo’Gin
  • Another Life
  • Alright
  • Brown Sugar
  • The Charade
  • Sugah Daddy
  • Lady
  • Back to the Future (Part I & II )
  • Left and Right
  • Chicken Grease/What I Do
  • Till It’s Done
  • Untitled (How Does It Feel)






DAngelo-performs-The-Charade-on-SNL

Vidéo : D’Angelo en live au Saturday Night Live (31/01/2015)

Samedi soir, D’Angelo & the Vanguard ont donné un avant-goût de leur imminente tournée européenne sur le plateau du Saturday Night Live. Composé, entre autres, de Jesse Johnson (guitare), John Blackwell (batterie), Pino Palladino (basse) et Kendra Foster (choeurs), le groupe et l’auteur de Black Messiah ont interprété “Really Love” et “The Charade”. Une performance à visionner ci-dessus.


jessejohnson

Audio : Jesse Johnson “Mommy, What’s a Funkadelic ?”

Jesse Johnson, illustre guitariste de la mafia Minnéapolitaine et récent collaborateur de D’Angelo, a généreusement publié sur sa page Facebook une reprise éclatante de “Mommy, What’s a Funkadelic ?”, un titre extrait du premier album éponyme de Funkadelic (1970), accompagnée d’un petit mot :

Hello,
Je suis juste en train de jammer tout seul mon coin. Ce morceau est dédicacé à tous ceux qui m’aiment et je les aime en retour.
À tous,
LovePeace,
Jesse

Enjoy !


D'Angelo + MJ

D’Angelo sur le nouvel album posthume de Michael Jackson (update)

Deux jours après l’annonce de la sortie le 12 mai de Xscape, un album de chansons inédites de Michael Jackson remixées par un aréopage de producteurs R&B/hip-hop, Jesse Johnson confirme sur sa page Facebook la présence de D’Angelo et son touring band sur une des huit sélections du projet. Le titre mystère (“Hot Fun in the Summertime”, une reprise du titre de Sly and the Family Stone !) remis au goût du jour par D’Angelo & co comporterait également une partie vocale de Mary J. Blige. Révélation du tracklist final dans quelques jours !

Le post Facebook de Jesse Johnson :

Michael Jackson & D’Angelo+ Mary J Blige
“H** ** *** *********e”

Produced by D’ANGELO

Michael+D’Angelo+Mary-VOCALS

D’Angelo-All keys+Sitar
Jesse Johnson-All guitars (Taylor T5z & T5 Acoustics)
Ahmir “Questlove” Thompson-Drums (aka: “Afican Telephone”)
Pino Palladino-Basssss
Eric “Ric” Leeds-all Horns

Engineers:
Russ Elevado
Ben Kane
Executive Producer:
John McClain

I was very honored to have been chosen to a part of this event. I hope it brings the same kind of pleasure to your earholes as it did to ours making it.

LovePeace,
Jesse J


Vidéo : D’Angelo “Funky Dollar Bill/Hit it and Quit it” Live Bonnaroo 2012

Dans le troisième épisode de la série Origins, D’Angelo et Questlove propose un nouvel extrait du SuperJam du Festival Bonnaroo, filmé le 9 juin 2012. Au programme : une performance implacable de “Funky Dollar Bill” enchaîné avec ”Hit it and Quit it”, deux classiques de Funkadelic respectivement présents dans Free your Mind… And your Ass Will Follow (1970) et  Maggot Brain (1971). Admirez en passant ces solos Eddie Hazeliens de Jesse Johnson !


Vidéo : D’Angelo “Pride & Vanity” (Ohio Players) Bonnaroo Superjam 2012

Dans ce deuxième épisode consacré au Superjam surprise donné au festival Bonnaroo en 2012, le réalisateur Danny Clinch nous entraîne dans les coulisses de ce show unique. Au programme, rencontre avec les musiciens (Pino Palladino, Eric Leeds, Jesse Johnson) en pleine répétition et une reprise groovy du “Pride & Vanity” des Ohio Players (cette dernière démarre au bout de 3:30).


Vidéo : D’Angelo “My Summertime Thang” Bonnaroo Superjam 09/06/2012

D'Angelo live @ Bonnaroo 10.06.2012

En juin 2012, D’Angelo et Questlove avaient crée la surprise lors du Bonnaroo Superjam, un concert en partie improvisé organisé en marge du Festival rock Bonnaroo. Voici un mini-documentaire retraçant une soirée particulière comprenant une reprise exubérante de The Time (“My Summertime Thang”; Pandemonium), en compagnie des Roots, Eric Leeds et du guitariste original des Time Jesse Johnson.


white house picture

Fred Wesley, Booker T. et Jesse Johnson à la Maison blanche !

Saviez-vous que Fred Wesley, Booker T. Jones et Jesse Johnson (mais aussi Narada Michael Walden, Freddie Hendrix, trompettiste des JB’s et Rhonda Smith, l’ancienne bassiste de Prince) avaient été reçus à la Maison blanche en février dernier à l’occasion du concert Red, White and Blues ? La preuve en image avec une photographie dédicacée par… Michelle Obama !


Retour en haut ↑