Funkadelic Finest une

Funkadelic “Live Meadowbrook Rochester Michigan/Funkadelic Finest”

Publié en CD en 1996, Funkadelic Live – Meadowbrook, Rochester, Michigan – 12th September 1971, l’unique album en public du Funkadelic première période, est disponible en version double vinyle depuis le 6 janvier. Le label Tidal Waves Music (distribué par Light in the Attic) propose un nouveau mastering réalisé à partir des bandes d’origines pour une qualité d’écoute sans comparaison avec les récentes rééditions vinyliques de la discographie de George Clinton & Parliament-Funkadelic (notamment celles du label 4 Men With Beards).

Bien connuPrecision 12" Elongated Spine des P-Funkophiles, Live – Meadowbrook, Rochester, Michigan contient une performance sauvage et électrique entre soul déjantée et acid-rock en compagnie de George Clinton, Fuzzy Haskins, Calvin Simon, Grady Thomas, Ray Davis, Eddie Hazel, Billy Bass Nelson, Bernie Worrell, Harold Beane et le batteur Tyrone Lampkin, remplaçant au pied levé de Tiki Fulwood, récemment débarqué du groupe. Temps forts : la première face instrumentale composée d’”Alice in My Fantasies” et d’un titanesque “Maggot Brain” de 14 minutes avec un Eddie Hazel à son sommet Hendrixien (tracklisting).

Precision 12" Elongated SpineÉpuisée également depuis près de vingt ans, Funkadelic Finest, la compilation de référence des années dorées de Funkadelic, est également de retour en double 33-tours depuis le 6 janvier. Comme c’est le cas pour le Live at Meadowbrook Rochester 1971, ce double-LP a été remasterisé à partir des bandes analogiques d’origine et aligne 16 titres cultes enregistrés entre 1970 et 1976, dont les incontournables “Cosmic Slop”, “Red Hot Mama”, “Funky Dollar Bill”, “Undisco Kidd” et une époustouflante version live de “Maggot Brain” bizarrement tronçonnée en fin de quatrième face (tracklisting). Et quelle pochette !

Jacques Trémolin

Funkadelic Live – Meadowbrook, Rochester, Michigan, Funkadelic Finest **** (Tidal Waves Music/Light in the Attic). Disponibles en double-LPs limités.


Funkadelic

La compilation “Funkadelic Finest” de retour en vinyle

Épuisée depuis près de 20 ans, Funkadelic Finest, la compilation de référence des années dorées de Funkadelic, sera de retour dans les bacs le 6 janvier. Comme c’est le cas pour le Live at Meadowbrook Rochester 1971, ce double-LP proposé par le label de réédition Tidal Waves Music et distribué par Light in the Attic a été remasterisé à partir des bandes masters analogiques d’origine et aligne 16 titres cultes enregistrés entre 1970 et 1976, dont les incontournables “Cosmic Slop”, “Red Hot Mama”, “Undisco Kidd” et une époustouflante version live de “Maggot Brain”.

Édition avec obi limitée à 1000 exemplaires. C’est l’heure de sortir vos funky dollar bills !

Tracklisting

Face A

  • I’ll Bet You
  • I Got A Thing, You Got A Thing, Everybody’s Got A Thing
  • Funky Dollar Bill
  • I Wanna Know If It’s Good To You

Face B

  • Hit It & Quit It
  • You And Your Folks, Me And My Folks
  • A Joyful Process
  • Loose Booty

Face C

  • You Can’t Miss What You Can’t Measure
  • Cosmic Slop
  • Red Hot Mama
  • Standing On The Verge Of Getting It On

Face D

  • Let’s Take It To The Stage
  • Get Off Your Ass & Jam
  • Undisco Kidd
  • Maggot Brain (Live)

NEW 12"TEMP_4-21-2016

Le premier album de Stone Alliance réédité en vinyle

Longtemps épuisé, le premier album éponyme de Stone Alliance paru en 1976 sera sur le label PM Records sera à nouveau disponible le 16 décembre en vinyle collector limité.

Ce classique jazz-funk-fusion enregistré par une formation stellaire réunissant Steve Grossman, saxophoniste aux côtés de Miles Davis, le bassiste Gene Perla (accompagnateur de Nina Simone) et le percussionniste Don Alias propose six instrumentaux de choc, dont une reprise du “Creepin’” de Stevie Wonder et “Sweetie Pie”, un titre archi-samplé par les rappeurs.

Cette réédition réalisée par le label Tidal Waves Music et distribuée par Light in the Attic sera limitée à 1000 exemplaires.

Tracklisting

Side A NEW 12"TEMP_4-21-2016

1.Vaya Mulatto

2.King Tut

3.Duet

Side B

1.Sweetie-Pie

2.Creepin’

3.Samba De Negro


Funkadelic_Liverpool_1971

“Funkadelic Live – Meadowbrook, Rochester, Michigan 1971″ en vinyle

Publié en CD en 1996, Funkadelic Live – Meadowbrook, Rochester, Michigan – 12th September 1971, l’unique album en public du Funkadelic première période, sera disponible en version double vinyle le 6 janvier prochain.

Le label Light in the Attic propose une nouveau remastering d’une performance sauvage et électrique entre soul déjantée et acid-rock en compagnie de George Clinton, Fuzzy Haskins, Calvin Simon, Grady Thomas, Ray Davis, Eddie Hazel, Billy Bass Nelson, Bernie Worrell, Harold Beane et le batteur Tyrone Lampkin, remplaçant au pied levé de Tiki Fulwood, récemment débarqué du groupe. Édition limitée à 1000 exemplaires (informations) !

Thanks Chris B. !

Tracklisting

Side A

  • “Alice in My Fantasies”
  • “Maggot Brain”Precision 12" Elongated Spine

Side B

  • “I Call My Baby Pussycat” [fast version]
  • “I Call My Baby Pussycat”
  • “Good Old Music”

Side C

  • “I Got a Thing, You Got a Thing, Everybody Got a Thing”
  • “All Your Goodies Are Gone (The Loser’s Seat)”
  • “I’ll Bet You”

Side D

  • “You and Your Folks, Me and My Folks”
  • “Free Your Mind and Your Ass Will Follow” [instrumental]


Betyy Davis 6869

Betty Davis “The Columbia Years 1968-1969″

Jalousement conservées par quelques collectionneurs et inédites depuis près de cinq décennies, les sessions New-Yorkaises de Betty Davis se matérialisent en 2016 sous la forme d’un album somptueusement édité par les talentueux archivistes de Light in the Attic. En mai 1969, la future Reine du F.U.N.K. enregistre plusieurs séances aux studios Columbia sous la direction de Miles Davis et de son producteur Teo Macero en compagnie d’Harvey Brooks, Billy Cox (bassiste du Band of Gypsys), Herbie Hancock, John McLaughlin, Mitch Mitchell (Jimi Hendrix Experience), Wayne Shorter et Larry Young. Les neuf prises retenues de The Columbia Years 1968-1969 (dont les deux faces du single “It’s My Life” sorti en 1968) définissent davantage une carte de visite qu’un authentique album.

Betyy Davis 6869Le matériel proposé inclue quelques originaux de choix (“Hangin’ Out” et un “I’m Ready, Willing & Able” diablement Hendrixien) et des reprises de qualité variables : si le “Politician” de Cream, ici rebaptisé “Politician Man”, dose avec dextérité son intensité électrique, le “Born on the Bayou” de Creedence Clearwater Revival perd au change dans une relecture uptempo un brin brouillonne. À défaut d’être véritablement transcendants, l’accompagnement et les arrangements, malgré les forces en présence, s’inscrivent dans la bonne moyenne des productions soul/R&B de l’époque. La performance vocale de Betty Davis est déjà volontaire et affirmée, mais bien en deça de l’assaut en règle de son foudroyant premier album éponyme quatre ans plus tard.

Le généreux livret (une habitude chez Light in the Attic) offre une interview détaillée avec Betty Davis, qui revient sur l’ambiance de ces enregistrements et révèle l’origine de “Backseat Betty”, la composition de son futur ex-époux Miles, ainsi qu’un entretien éclairant avec Hugh Masekela, impliqué dans la création d’”It’s My Life”. D’un intérêt avant tout historique,  The Columbia Years 1968-1969 est une addition heureuse à la trop courte discographie de Betty Davis qui devrait ravir les complétistes.

Jacques Trémolin

Betty Davis The Columbia Years 1968-1969 (Light in the Attic) Disponible le 4 juillet en CD et vinyle.


Country II

“Country Funk II (1967-1974)”

Depuis Ray Charles, Solomon Burke, Al Green et les pionniers de la soul sudiste, l’alliance fructueuse des harmonies hillbilly et de la soul music n’est plus à prouver. Le deuxième volume de la compilation Country Funk - le premier, splendide, était paru en 2012 – proposée par Light in the Attic prolonge à rebours cette union transgenres en sélectionnant les incursions en territoires groove d’artistes plus habitués aux couinements des pedal-steel qu’aux scansions des wha-wahs.

À l’exception du génial Jim Ford et de Bob Darin (oui, celui de “Beyond the Sea” reconverti dans le shuffle redneck), on ne retrouve aucun artiste-doublon dans les 17 Country Funk IItitres ce second tome estampillé 1967-1974. Ainsi, Tony Joe White, Bobby Charles et Bobbie Gentry, les suspects habituels du genre, laissent place au ténébreux Townes Van Zandt (le twangy “Hunger Child Blues”), Willie Nelson (“Shotgun Willie”, classique des playlists colourblind), et J.J. Cale, le bluesman blanc le plus funky à l’Ouest de l’Oklahoma avec son inaltérable “Cajun Moon”. Mais comme c’est souvent le cas, les véritables surprises émanent des outsiders : Bien que partiellement inférieur à son illustre prédécesseur -Dolly Parton avait-elle sa place avec son “Getting Happy” taillé pour le rodéo ? – Country Funk II aligne de stupéfiants funks électro-acoustiques signés Thomas Jefferson Kaye (“Collection Box”), Donnie Fritts (“Sumpin Funky Going On”) et, surtout, une fantastique reprise du “Don’t Be Cruel” popularisé par Elvis et totalement revisité en downtempo réverbéré par Billy Swan.

Jacques Trémolin

Country Funk II (1967-1974)*** (Light in the Attic/PIAS). Disponible en CD, vinyle et version digitale.

 


Sly Stone's Flower

“I’m Just Like You : Sly’s Stone Flower 1969-70″

Complément indispensable à l’excellente anthologie alternative Listen to the Voices, Sly Stone in the Studio 1965-1970 (Ace Records, 2010), I’m Just Like You : Sly’s Stone Flower 1969-70 analyse les singles et chutes produites pour l’éphémère label Stone Flower, en rappelant que Sly Stone n’avait pas uniquement passé son temps en compagnie d’hommes de main armés et de pitbulls entre le sommet de Woodstock et la sortie de There’s a Riot Goin’On. Automne 1969 : Alors en pré-rupture du contrat familial avec les autres membres de la Family Stone, Sly abandonne sa formation mixte et multiraciale pour la boîte à rythmes Rhythm Ace King, un nouvel outil qui lui fournira bientôt les fondations du chef-d’oeuvre hanté de Riot.

La brève histoire de Stone Flower en 18 titres est retracée dans cette compilation au packaging riche et détaillé -illustrations fournies par les incontournables frères Koening, un texte précis et une interview éclairante de Sly en bonus- dont les bien-connus “Stanga” de Little Sister, “I’m Just Like You” pour 6IX et le “Life & Death in G& A” de Joe Hicks. Billy Preston et Buddy Miles passent une tête en studio sur les deux versions de “You’re the One”, et c’est bien la Family Stone au complet qui opère pour le compte de Little Sister sur une version full band de “Somebody’s Watching You” sans doute supérieure à l’originale de Stand ! Parmi les autres surprises, on trouvera également le country-funk insensé (et inédit) de “Trying To Make You Feel Good” de 6IX, également auteurs d’une relecture épatante d’”I’m Just Like You”. Sly n’est pas en reste avec une version alternative 100% solo et accélérée de “Just Like a Baby” (sans Bobby Womack, mais avec Freddie Stone), le brouillon d’”Africa Talks to You” (“Africa”) et quelques paires de tripatouillages électro/bricolo qui annoncent déjà la production fantomatique de There’s a Riot Goin’On (“Sacred”, “Spirit”). Ou comment donner chaud au coeur (et froid dans le dos).

Sly Stone I’m Just Like You : Sly’s Stone Flower 1969-70 (Light in the Attic/Import US)****. Disponible en CD. Double LP disponible le 4 novembre.


Sly Stone's Flower

Dix inédits de Sly Stone dans “I’m Just Like You, Sly’s Stone Flower 1969-1970″

Quatre ans après la remarquable compilation Listen to the Voices, Light on the Attic ajoute une nouvelle pierre à l’édifice soul/funk/pop de Sly and the Family Stone avec  I’m Just Like You, Sly’s Stone Flower 1969-1970. Cette nouvelle anthologie disponible depuis le 30 septembre et CD et digital (il faudra attendre le 4 novembre pour les LPs) présente une sélection de l’éphémère label Stone Flower, parmi lesquels figuraient Little Sister, Joe Hicks, 6IX et Sylvester Stewart himself. Parmi ces 45-tours rares, on trouvera également une dizaine de titres inédits, dont des versions embryonnaires d’”Africa”, un étonnant “I’m Just Like You (full band)” de 6IX et l’inédit “Scare”.  De nouveaux trésors à découvrir en CD et double vinyle coloré !

Précommandes

 

Sly Stone's Flower


Wheedle2_Album-Cover-675x675

Wheedle’s Groove: Seattle Funk, Modern Soul & Boogie, Volume II 1972-1987

Paru en 2005, le premier volume de Wheedle’s Groove, une excavation passionnante dans les archives de la scène soul/funk de Seattle du début des années 1970, était accompagné d’un documentaire attachant retraçant le bref parcours des soldats inconnus du groove de la Cité d’émeraude. Neuf ans plus tard, le label méritoire Light in the Attic récidive avec une suite s’attardant sur les années 1972-1987, soit une ouverture vers le disco et le boogie propres à l’époque. À l’inverse de son prédécesseur axé sur la raw soul et le deep-funk, Wheedle Groove II souligne la transition difficile entre les batteries cloutées et les boîtes à rythmes, entre les formations cuivrées et les DJs. Après examen, peu de joyaux à signaler dans des fonds de tiroirs de qualité variable, à l’exception de l’estival “Holding On” d’Unfinished Business, de la ballade “I Don’t Wanna Lose Your Love” de Bernadette Bascom et les scansions du “Love One Another” de Frederick Robinson III. Un maigre butin qui soulève la question de la pertinence de labels de rééditions spécialisés (Numero Group et l’avalanche de compilations afrobeat au kilomètre pour ne citer que deux exemples) pour qui la quantité dépasse trop souvent la qualité.

Cesar

Wheedle’s Groove: Seattle Funk, Modern Soul & Boogie, Volume II 1972-1987 (Light in the Attic/Pias). Disponible en CD, double-LP et version digitale.


Wheedle2_Album-Cover-675x675

“Wheedle’s Groove, Volume II”, l’autre facette de Seattle

En 2004, le documentaire et la compilation Wheedle’s Groove célébraient la scène soul/funk méconnue du Seattle du début des années 1970 (voir Funk-U #15). Le 3 juin, le label de réédition Light in the Attic proposera une suite sous-titrée Seattle Funk, Modern Soul & Boogie: Volume II 1972-1987. L’occasion d’élargir le champ d’écoute avec 18 titres de soldats méconnus du groove, dont “Big Joe” Erickson, Frederick Robinson III et Tony Benton, le Prince local et le joueur de baseball Lenny Randle. Ce deuxième volume de Wheedle’s Groove sera disponible en CD, double-LP et version digitale. Précommandes déjà en ligne ici.


Voodoo+vinyle

D’Angelo: Voodoo réédité en vinyle 180 grammes

Introuvable depuis plusieurs années, le chef-d’oeuvre de D’Angelo sera réédité pour la première fois en vinyle le 11 décembre prochain sur le label Light In The Attic. Une nouvelle édition en double vinyle 180 grammes avec pochette gatefold “tip-on” et enrichie de nouvelles liner notes signées Jason King et d’interviews de ?uestlove, Pino Palladino, Charlie Hunter, James Poyser, Alan Leeds et de l’ingé son Russell Elevado. Un pressage limité accompagné d’une photo promo de l’époque de Mark Guthrie.


Betty+Davis+B&W

Audio: Iggy Pop & Zig Zags “If I’m In Luck I Might Get Picked Up” (Betty Davis)

Pour célébrer son dixième anniversaire, l’excellent label Light in The Attic publie une série de reprises (Betty Davis, Wendy Rene, Serge Gainsbourg, Sixto Rodriguez) en 45 tours et téléchargement. Chaque single renferme la reprise en face A et sa version originale en face B. Iggy Pop et le groupe californien Zig Zags ouvrent le bal avec une relecture sabbathienne du “If I’m In Luck I Might Get Picked Up” de Betty Davis. Ça décoiffe !


Retour en haut ↑