The-Adventure-Of-Kohsuke-Kindaichi-620x350

“The Adventures of Kindaichi Kosuke” réédité en CD et vinyle

En 1977, le compositeur Kentaro Haneda réunit la crème des musiciens japonais pour réaliser une merveille disco-funk. Crédité sous le nom de The Mystery Kindaichi Band, The Adventures of Kindaichi Kosuke est devenu un objet de culte dont la première sortie européenne réalisée à partir des bandes originales sera disponible le 28 février en CD et LP remasterisés sur le label WeWantSounds.

L’écrivain Seishi Yokomizo est une institution au Japon. Il pourrait être comparé à Agatha Christie avec sa série de romans basés sur les aventures du détective Kosuke Kindaichi. Le personnage fictif est né en 1946 avec le premier roman de Yokomizo dans la série et a résolu les enquêtes jusqu’à la fin des années 70 sous la plume de Yokomizo avant la mort de l’écrivain en 1981. Kindaichi est un personnage particulier, un détective maladroit mais scrupuleux, une sorte de Lieutenant Columbo nippon, devenu légendaire au Japon au fil des décennies. En 1977, le label japonais King Records décide d’enregistrer un album concept basé sur les romans de Kindaichi. L’écrivain fut surpris. Comme il l’a écrit au dos de la pochette du LP « Quand j’ai écouté pour la première fois cet album basé sur mes romans, ce fut très étrange. Je pourrais comprendre si mes romans étaient adaptés en films, et ensuite des BO étaient enregistrées à partir de cesKindaishi films. Mais cette fois ci, la musique créée était directement inspirée de mes romans. Je me sentais très intrigué, mais très excité. »

L’album concept a été produit par le pianiste Kentaro Haneda, un compositeur de télévision et de cinéma très connu qui a travaillé sur de nombreux films d’animation et est également célèbre pour avoir composé la musique du jeu vidéo Wizardry. Pour l’album The Adventures of Kindaichi Kosuke, Haneda a réuni un super groupe composé des meilleurs musiciens funk et city pop de Tokyo. La liste est longue et comprend le pianiste de jazz Hideo Ichikawa qui a joué sur l’album Joe Henderson In Japan de 1971, le batteur Jun Moriya qui est sur l’album culte du Wonder City Orchestra de Joe Hisaichi, le percussionniste Tadaomi Anai qui a accompagné la chanteuse disco Eri Ohno, le trompettiste Koji Hadori qui figure sur l’album Pacific de Haruomi Hosono. Sont également présents sur l’album Takeru Muraoka au saxophone qui joue sur de nombreux albums cultes de Tatsuro Yamashita dont For You et SpacyKimiko Yamauchi au koto qui est sur l’emblématique premier album d’Akiko Yano Japanese Girl et, enfin Koji Yamaguchi au cor qui est présent sur l’album Kakashi de Yazuaki Shimizu.

Ensemble, ils posent les jalons d’un disco-funk implacable sur les dix instrumentaux remplis de breakbeats, faisant de l’album l’un des LP japonais les plus recherchés sur la scène internationale. Cette réédition est la première sortie officielle de l’album en dehors du Japon – à l’exception d’une réédition vinyle limitée à 300 exemplaires parue en 2015 issue d’un master ultérieur. Remasterisé à partir des bandes originales, l’album ressort avec le design de l’illustrateur renommé Ichibun Sugimoto, un OBI et un livret de 4 pages incluant une nouvelle introduction du journaliste anglais Anton Spice. Informations.


Martha High 2019

Audio : Martha High & the Italian Royal Family “A Little Spark”

Martha High, une des plus fidèles funky divas de James Brown, sera de retour en début d’année prochaine avec un nouvel album studio.

Consolidant sa relation avec le label italien Blind Faith Records et le producteur italien Luca Sapio, elle revient avec Nothing’s Going Wrong, le deuxième album enregistré en compagnie du groupe The Italian Royal Family.

Découvrez ci-dessous  “A Little Spark”, le premier extrait de l’album qui paraîtra le 17 janvier 2020. Martha High & The Italian Royal Family donneront un concert à Paris (Petite Halle de la Villette) le 30 janvier.


MORGAN-Ouverture

Audio : Jaye P. Morgan “Can’t Hide Love”

Plus connue pour ses qualités d’actrice de sitcom et de présentatrice TV outre-Atlantique, Jaye P. Morgan est aussi l’interprète d’une longue discographie entamée au début des années 1950.

En 1976, son LP auto-titré Jaye P. Morgan signale une rare entrée disco-soul sous l’égide du producteur débutant David Foster. « Avec ce disque, je sentais qu’il allait atteindre les sommets par la suite », déclare àl’époque Jaye P. Morgan dans une interview, à propos de David Foster. « J’ai essayé de faire un album soul et j’aimais le travail de David. Nous avons fait appel aux meilleurs musiciens de l’époque. » Faisant de cet album l’une des autoproductions les plus chères de son temps…

Épaulé par un casting cinq étoiles (dont les cuivres de Tower of Power, Ray Parker, Jr., Harvey Mason, Lee Ritenour, Jeff Porcaro et quelques gachettes des studios californiens), cet album aligne une série de reprises de choix, dont le “Keepin ‘it to Myself” du Average White Band, “You’re All I Need To Get By” de Marvin Gaye et Tammi Terrell et le “Can’t Hide Love” d’Earth Wind and Fire, à écouter ci-dessous.

Réédité discrètement en 2011, Jaye P. Morgan sera à nouveau disponible en version remasterisée le 9 janvier en éditions CD, vinyle et digitales via le label We Want Sounds.

 


Candi une

“Unstoppable”, le retour de Candi Staton

Unstoppable, le nouvel album studio de Candi Staton, vient de paraître. “Ma vie a été inarrêtable”, explique la légende soul au sujet du titre de son 30ème LP. “Une vie incroyable, mais certainement pas normale”.

Au fil d’une carrière de 50 ans, Candi Staton a connu bien des hauts et bas. Elle a publié des hits lors de chaque décennie, dans la catégorie R&B avec “I’m Just a Prisoner” et sa célèbre reprise du “Stand by Your Man”, disco avec son “Young Hearts Run Free” et sa cover à couper le souffle du “Nights on Broadway” des Bee Gees. Unstoppable est à la fois une célébration de cet héritage et un pas en avant audacieux, avec un son funky et contemporain baigné de Southern soul et du blues de ses racines en Alabama.

L’album réunit 6 nouvelles chansons écrites ou co-écrites par Staton aux côtés de la reprise musclée du “People Have the Power” de Patti Smith, de l’intemporel “(What’s So Funny ‘Bout) Peace, Love, and Understanding” de Nick Lowe, du classique soul oublié de 1976 “I Fooled You (Didn’t I)” de Norma Jenkins et d’une chanson chère à son coeur, le hit de 69 “Can I Change My Mind” de Tyrone Davis.

Découvrez ci-dessous “Confidence”, le premier extrait d’Unstoppable, le nouvel album de Candi Staton (distribution Beracah Records/Modulor).


NTM-carré

“Samples Outta 93″, les samples de NTM en vinyle

“Le funk est l’ADN du hip-hop” a pour habitude de déclarer George Clinton. Proposée par le label Playoff Records, le vinyle Samples Outta 93 compile 14 samples utilisés par NTM parmi des classiques signés Marvin Gaye, Maceo Parker, The Crusaders, Bobby Womack, The Impressions ou encore Barry White et Donny Hathaway (tracklisting ci-dessous). Entièrement remasterisée, cette compilation vinyle permet de retracer les origines du “pillage créatif” des rappeurs Séquano-Dionysiens (Informations).

Laisse bien trainer tes oreilles, la ligne 13 débarque sur la platine !

Tracklist LP :

Face A

  1. The Impressions “Preacher man” 3’09
  2. Marvin Gaye “T stands for trouble” 3’08
  3. Southside Movement “Save the world” 3’29
  4. Fred Wesley & The New J.B.’S “Breakin bread” 4’20 Samples-Outta-93
  5. David Batiste & The Gladiators “Funky soul part. 1″ 2’11
  6. Barry White “Love serenade” 3’59
  7. Maceo & The Macks “Soul power 74″ 4’09

Face B

  1. Bobby Womack “And I love her” 2’47
  2. Eddie Harris “It’s all right now”3’29
  3. Ethel Beatty “It’s your love”3’38
  4. Bennie Maupin “Water torture” 3’28
  5. Pieces Of A Dream “Fo fi fo” 3’18
  6. Donny Hathaway “Magnificent sanctuaryband” 3’37
  7. The Crusaders “My lady” 4’48



I Got Funk

“I Got Funk-Time To Get Down” en CD et Vinyle

Les compilations CDs/Vinyles de Playoff Records ajoutent un nouveau volume à leur collection avec I Got Funk-Time To Get Down.

Disponible depuis le 15 septembre, cette sélection perpétue le mélange de classiques signés James Brown (“The Payback”), Kool & The Gang (“Jungle Boogie”, Ohio Players (“Skin Tight”) et The Fatback Band “(Are You Ready) To Do The Bus Stop”. Face à ces poids lourds, les compileurs ont aligné les moins connus, mais tout aussi culte “Sport” de Lightnin’ Rod, “The Message”, la réunion de Ben E. King et de The Average White Band et “It’s A New Day” de Skull Snaps et sa fameuse partie de batterie samplée plus de 400 fois !  Tracklistings CD et vinyles ci-dessous.

I Got Funk-Time To Get Down est disponible depuis le 15 septembre en vinyle. Version CD le 22 septembre (Play Off Records/Modulor).

Tracklisting CD

  1. James Brown – “The Payback”
  2. The Blackbyrds – “Do It Fluid”I Got Funk_front
  3. Black Heat – “The Jungle”
  4. Bobby Byrd – “If You Got A Love You Better (Hold On To It)”
  5. Maceo & The Macks – “Cross The Tracks”
  6. Skull Snaps – “It’s A New Day”
  7. Fred & The New JB’s – “Makin’ Love”
  8. Kool & The Gang – “Jungle Boogie”
  9. Lightnin’ Rod – “Sport”
  10. Ohio Players – “Skin Tight”
  11. The Bar-Kays – “Too Hot To Stop”
  12. AWB & Ben E King – “The Message”
  13. Cameo – “Funk Funk”
  14. The Fatback Band – “(Are You Ready) Do The Bus Stop”

 

Tracklisting vinyle

Face A

  1. James Brown – “The Payback”
  2. The Blackbyrds – “Do It Fluid”
  3. Black Heat – “The Jungle”
  4. Maceo & The Macks – “Cross The Tracks”
  5. Skull Snaps – “It’s A New Day”

Face B

  1. Kool & The Gang – “Jungle Boogie”
  2. Lightnin’ Rod – “Sport”
  3. Ohio Players – “Skin Tight”
  4. AWB & Ben E King – “The Message”
  5. Cameo – “Funk Funk”
  6. The Fatback Band – “(Are You Ready) Do The Bus Stop”


SOLAfunk

“Samples Outta L.A vol. 2 : Funk” disponible le 22 juillet

Un mois après la sortie du premier volume de la série Samples Outta L.A : SOULvoici une nouvelle sélection de classiques soul/funk échantillonnés par les as du hip-hop West Coast. Zapp, Parliament, Quincy Jones, The Gap Band, The Ohio Players, Leon Haywood et bien d’autres sont présents dans un tracklisting de 14 titres disponibles en CD, vinyle rouge et version digitale. Sampleur audio disponible en bas de page !

Tracklist CD : SOLAfunk
01 Leon Haywood – I Want’a Do Something Freaky To You
02 Parliament – Star Child (Mothership Connection)
03 The Ohio Players – Funky Worm
04 Quincy Jones – Body Heat
05 The Bar-Kays – Let’s Have Some Fun
06 Funkadelic – One Nation Under A Groove
07 Brass Construction – Get Up To Get Down
08 Roger – So Ruff So Tuff
09 The Fatback Band – On The Floor
10 One Way – Cutie Pie
11 George Clinton – Atomic Dog
12 Zapp – Heartbreaker Part 1
13 Kleeer – Intimate Connection
14 The Gap Band – Outstanding

Tracklist LP (vinyle rouge + coupon de téléchargement) :
A1 Leon Haywood – I Want’a Do Something Freaky To You
A2 Parliament – Star Child (Mothership Connection)
A3 The Ohio Players – Funky Worm
A4 Quincy Jones – Body Heat
A5 The Bar-Kays – Let’s Have Some Fun
A6 Brass Construction – Get Up To Get Down
B1 Roger – So Ruff So Tuff
B2 One Way – Cutie Pie
B3 George Clinton – Atomic Dog
B4 Zapp – Heartbreaker Part 1
B5 Kleeer – Intimate Connection

 

Communiqué de presse

Après la première compilation Samples Outta LA : SOUL qui sélectionnait des originaux de Soul utilisés dans des classiques de rap de la côte ouest, Playoff Records présente le deuxième volet avec cette fois les originaux funk.

Les quatorze pépites sélectionnées ici sont souvent les squelettes de tubes de la côte ouest. Par exemple “We Want’a To Do Something Freaky To You” de Leon Haywood est la base du classique “Nuthin But G Thang” de Dre et Snoop. “Body Heat” de Quincy Jones et Leon Ware est le point de départ du brûlant “How Do You Want It” de 2Pac et Jodeci. Que dire de “Star Child” de Parliament, “One Nation Under A Groove” de Funkadelic et “Atomic Dog” de George Clinton ? Ces chansons sont à l’origine d’au moins la moitié des titres de G-Funk ! Il n’y a qu’à réécouter “Who Am I (What’s My Name)” de Snoop Dogg, “Let Me Ride” de Dre et Snoop ou “Bop Nation” d’Ice Cube pour en être convaincu.

 Samples Outta La Vol 2 Funk explore aussi grâce à ces pépites des morceaux fondateurs de la west coast. “Let’s Have Some Fun” des Bar-Kays par exemple a donné “No More Questions” de Eazy-E ou “Do Whatcha Want” de DJ Quik avec Digital Underground et AMG. Les titres “V.S.O.P.” d’ Above the Law ou “Bustas Can’t See Me” de Spice 1 viennent du titre “Cutie Pie” du groupe One Way. Enfin quel plaisir de réecouter les basses ronflantes et généreuses d’”Intimate Connection” de Kleer, d’”Heartbreaker Part 1″ de Zapp, le fameux clavier des Ohio Players dans “Funky Worm” que l’on retrouve dans “Serial Killa” de Snoop Dogg !

 


R-8603345-1464937356-5665.jpeg

“Samples Outta L.A.”, 14 classiques soul-funk en CD et LP

Disponible depuis le 3 juin, la compilation Samples Outta L.A. publiée par le label Playoff Records propose 14 classiques soul-funk en CD et LP. Une sélection inspirée par le film Straight Outta Compton et les samples utilisés par les rappeurs de la vieille école West-Coast,  parmi lesquels les rythmiques impérissables d’”Express Yourself” de Charles Wright, du “People Make The World Go Round” des Stylistics et de “The Boogie Back” de Roy Ayers.

Smokey Robinson, James Brown, Barry White, Edwin Starr, Donny Hathaway, Average White Band, les Ohio Players, Eddie Kendricks et le regretté Clarence Reid, dont le  kick de batterie de “Living Together Is Keeping Us Apart” a été réutilisé dans l’album The Chronic de Dr Dre, complètent une sélection qui ravira autant les néophytes que les pros du crate-digging.

Informations

Tracklisting

1. Do Like I Do – Smokey RobinsonSamples LA
2. A Star In The Ghetto – Awb and Ben E King
3. The Boogie Back – Roy Ayers
4. Express Yourself – Charles Wright
5. Little Ghetto Boy – Donny Hathaway
6. I Get Lifted – George Mccrae
7. I’m Blue – The Sweet Inspirations
8. Easin’ In – Edwin Starr
9. Untitled Instrumental – James Brown
10. Intimate Friends – Eddie Kendricks
11. Living Together Is Keeping Us Apart – Clarence Reid
12. Players Balling – Ohio Players
13. People Make The World Go Round – The Stylistics
14. I’m Gonna Love You A Little Bit More – Barry White


I Got Soul - Blaxploitation Mood rec

I Got Soul-”Blaxploitation Mood”

Avec les anthologies afrobeat et les recueils de disco obscure, les compilations Blaxploitation sont devenus au fil du temps un marronnier des bacs à disques. Fort heureusement, le label Playoff Records et son I Got Soul-”Blaxploitation Mood”, une compilation de 14 titres retraçant les grandes lignes du genre, se distinguent de leurs homologues récents en alliant incontournables (Curtis Mayfield avec “Superfly” et Bobby Womack et son “Across 110th Street” – what else ?) et, surtout, quelques raretés bienvenues : outre les Jackson Sisters (le groovy gospel “I Believe in Miracles”), David Porter (“I Can’t Tell No Difference”) et Millie Jackson (le déchirant “I Cry”), le trop rare Sir Joe Quaterman s’illustre avec “The Way They Do My Life”, les Notations brillent avec leur “Superpeople” distinctement produit par Curtis Mayfield et les Sisters Love proposent leur rare reprise en double-tempo de “Gimme Your Love”.

Et si les noms de James Brown et Willie Hutch participent à un tracklisting impeccable s’ouvrant sur la relecture stylisée de “Brother Louie” des précieux Undisputable Truth, les compileurs sont allés dénicher respectivement la Rock Version de “Talkin’ Loud and Saying Nothin’” et un “Love Me Back” qui, malgré ses contours Blax, ne figure pas dans la BO de The Mack, mais sur le caniculaire Ode To My Lady (Motown, 1975). Pour conclure, I Got Soul-”Blaxploitation Mood” est également disponible en galette 33-tours. On vous l’emballe ?

Jacques Trémolin

I Got Soul-”Blaxploitation Mood” (Playoff Records/Modulor)****. Disponible en CD et vinyle le 23 octobre.

Tracklisting

1. Undisputed Truth – Brother LouieBlaxploitation Mood
2. Johnnie Taylor – Testify
3. Sweet Charles – Hang Out & Hustle
4. Millie Jackson – I Cry
5. Notations – Superpeople
6. Willie Hutch – Love Me Back
7. Curtis Mayfield – Superfly
8. Creative Source – Who Is He And What Is He To You (single edit)
9. James Brown – Talkin’ Loud And Saying Nothin’ (original rock version)
10. David Porter – I Can Tell No Difference
11. Sir Joe Quaterman – The Way They Do My Life
12. Bobby Womack – Across 110th Street
13. The Sisters Love – Give Me Your Love
14. Jackson Sisters – I Believe In Miracles



I Got Soul - Blaxploitation Mood rec

“Blaxploitation Mood” en CD et vinyle le 23 octobre

Le 23 octobre, le label Playoff Records publiera Blaxploitation Mood, une compilation de 14 titres retraçant les grandes lignes du genre en compagnie des incontournables Curtis Mayfield, James Brown, Willie Hutch et Bobby Womack, mais aussi quelques raretés bienvenues : outre les Jackson Sisters, David Porter et Millie Jackson, le trop rare Sir Joe Quaterman s’illustre avec “The Way They Do My Life”, les Notations brillent avec leur “Superpeople” produit par Curtis Mayfield et les Sisters Love proposent leur reprise en double-tempo de “Gimme Your Love”. Tracklisting complet ci-dessous.

Blaxploitation Mood (Playoff Records/Modulor). Disponible en CD et vinyle le 23 octobre.

Tracklisting

1. Undisputed Truth – Brother LouieBlaxploitation Mood
2. Johnnie Taylor – Testify
3. Sweet Charles – Hang Out & Hustle
4. Millie Jackson – I Cry
5. Notations – Superpeople
6. Willie Hutch – Love Me Back
7. Curtis Mayfield – Superfly
8. Creative Source – Who Is He And What Is He To You (single edit)
9. James Brown – Talkin’ Loud And Saying Nothin’ (original rock version)
10. David Porter – I Can Tell No Difference
11. Sir Joe Quaterman – The Way They Do My Life
12. Bobby Womack – Across 110th Street
13. The Sisters Love – Give Me Your Love
14. Jackson Sisters – I Believe In Miracles


Van hunt-770x470

Interview : Van Hunt “Tout recommencer à zéro”

Après quatre ans de silence discographique, Van Hunt publie The Fun Rises, The Fun Sets, un cinquième album studio inspiré par “l’amour, la perte et la nostalgie exprimés par le biais du son original du funk et de la vieille soul”. Entretien avec un artiste multicartes inspiré, entre autres, par Serge Gainssbourg et les corbeaux.

★★★★★★

Funk★U : The Fun Rises, The Fun Sets, votre nouvel album, vient de paraître après un silence de quatre ans.  Comment vivez-vous ce retour discographique ?

Van Hunt : Je suis très excité, mais c’est surtout un soulagement.

La gestation de The Fun Rises, The Fun Sets s’étale sur une longue période. Quand le projet a-t-il démarré ?

Tout a commencé en décembre 2012. Après avoir passé plusieurs nuit à surfer sur Internet, j’ai compris que le “marché musical” était prêt pour mes nouvelles idées. Dès le départ, j’ai eu envie d’être plus précis que sur mes précédents albums. Je ne voulais pas freiner mes idées et en même temps offrir le plus de détails possibles à mes auditeurs.

Vous avez eu recours à la plateforme Pledgemusic pour financer cet album. Cette décision a-t-elle modifié votre façon de travailler ?

Non, pas vraiment. Cette campagne de crowdfunding concernait surtout les pré-commandes, ce qui la différencie des autres types de campagnes de financement où, en général, les artistesvan-hunt-cd-2015 appellent au financement intégral de leur production. Ceux qui ont précommandé The Fun Rises, The Fun Sets ont également reçu un accès exclusif à divers documents, dont des vidéos de l’enregistrement, des téléchargements gratuits de titres et diverses choses. L’idée de concevoir un album de cette manière en impliquant ceux qui étaient intéressés dans le processus créatif de ce disque m’a beaucoup plu. Cette expérience a été bénéfique pour moi, j’espère que c’est la même chose pour les fans.

Vous avez déclaré que The Fun Rises, The Fun Sets était inspiré par “l’amour, la perte et la nostalgie exprimés par le biais du son original du funk et de la vieille soul”. Quels titres de l’album illustrent le mieux ce point de vue ?

Tous sans exception, et précisément du point de vue des textes. Les références musicales sont sans doute plus évidentes dans “Old Hat” que dans “If I Wanna Dance With You” car “Old Hat” est plus directe. “Le funk et la vieille soul” d’”If I Wanna Dance With You” est plus suggéré, il est là sans qu’on s’en rende vraiment compte car les éléments rythmiques et harmoniques dont disposés d’une manière non-traditionnelle à l’aide de réverbes, d’écho et d’effets de delay.

 

The Fun Rises, The Fun Sets est sans doute votre album le plus éclectique. Sly Stone, Prince et George Clinton font-ils toujours partie de vos influences principales ? remain your main influences ?

En ce moment, mes influences principales sont celles de Thom Bell, le producteur/songwriter des Dramatics, l’activiste socio-politique Dr. Gerald Horne et le designer graphique Arshile Gorky. J’ai toujours été profondément influencé par tous les artistes qui font partie de mon environnement, de Serge Gainsbourg aux corbeaux qui se battent sur mon bord de fenêtre.

Van_Hunt

En 2008, Popular, votre album produit par Blue Note, n’est finalement pas sorti. Une parution est-elle prévue ? Avez-vous été surpris de découvrir qu’il avait été leaké sur Internet ?

Je n’ai aucune information sur Popular. J’espère que The Fun Rises, The Fun Sets comblera l’espace vide qu’a crée Popular dans mon catalogue, entre On The Jungle Floor et What Were You Hoping For. Je suis content de savoir que ceux qui s’intéresse à ma musique ont pu écouter Popular, même s’il n’est pas sorti de manière officielle.

Allez-vous tourner aux États-Unis et en Europe pour accompagner la sortie de The Fun Rises, The Fun Sets ?

Je veux d’abord voir comment le public va réagir à cet album. S’ils ont envie de me voir jouer ces chansons sur scène, ce sera un privilège pour moi.

Vous évoluez dans l’industrie du disque depuis près de 20 ans. Quel enseignement principal en tirez-vous ?

Qu’il faut tout recommencer à zéro à chaque fois.

 

Propos recueillis par Jacques Trémolin

Van Hunt The Fun Rises, The Fun Sets (Thirty Tigers/Modulor). Sortie française en CD et version digitale le 18 mai.



Retour en haut ↑