tales-from-the-tour-bus2

Tales from the Tour Bus, le cartoon 100% funky

La chaîne de télévision payante OCS vient de diffuser la deuxième saison de Tales from the Tour Bus, une série documentaire de Mike Judge (créateur dans les années 1990 de la série Beavis and Butthead) réalisée sous la forme de dessins animés.

La première saison, diffusée en 2017, était consacrée aux personnalités légendaires de la country music. Cette nouvelle saison*, en huit épisodes, met le funk à l’honneur en retraçant les destins de George Clinton, Rick James (deux épisodes), Bootsy Collins, James Brown (2 épisodes), Morris Day et Betty Davis. L’animation permet d’offrir la reconstitution d’anecdotes racontées par les artistes eux-mêmes (George Clinton, Bootsy Collins, Morris Day), leurs amis ou leurs collaborateurs.

Ces reconstitutions, émouvantes ou hilarantes, révèlent d’une façon unique les extraordinaires destins de ces musiciens et interprètes. Des images d’archives agrémentent également les témoignages et anecdotes peu connues, voire inédites. Jamais, ou plus que rarement, le funk n’avait bénéficié à la télévision d’une exposition aussi remarquable de son histoire. Immanquable !

Jérôme Doucet

* actuellement disponible en replay pour les abonnés d’OCS.


teena-marie_1819760b

Teena Marie “Ooo La La : The Epic Anthology”

Disparue en 2010 à l’âge de 54 ans, Teena Marie fera l’objet le 7 avril d’une anthologie 2-CDs regroupant ses enregistrements phares pour le label Epic entre 1983 et 1991.

Ooo La La : The Epic Anthology aligne 25 titres regroupés sur deux disques. Sous-titré Fierce & Funky – Work it, le premier propose ses titres les plus groovy dont “Jammin”, “Lovergirl” et une série de versions longues et de remixes. Dédié aux ballades, Slow & Sexy – The Once and Future Dream,  le second CD offre une sélection downtempo avec “Ooo La La”, “Out on a Limb” et “The Once and Future Dream”, enregistré en 1988 avec son mentor et associé Rick James.

Ce double-CD distribué par Cherry Red Records sera également accompagné de notes de pochettes du journaliste Rashod Ollison et de commentaires de David Nathan, fondateur du label SoulMusic Records ayant fréquemment interviewé Teena Marie (informations).

Tracklisting

CD1 : Fierce & Funky – Work it
TEENA-MARIE1. Lovergirl (Special 12″ Dance Mix)
2. Jammin’ (DanceMix – Long Version)
3. Lips To Find You (Extented Version)
4. 14K (Extented Version-Dance Mix)
5. Fix It (12” Version)
6. Surrealistic Pillow (Sexy Pillow Re-Mix)
7. Playboy (12” Remix
8. Starchild
9. Midnight Magnet
10. Work It (Extented LP Mix)
11. Here’s Looking  At You (12″ Club)
12. Bad Boy (The House Arrest Mix)

CD2 : Slow & Sexy – The Once and Future Dream
1. Ooo La La  (12” Version)
2. Since Day One (Jazzie’s Radio Version)
3. Just Us Two (The Garage Mix)
4. Soulmates – Q.T. Hush with Teena Marie
5. Dear Lover
6. Cassanova Brown
7. Out On a Limb (Special Version)
8. Love Me Down Easy (US 12″ Single Version)
9. If I Were a Bell (Extented Version)
10. Miracles NeedWings To Fly
11. My Dear Mr. Gaye
12. Batucada Suite
13. The Once And Future Dream (Featuring Rick James)



Motown Recording Artist Rick James

Video : Rick James “Unsung TV Series”

La série Unsung démarre sa nouvelle saison avec un épisode dédié à Rick James. Où il est question de sexe, de drogue(s), de violence domestique et, heureusement, d’un peu de funk ! La saga du Superfreak, complément conseillé à la lecture de la sulfureuse autobiographie Glow, est à visionner ci-dessus.


XXX GLOW RICKJAMES 9781476764146_HR.JPG D FEA

“Glow, The Autobiography of Rick James”

2014 aura été riche en autobiographies de musiciens de légende. Glow, co-écrit par David Ritz -auteur d’ouvrages sur Marvin Gaye et Ray Charles- retrace la carrière homérique de Rick James. Huit choses à retenir d’une vie qu’on pourrait résumer en trois mots : sexe, drogues et punk/funk !

  • Rick James a connu dix ans de galère avant de s’imposer

Loin d’avoir connu un début de carrière fracassant, Rick James a végété pendant plus d’une dizaine d’années dans le music-business avant de décrocher le succès avec son premier album solo Come Get It ! paru chez Motown en 1978. Les Mynah Birds, une formation pop/R&B dans lequel officient Neil Young et Bruce Palmer (futur bassiste de Buffalo Springfield), sont signés sur le label de Berry Gordy en 1966. Leur album ne sortira jamais, Rick James ayant échappé à la guerre du Vietnam en s’enfuyant au Canada, d’où le groupe est originaire.

À la fin des années 1960, James fréquente les stars du Laurel Canyon dans l’espoir d’atteindre la renommée de Joni Mitchell, James Taylor et surtout Crosby Stills Nash & Young. Bad luck : Alors qu’il pensait intégrer le quatuor désigné comme les Beatles américains, c’est le bassiste Greg Reeves, moitié de son duo prometteur Salt’n’Pepper, qui est invité à rejoindre CSNY.

En 1972, White Cane, un hybride jazz-funk-rock publie son premier (et unique) album The Great White Cane sur le label Lion. Un échec retentissant dû, d’après Rick James, un processus de production calamiteux au cours duquel le chanteur avait été exclu du studio par une équipe technique exaspérée par ses remarques.


 

  • Rick James a failli être assassiné par Charles Manson

La tuerie du Benedict Canyon, imputée aux adorateurs de Charles Manson, était un des signaux meurtriers de la fin des joyeuses sixties. Jay Sebring, à l’époque propriétaire des salons de coiffures préférés des stars hollywoodiennes et manager de Rick James, invite un soir d’août 1969 son poulain à une soirée organisée dans la villa de Sharon Tate, alors épouse de Roman Polanski. Par chance, Rick James, victime d’une migraine suite à des excès commis la veille au soir, décline l’invitation et échappe au massacre dont seront victimes, entre autres, Jay Sebring et Sharon Tate.

Motown Recording Artist Rick James
 

  • Rick James doit son nom de scène à Stevie Wonder

Né James Ambrose Johnson, Jr. le 1er février 1948, l’auteur de « Give It To Me Baby » et « Superfreak », après avoir démarré sa carrière professionnelle sous le nom Ricky James Matthews, a été baptisé Rick James par Stevie Wonder qui trouvait son patronyme trop long.

 

  • Rick James se prenait pour Scarface

Dealer depuis l’adolescence dans les rues de Buffalo puis celles de Los Angeles, Rick James avait l’habitude, au début des années 1970, de s’approvisionner directement à la source en allant chercher sa cocaïne pharmaceutique en Colombie et en Inde !

 

  • Rick James détestait vraiment Prince

Cible récurrente de Glow, Prince en prend pour son grade dès sa première tournée commune avec Rick James, en 1980. James l’accuse (entre autres), d’avoir copié son look outrancier, son funk aux couleurs pop, ses chorégraphies scéniques et son groupe de filles Vanity 6, décalque, selon lui des Mary Jane Girls. Décrit comme arrogant (ainsi que ses musiciens) Prince aurait également commis un crime de lèse-majesté en refusant de signer un autographe à la mère de Rick James. Des représailles, après que James, quelques années plus tôt, eut fait ingurgiter de force une bouteille de cognac à un Prince pleurant de colère ?

Prince+RickJames
 

  • Rick James a improvisé « Superfreak » en direct dans le studio

Une simple ligne de basse jouée pendant l’enregistrement de Street Songs (1981) est à l’origine du plus grand hit de la carrière de Rick James. « J’ai improvisé ce riff que je trouvais hypnotique. « J’ai demandé à un ingé-son de brancher un micro et j’ai commencé à chanter cette histoire comme elle me venait, l’histoire d’une super-break. Je n’ai pas écrit un seul mot, je l’ai improvisée en direct. C’est venu comme ça », raconte Rick James dans Glow.

  • Rick James était un starfucker

Le tableau de chasse du Superfreak est particulièrement impressionnant : entre groupies, mannequins, princesses, prostituées et girlfriends occasionnelles, l’ouvrage cite les noms de Jan Gaye (ex-femme de Marvin et inspiratrice de Let’s Get It On), Teena Marie, Catherine Oxenberg (de la série Dynastie) et Linda Blair, la vedette de L’exorciste !

  • Rick James avait neuf drogues différentes dans le corps au moment de sa mort

Le 6 août 2004, Rick James décède d’une crise cardiaque à l’âge de 56 ans. L’autopsie révélera que son corps contenait neuf drogues différentes, dont de la cocaïne, du valium, du Vicodin et de la méthamphétamine.

Rick James Glow

Glow, The Autobiography of Rick James de David Ritz *** (Atria Books, 346 pages).
Disponible uniquement en anglais.


Motown Recording Artist Rick James

Un biopic en préparation sur Rick James

Après le succès commercial et critique de Get on Up, le biopic de James Brown qui a récolté plus de 13 millions de dollars la semaine de sa sortie, Ty James, la fille du Superfreak disparu en 2004, a révélé dans un entretien à soultrain.com la mise en chantier d’un long-métrage consacré à la vie de Rick James. “Ce film sera sans tabou”, explique Ty James. “Mon père souffrait d’un véritable problème de drogue et nous n’allons pas cacher cette réalité. C’est une maladie terrible et le public doit comprendre les conséquences d’une addiction à grande échelle. Ce film sera aussi dynamique que l’autobiographie de mon père. Nous voulons qu’il soit fier de ce projet. Son héritage est très important et nous voulons que ce film soit intelligent et informatif.”

Dans ce même interview, Ty James annonce que l’acteur choisi pour interpréter Rick James a été trouvé. Son nom n’est pas dévoilé, mais ses initiales seraient “T.H.”. Les paris sont ouverts…


Rick James Kickin

Un album inédit de Rick James disponible en version digitale

Enregistré pour Warner Bros. en 1989 mais jamais sorti de manière officielle, Kickin’, un album inédit de Rick James, est aujourd’hui disponible sur les plateformes digitales (iTunes, Deezer, Spotify…). Cette sortie accompagne celle de Glow, l’autobiographie sulfureuse du Super Freak dont nous reparlerons très prochainement dans ces colonnes.

Thanks David D. !

Tracklisting

  1. “Kickin’”
  2. “Day And Night”
  3. “Teach Me”
  4. “Black and White”
  5. “Runaway Love”
  6. “School You” (re-titled “School Me” for commercial release)
  7. “Anything and Everything”
  8. “U Got it Real Good” (re-titled “You Got it Real Bad” for commercial release)
  9. “Get Wit It”
  10. “Rock and Roll Eyes”


Club Motown

John Morales remixe la Motown dans “Club Motown”

Club MotownJohn Morales, DJ/remixeur et producteur de légende, publiera le 21 juillet Club Motown, un double CD comprenant des remixes de titres de la Motown datant de la fin des années 1970 et du début des années 1980. L’occasion de retrouver les versions longues des Temptations, des Commodores, Rick James, Diana Ross, Vanity, Debarge, Teena Marie et bien d’autres. À noter que Club Motown sera précédé le 7 juillet par la sortie d’un maxi inédit John Morales Presents: Motown Divas, qui proposera des remixes rares et inédits de Val Young, Thelma Houston, Diana Ross et Teena Marie. Tracklisting ci-dessous.

Tracklisting

CD1

1. Dennis Edwards featuring Siedah Garrett – Don’t Look any Further (12 Inch Remix)

2. Michael Lovesmith – Ain’t Nothing Like It (Extended M+M mix)

3. Mary Jane Girls – In My House

4. The Temptations ft Rick James – Standing On The Top (Long LP version)

5. Lionel Richie – All Night Long (All Night) (12” Version)

6. Vanity – Under The Influence (M+M Mid-Day Mix)

7. Commodores – Night Shift (M+M Club Mix)

8. Debarge – Rhythm Of The Night (Long M+M Version)

9. Phyllis St James – Candlelight Afternoon

10. Bobby Nunn – Don’t Knock It (Until You Try It)

11. Jermaine Jackson – Let’s Get Serious (Extended Version)

 

CD2

1. The Temptations – Treat Her Like a Lady (M+M Club Mix)

2. Rockwell – Somebody’s Watching Me (Extended Version)

3. Rick James – Super Freak (12” Mix)

4. Stacy Lattisaw – Jump Into My Life (Dance Mix)

 

Bonus Tracks: Previously Unreleased John Morales M+M Mix’s:

5. Teena Marie – I Need Your Loving (John Morales M+M CD Mix)

6. Val Young – If You Should Ever Be Lonely (John Morales M+M Mix)

7. Diana Ross – The Boss (John Morales M+M Mix)

8. Thelma Houston – Saturday Night, Sunday Morning (John Morales M+M Mix)

9. Tata Vega – Get It Up For Love (John Morales M+M CD Mix)

 

12” John Morales Presents: Motown Divas :

Disk 1

Side A: Teena Marie – I Need Your Lovin (M+M Lovin All Night Long Mix)

Side B: Teena Marie – I Need Your Loving (M+M Instrumental Mix)

Side B2: Diana Ross – The Boss (JM Extended Mix) (M+M Instrumental Mix)

 

Disk 2

Side A: Tata Vega – Get It Up For Love (The Get It Up, Get It Up 12” Mix )

Side B: Tata Vega – Get It Up For Love (M+M Instrumental Mix)

Side B2: Val Young – If You Should Ever Be Lonely (M+M Instrumental Mix)

 

www.johnmoralesmix.com


Motown Recording Artist Rick James

L’autobiographie de Rick James en juillet

Rick James GlowGlow : the Autobiography of Rick James paraîtra le 8 juillet. Co-signée par David Ritz, déjà auteur de Divided Soul : The Life of Marvin Gaye, cette autobiographie publiée en anglais par Simon & Schuster reviendra sur “les fêtes, la douleur, l’égo monstrueux et les obsessions de dingue”, et dévoilera de nombreuses anecdotes sur (entre autres) Berry Gordy, Neil Young et Prince.

Un ouvrage posthume qui paraîtra dix ans après la disparition du Super Freak, en août 2004.


Rick-James-RSD

Un remix inédit de Rick James pour le Disquaire Day

Avec près de 600 sorties annoncées, l’édition 2014 du Disquaire Day promet de satisfaire pleinement les fans du support vinylique. Une nouveauté de choix vient de s’ajouter à la fête du microsillon qui aura lieu cette année le 19 avril : un maxi 45-tours de Rick James limité à 2000 exemplaires proposera le remix inédit de “You and I (M+M Extended)” par le légendaire DJ John Morales. La face-B offrira une version live de “Fire and Desire”, un duo avec Teena Marie capturé sur une scène de Long Beach en juin 1981, déjà disponible dans l’édition CD Deluxe de Street Songs.


Concours : Gagnez 15 compilations 2-CDs “Générations Soul”

Le 11 novembre, Wagram Music en collaboration avec la radio Générations 88.2 a publié une compilation 2-CDs au contenu aussi riche que varié. Générations Soul aligne 36 sélections soul-funk-disco où les incunables (« The Boss » de James Brown, « Searching » de Roy Ayers, « Got to Give it Up » de Marvin Gaye, « Love Hangover » de Diana Ross) côtoient des perles des Five Stairsteps, Freda Payne, Keni Burke, Syl Johnson, Rick James, mais aussi des album tracks estimables signées des Jackson 5 (« 2-4-6-8″), des Isley Brothers (« Footsteps in the Dark ») et de Barry White « It’s Only Love Doing Its Thing ».

En partenariat avec Wagram Music, Funk★U vous offre 15 compilations Générations Soul. Pour tenter votre chance, répondez à la question suivante et envoyez-nous vos réponses accompagnées de vos coordonnées (nom, prénom, mail, adresse) à concoursfunku@gmail.com avant le vendredi 15 novembre minuit. Les gagnants seront tirés au sort et prévenus par mail.

  • Quel célèbre rappeur west-coast a samplé “Footsteps in the Dark” des Isley Brothers en 1993 ?

Générations Soul (Wagram Music). Sortie le 11 novembre. Compilation 2CDs également disponible sur iTunes.

CONCOURS TERMINÉ !

Bravo à Sébastien, Emmanuel, Christine, Pierre, Melissa, Mathieu, Stéphane, Jean-Pierre, Valérie, Nabil, Mathieu, Sylvie, Pascal, Emmanuel et Fabrice qui ont trouvé la bonne réponse : ICE CUBE dans “It Was a Good Day”.


Tracklisting CD1 :

•    KOOL & THE GANG Hollywood Swinging
•    MARVIN GAYE   Got To Give It Up
•    THE TEMPTATIONS Masterpiece
•    THE ISLEY BROTHERS Footsteps In The Dark
•    ANN PEEBLES I’m Gonna Tear Your Playhouse Down
•    HOLLAND-DOZIER FEAT. LAMONT DOZIER  Why Can’t We Be Lovers
•    JACKSON 5  2-4-6-8
•    FREDA PAYNE  The Unhooked Generation
•    MICHAEL WYCOFF Lookin’ Up To You
•    AL GREEN Love & Happiness
•    KENI BURKE Risin’ To The Top
•    RUFUS & CHAKA KHAN Stay
•    MTUME You Are My Sunshine
•    JOE CUBA Do You Feel It ?
•    CREATIVE SOURCE Who Is He & What Is He To You
•    BLACK IVORY I Keep Asking You Questions
•    SYDNEY JOE QUALLS Good Ol’ Funky Music
•    TOM TOM CLUB Genius Of Love

Tracklisting CD2 :

•    DIANA ROSS Love Hangover
•    EARTH WIND & FIRE Getaway
•    JAMES BROWN The Boss
•    ROY AYERS Searching
•    AVERAGE WHITE BAND Person To Person
•    BARRY WHITE It’s Only Love Doing Its Thing
•    LEON HAYWOOD I Wanna Do Something Freaky To You
•    O.V. WRIGHT Let’s Straighten It Out
•    BILLY PAUL Let The Dollar Circulate
•    SYL JOHNSON I Hate I Walked Away
•    THE MAIN INGREDIENT Let Me Prove My Love To You
•    RICK JAMES Hollywood
•    SHALAMAR I Don’t Wanna Be The Last To Know
•    SOS BAND No One’s Gonna Love You
•    SURFACE Happy
•    GLENN JONES Show Me
•    THE FIVE STAIRSTEPS O-o-h Child
•    TOTO FEAT. CHERYL LYNN Georgy Porgy

 


“Générations Soul” : un panorama soul-disco-funk en 36 classiques

Le 11 novembre, Wagram Music en collaboration avec la radio Générations 88.2 publiera une compilation 2-CDs au contenu aussi riche que varié. Générations Soul aligne 36 sélections soul-funk-disco où les incunables (“The Boss” de James Brown, “Searching” de Roy Ayers, “Got to Give it Up” de Marvin Gaye, “Love Hangover” de Diana Ross) côtoient des perles des Five Stairsteps, Freda Payne, Keni Burke, Syl Johnson, Rick James, mais aussi des album tracks estimables signées des Jackson 5 (“2-4-6-8″), des Isley Brothers (“Footsteps in the Dark”) et de Barry White “It’s Only Love Doing Its Thing”.

Générations Soul (Wagram Music). Sortie le 11 novembre. Compilation 2CDs également disponible en précommande sur iTunes.

Tracklisting CD1 :

•    KOOL & THE GANG Hollywood Swinging
•    MARVIN GAYE   Got To Give It Up
•    THE TEMPTATIONS Masterpiece
•    THE ISLEY BROTHERS Footsteps In The Dark
•    ANN PEEBLES I’m Gonna Tear Your Playhouse Down
•    HOLLAND-DOZIER FEAT. LAMONT DOZIER  Why Can’t We Be Lovers
•    JACKSON 5  2-4-6-8
•    FREDA PAYNE  The Unhooked Generation
•    MICHAEL WYCOFF Lookin’ Up To You
•    AL GREEN Love & Happiness
•    KENI BURKE Risin’ To The Top
•    RUFUS & CHAKA KHAN Stay
•    MTUME You Are My Sunshine
•    JOE CUBA Do You Feel It ?
•    CREATIVE SOURCE Who Is He & What Is He To You
•    BLACK IVORY I Keep Asking You Questions
•    SYDNEY JOE QUALLS Good Ol’ Funky Music
•    TOM TOM CLUB Genius Of Love

Tracklisting CD2 :

•    DIANA ROSS Love Hangover
•    EARTH WIND & FIRE Getaway
•    JAMES BROWN The Boss
•    ROY AYERS Searching
•    AVERAGE WHITE BAND Person To Person
•    BARRY WHITE It’s Only Love Doing Its Thing
•    LEON HAYWOOD I Wanna Do Something Freaky To You
•    O.V. WRIGHT Let’s Straighten It Out
•    BILLY PAUL Let The Dollar Circulate
•    SYL JOHNSON I Hate I Walked Away
•    THE MAIN INGREDIENT Let Me Prove My Love To You
•    RICK JAMES Hollywood
•    SHALAMAR I Don’t Wanna Be The Last To Know
•    SOS BAND No One’s Gonna Love You
•    SURFACE Happy
•    GLENN JONES Show Me
•    THE FIVE STAIRSTEPS O-o-h Child
•    TOTO FEAT. CHERYL LYNN Georgy Porgy


© Funk-U Magazine

Gayle Chapman “Moi aussi je portais de la lingerie !”

Clavier et choriste du groupe de tournée de Prince entre 1979 et 1980, Gayle Chapman a participé au peu documenté Rick James Tour au printemps 1980. Largement présente sur les photos 100% inédites du concert du Sam Houston Coliseum de Houston publiées le 15 mars dans Funk★ # 16, elle nous raconte ses souvenirs de la période la plus hot de la carrière de l’auteur de Dirty Mind.

FunkU : Comment avez-vous intégré le groupe de Prince en 1979 ?

Gayle Chapman : J’avais demandé à Charles Smith, son cousin, de me faire passer une audition chez Prince, dans sa maison située sur France Avenue, à Minneapolis. J’avais l’habitude de jammer avec Charles, qui était batteur, et c’est lui qui m’a permis d’intégrer le groupe.

Quel était votre rôle dans le groupe ?

Celui de la joueuse de claviers blonde aux yeux bleus, de choriste et de danseuse approximative (rires) !

Quels sont vos souvenirs de cette tournée avec Rick James ?

Je me souviens du temps passé dans le tourbus avec Rick James à discuter de la pochette de son nouvel album (Garden of Love, ndlr). Je me souviens aussi des séances de motivation collective de son groupe avant de monter sur scène. Tout le monde se réunissait backstage avec son joint ou sa bouteille à la main et ils se chauffaient en chantant à pleins poumons pour se motiver. Ca donnait quelque chose comme : “Shit, goddamn, get off your ass and jam !”.

Comment avez-vous réagi la première fois que vous avez vu Prince monter sur scène en bikini ?

Ca ne m’a pas dérangé plus que ça. Moi aussi je portais de la lingerie…

 

Quelle a été la réaction du public ?

Ils ont adoré, bien sur, et encore plus les gays des premiers rangs !

Pensez-vous que Prince s’est inspiré du look de Rick James pour pouvoir le surpasser ?

Hmmm… Je ne vous suis pas. Prince voulait absolument surpasser tout le monde, mais son look, je pense, représentait totalement son personnage.

Aucune vidéo de ces concerts ne circule, mais sur les photos que nous publions, on voit beaucoup interagir avec Prince. Pourriez-vous nous décrire vos jeux de scène ?

Je crois que c’étaient ses toutes premières chorégraphies. Autrement dit, il y avait un part d’expérimentation, mais c’était ce qu’il faisait tout le temps à cette époque.

On vous voit aussi vous embrasser. Était-ce un vrai baiser ou un baiser de cinéma ?

Quel est l’intérêt d’un baiser de cinéma ?

Une dernière question sur ces concerts : possédez-vous encore ces bottes funky ?

Oui !

Quels sont vos projets ?

Je suis en train de retravailler mon dernier projet car mon dernier producteur était… problématique. Je l’ai viré, et désormais, je me produis moi-même en prenant mon temps. je n’ai pas de deadline. Gayle Chapman, mon dernier album, est sorti en 2003 et on le trouve sur iTunes.

Propos recueillis par Christophe Geudin

Funk★U #16 Prince Houston 80′. Sortie le 15 mars. Toutes les infos sur le nouveau numéro collector disponibles ICI./


Retour en haut ↑