James Brown Dallas 68 une

James Brown : Dallas 1968 en version intégrale vinyle

Enregistré à la fin de l’été 1968 -quatre mois après l’assassinat de Martin Luther King -, Say It Live and Loud, le concert de James Brown au Dallas Memorial Auditorium sera réédité pour la première fois dans son intégralité en double-LP le 12 octobre.

Aussi électrique que l’Olympia 1971, le show de Dallas met en avant un James Brown plus militant que jamais. Une grande première vinyle uniquement disponible en import US (informations).

Tracklisting
LP1
1. Show Introduction
2. If I Ruled The World
3. James Brown Thanks
4. Introduction to Say It Loud-I’m Black And I’m Proud
5. Say It Loud-I’m Black And I’m ProudJames Brown Dallas 1968
6. I Guess I’ll Have To Cry, Cry, Cry
7. That’s Life
8. Kansas City
9. The Popcorn
10. Soul Pride
11. Tighten Up
12. Suds

LP2
1. Introduction to Star Time
2. Licking Stick-Licking Stick
3. Cold Sweat
4. There Was A Time
5. Ballad Medley
6. Papa’s Got A Brand New Bag
7. I Got The Feeling. Maybe The Last Time
8. I Got You (I Feel Good)
9. Please, Please, Please
10. I Can’t Stand Myself (When You Touch Me)
11. Finale


Jazz Mag 709 une

James Brown et Prince dans Jazz Magazine

Daté septembre 2018, le n° 709 de Jazz Magazine consacre son dossier de couverture à James Brown. Double hommage au Godfather of Soul : un article de fond sur les mythiques concerts de la James Brown Revue à L’Olympia en mars 1971 comprend les souvenirs de Bootsy Collins et ceux des témoins privilégiés de ces performances historiques, dont DJ Domisoul, tandis qu’un portfolio d’illustres clichés signés Jean-Marie Périer revient sur son incroyable séjour passé auprès du maître en 1967.

Jazz Magazine s’attarde également sur la sortie le 21 septembre de “Piano & A Microphone 1983” de Prince via un entretien exclusif avec Lisa Coleman, membre de The Revolution et auteure des textes du livret de ce document inédit aux oreilles du grand public. Michael Howe, archiviste du Prince Estate et découvreur de la cassette enregistrée dans le home-studio de Prince évoque de son côté le contenu et les perspectives d’exploitation du légendaire Vault.

Et ce n’est pas tout ! Dans un copieux dossier intitulé “La galaxie jazz-funk”, Jean-Pierre Vidal brosse une galerie de portraits revient sur le meilleur de George Duke, Roy Ayers, Wayne Henderson, les Mizell Brothers et Patrice Rushen. Avec, en prime, quelques playlists commentées consacrées à David Axelrod et les Brecker Brothers, mais aussi aux labels Black Jazz, GRP et Groove Merchant.

Également au sommaire de ce numéro, Fred Pallem (qui révélera bientôt le nouvel opus de son Sacre du Tympan, “L’Odyssée”) a sorti de sa discothèque quelques 33-tours qui ont marqué sa vie de grand dévoreur de musique(s). Rencontre avec Madeleine Peyroux à l’occasion de la sortie de son nouvel album “Anthem”, sans oublier la rubrique culte “Le Jour J” : quand Wes Montgomery jouait avec John Coltrane !

Jazz Magazine n° 709 en kiosque le 31 août.

Jazz mag 709


ce-bruce_talamon_art_edition-image_02_06911

“Soul R&B Funk, Photographs 1972–1982″ en librairie

Photographe personnel d’Earth Wind & Fire et de Bob Marley, Bruce W. Talamon a immortalisé les plus grands artistes afro-américains au quatre coins du globe.

La quintessence de son travail unique, capté entre 1972 et 1982, sera publiée pour la première fois dans le courant du mois d’août par l’éditeur allemand Taschen. On retrouve dans Bruce W. Talamon. Soul. R&B. Funk. Photographs 1972–1982 près de 300 clichés iconiques de Marvin Gaye, Earth Wind & Fire, Stevie Wonder, Donna Summer, The Jackson Five, Diana Ross, James Brown, George Clinton, Gil Scott-Heron, Chaka Khan et bien d’autres.

Un ouvrage indispensable publié en édition simple, et, pour les plus fortunés, en version limitée à 500 exemplaires au format XXL (40 centimètres de hauteur) avec quatre tirages signés – Prix : 1250 € !

Book bruce_talamon_art_edition-cover_06911


JB's une

The JB’s de retour avec “We Came To Play”

It’s Staaaar time ! Disponible depuis quelques jours, We Came To Play marque le retour de la nouvelle configuration des légendaires JB’s de James Brown.

Les neuf titres originaux – dont une reprise explosive de “Soul Power”- de cet album studio comprennent la participation du directeur musical Tyrone Jefferson, membre des JB’s depuis la fin des années 1970, du bassiste Fred Thomas, accompagnateur du Godfather of Soul dès 1971 et de divers accompagnateurs de la carrière de James Brown, dont le trompettiste Hollie Farris, le saxophoniste Jeff Watkins et le percussionniste George “Spike” Nealy. (informations).

Découvrez ci-dessous le morceau-titre “We Came To Play” accompagné par le collectif de danseurs Lockinf4Life.

PS : Fred Wesley & The New JB’s donneront également un concert exceptionnel à Paris (New Morning) le mercredi 18 juillet.


I Got Funk

“I Got Funk-Time To Get Down” en CD et Vinyle

Les compilations CDs/Vinyles de Playoff Records ajoutent un nouveau volume à leur collection avec I Got Funk-Time To Get Down.

Disponible depuis le 15 septembre, cette sélection perpétue le mélange de classiques signés James Brown (“The Payback”), Kool & The Gang (“Jungle Boogie”, Ohio Players (“Skin Tight”) et The Fatback Band “(Are You Ready) To Do The Bus Stop”. Face à ces poids lourds, les compileurs ont aligné les moins connus, mais tout aussi culte “Sport” de Lightnin’ Rod, “The Message”, la réunion de Ben E. King et de The Average White Band et “It’s A New Day” de Skull Snaps et sa fameuse partie de batterie samplée plus de 400 fois !  Tracklistings CD et vinyles ci-dessous.

I Got Funk-Time To Get Down est disponible depuis le 15 septembre en vinyle. Version CD le 22 septembre (Play Off Records/Modulor).

Tracklisting CD

  1. James Brown – “The Payback”
  2. The Blackbyrds – “Do It Fluid”I Got Funk_front
  3. Black Heat – “The Jungle”
  4. Bobby Byrd – “If You Got A Love You Better (Hold On To It)”
  5. Maceo & The Macks – “Cross The Tracks”
  6. Skull Snaps – “It’s A New Day”
  7. Fred & The New JB’s – “Makin’ Love”
  8. Kool & The Gang – “Jungle Boogie”
  9. Lightnin’ Rod – “Sport”
  10. Ohio Players – “Skin Tight”
  11. The Bar-Kays – “Too Hot To Stop”
  12. AWB & Ben E King – “The Message”
  13. Cameo – “Funk Funk”
  14. The Fatback Band – “(Are You Ready) Do The Bus Stop”

 

Tracklisting vinyle

Face A

  1. James Brown – “The Payback”
  2. The Blackbyrds – “Do It Fluid”
  3. Black Heat – “The Jungle”
  4. Maceo & The Macks – “Cross The Tracks”
  5. Skull Snaps – “It’s A New Day”

Face B

  1. Kool & The Gang – “Jungle Boogie”
  2. Lightnin’ Rod – “Sport”
  3. Ohio Players – “Skin Tight”
  4. AWB & Ben E King – “The Message”
  5. Cameo – “Funk Funk”
  6. The Fatback Band – “(Are You Ready) Do The Bus Stop”


Soul cinema

“Soul Cinema !” de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan en vinyle pour le Disquaire Day

Depuis 2013, Fred Pallem & Le Sacre du Tympan proposent le spectaculaire programme Soul Cinema ! sur les scènes hexagonales avec un répertoire basé sur les compositions pour le grand écran de James Brown à Roy Ayers en passant par Curtis Mayfield, Bobby Womack et les maîtres du score groovy, de Quincy Jones à Lalo Schifrin.

Le 22 avril, Soul Cinema ! rejoindra la sélection 2017 du Disquaire Day avec la parution d’un vinyle 6-titres gravé aux studios Ferber en novembre dernier. Cet enregistrement 100% analogique propose entre autres des relectures de Quincy Jones (le medley “They Call Me Mister Tibbs/Money Runner”), Roy Ayers (“Aragon”, extrait de la BO de Coffy) et un hommage à L’inspecteur Harry réunissant les thèmes de Dirty Harry et Magnum Force composés par Lalo Schifrin. « Pour le vinyle, j’ai choisi les six instrumentaux où on s’amuse le plus avec l’impro, c’est ce que je voulais mettre en avant. Ça s’est fait naturellement. C’est un one shot, joué live pour un disque vinyle en série limitée. On a fait deux prises pour quelques titres, sinon c’était live, neuf musiciens et trois chanteurs, la Dirty Dozen ! », explique Fred Pallem dans les notes de pochette.

Trois titres bonus chantés en compagnie de Lisa Spada (“Superfly”), Dom Farkas (“You’re In My Arms Again”) et Hugh Coltman (“Down and Out in New York City”) seront également disponibles en bonus digitaux d’un vinyle collector édité à 500 exemplaires. 

Version numérique et version vinyle collector + numériques disponibles sur Bandcamp.

Tracklisting

Face A

  1. They Call Me Mister Tibbs/Money Runner (extrait de They Call Me Mister Tibbs/Dollars de Quincy Jones)Pallem Soul Cinema vinyle
  2. Movin’/Run Rita, Run ! (extrait de Blacula de Gene Page)
  3. Main Squeeze (extrait de The Lost Man de Quincy Jones)

Face B

  1. Magnum Force/Dirty Harry’s Creed (Dirty Harry/Magnum Force de Lalo Schifrin)
  2. Ampersand (extrait de Beyond the Valley of the Dolls de Stu Philips)
  3. Aragon (extrait de Coffy de Roy Ayers)

Bonus digitaux

  1. Superfly (interprété par Lisa Spada)
  2. Down and Out in New York City” (interprété par Hugh Coltman)
  3. You’re In My Arms Again (interprété par Dom Farkas)

 


Clyde Stubblefield

Disparition du batteur Clyde Stubblefield

Pilier du groove des JB’s de James Brown, le batteur Clyde Stubblefield s’est éteint le 18 février à l’âge de 73 ans. Cet ancien accompagnateur scénique d’Otis Redding avait rejoint la galaxie James Brown en 1965 et partagé le kit de batterie pendant six ans avec John “Jabo” Starks. Ce binôme a propulsé la production de James Brown vers des sommets rythmiques inégalés en participant aux éternels “Cold Sweat”, “There Was a Time”, “Mother Popcorn”, “Ain’t it Funky Now” et “Get Up (I Feel Like Being) a Sex Machine”, la Joconde du funk gravée en 1971.

En mars de l’année précédente, Clyde Stubblefield avait également enregistré le drumbreak le plus samplé de l’histoire avec “Funky Drummer”. De Public Enemy aux Beastie Boys en passant par Run-DMC et NWA, nombreux sont les rappeurs ayant recyclé les huit mesures de cette partie de batterie iconique. Prince, qui s’était également inspiré de ce break pour “Gangster Glam” (1991), avait rendu la politesse au batteur en lui offrant près de 80 000 $ afin de régler ses frais médicaux au cours des années 2000.

Victime de problèmes rénaux depuis 2002 et d’un cancer de la vessie, Clyde Stubblefield a perdu en ce début d”année son combat contre la maladie. Give the funky drummer some…



James Brown BD une

“Black and Proud”, la vie de James Brown en BD

James Brown BD-2Dix ans après la disparition de James Brown le 25 décembre 2006, rares ont été les hommages rendus au Godfather of Soul. Disponible depuis le mois dernier, Black and Proud, un superbe roman graphique signé par Xavier Fauthoux, vient réparer cette injustice.

Après avoir été imaginé sous la forme d’un film d’animation, l’auteur de Black and Proud a finalement opté pour une bande dessinée retraçant la vie et la carrière de James Brown. “À l’origine, il y a eu ce vidéoclip que j’avais réalisé dans le cadre d’un concours”, explique Xavier Fauthoux. “Les critiques ont été formidables et cela m’a permis de rencontrer Deanna Brown (une des filles de James Brown, ndr.). L’idée d’en faire un film est venue tout naturellement. MK2 me fait confiance et nous entrons rapidement en développement, mais, hélas, après un an de travail, tout est tombé à l’eau car l’équipe américaine du biopic officiel Get On Up ne nous a pas autorisé à utiliser la musique de James Brown*.”

De son enfance miséreuse, puis son avènement au début des années 1960 jusqu’à ses ultimes chefs-d’oeuvre des années 1970, Black and Proud propose une chronologie éclatée où l’histoire des mouvements civiques croise celle de James Brown et de ses fidèles lieutenants (Bobby Byrd, Maceo Parker, Fred Wesley, Bootsy Collins…). À lire en écoutant la discographie intemporelle du Soul Brother Number One !

James Brown, Black and Proud de Xavier Fauthoux (Hachette/Marabulles). 128 pages, 17,95 €.

15317945_605665349627980_4858032890428502980_n15542395_599163353611513_568561047296831845_n

* La société Inaudible Productions a bloqué les droits musicaux du catalogue de James Brown pour une période de 7 ans.


IMG_20170101_110922_633

Les meilleurs albums, rééditions et concerts de 2016

Comme chaque année, les lecteurs de Funk★U ont voté pour leurs coups de coeur soul/funk des douze derniers mois.

Découvrez ci-dessous vos albums, rééditions et concerts préférés de 2016, et bonne année 2017 !

Album de l’année

anderson-paak-malibu

1. Anderson .Paak Malibu

  • 2:  Michael Kiwanuka Love & Hate
  • 3 : Childish Gambino Awaken, My Love !
  • 4 : Mavis Staples Livin’ on a High Note
  • 5 : Maxwell BlackSUMMER’snight

 

Réédition de l’année

James-Brown_2014_Love-Power-Peace-Sundazed-LP-5470

1. James Brown Love Power Peace

  • 2 : Otis Redding Live at the Whisky a Go Go
  • 3 : 94 East (feat. Prince) 94 East (feat. Prince)
  • 4:  Marvin Gaye Volume Three 1971-1981
  • 5 : Betty Davis The Columbia Years 1698-1969 / The James Brown Revue Get Down at the Appolo

 

Concert de l’année

Larry Graham + M (Mathieu Chédid) live @ La Defense Jazz Festival 2016

1. Larry Graham & Graham Central Station feat. -M-

  • 2 : George Clinton & Parliament-Funkadelic
  • 3 : Michael Kiwanuka
  • 4 : Cory Henry & the Funk Apostles
  • 5 : Malka Family

(Résultats complets des votes).

Playlist


jamesbrownmickjagger

“Mr Dynamite : The Rise of James Brown” diffusé sur Arte

Marre de Miss France et des sempiternels bêtisiers de Noël ? Produit en 2014 sur la chaîne câblée américaine HBO, l’excellent documentaire Mr. Dynamite : The Rise of James Brown réalisé par Alex Gibney et produit par Mick Jagger est le “compagnon” du biopic Get On Up. Celui-ci s’attarde sur les témoignages directs de musiciens et proches du Godfather of Soul, parmi lesquels Bootsy Collins, Maceo Parker et Martha High, mais aussi Questlove, Chuck D, Rev. Al Sharpton, Clyde Stubblefield, Melvin Parker, Pee Wee Ellis, Mick Jagger et Fred Wesley. Visionnage obligatoire de ce document d’exception !

Good God ! Mr. Dynamite : The Rise of James Brown, diffusé sur Arte vendredi 23 décembre à 22h15. Durée : 120 minutes.


Mayer Hawthorne xmas

Écoutez la mixtape de Noël de Mayer Hawthorne

Exercice redouté, la tradition des albums de Noël donne parfois lieu à de bonnes surprises. La preuve avec Mayer Hawthorne, qui offre pour les fêtes sa propre mixtape à glisser sous le sapin : A Very Mayery Christmas Mix aligne des standards hivernaux soul, funk et hip-hop où l’on retrouve James Brown, Stevie Wonder, Donny Hathaway, Outkast, De La Soul, Snoop Dogg et Carla Thomas. Des titres de Tuxedo se sont aussi glissés dans la hotte…

Découvrez ci-dessous la mixtape A Very Mayery Christmas Mix de Mayer Hawthorne.

 Tracklisting

  1. Vince Guaraldi “Linus & Lucy”
  2. James Brown “Santa Claus Goes Straight To The Ghetto”
  3. Snoop Doggy Dogg “Santa Claus Goes Straight To The Ghetto”
  4. De La Soul “Millie Pulled A Pistol On Santa”
  5. Outkast “Player’s Ball”
  6. Outkast “Player’s Ball (Reprise)”
  7. Slum Village “Christmas Lugz”
  8. Tuxedo “Holiday Love”
  9. The Dogg Pound “I Wish”
  10. Hard Call Xmas “My Christmas Bells”
  11. Run DMC “Christmas In Hollis”
  12. Soul Saints “Santa Got A Bag Of Soul”
  13. The Miracles “Rudolf The Red-Nosed Raindeer”
  14. Donny Hathaway “This Christmas”
  15. Stevie Wonder “Someday At Christmas”
  16. Clarence Carter “Back Door Santa”
  17. The Treacherous Three “Santa’s Rap”
  18. Tuxedo “Wonderful Christmastime”
  19. Carla Thomas “Gee Whiz, It’s Christmas”
  20. James Brown “Soulful Christmas”
  21. The Emotions “What Do The Lonely Do At Christmas”
  22. Iron Phoenix “Natty Dread Christmas”

Capture-d’écran-2014-10-14-à-17.29.11-620x350

James Brown à L’Olympia 1971 en CD intégral

Plus de deux ans après sa parution en triple vinyle à l’occasion du Disquaire Day 2014, la version intégrale du mythique concert de James Brown à L’Olympia 1971 est désormais disponible en CD. Une édition SHM-CD paper sleeve publiée au Japon de Love, Power, Peace propose les 28 titres d’une performance herculéenne en compagnie de l’équipe A des JB’s, avec Boosty Collins, son frère Phelps à la lead guitar, Fred Wesley et John “Jabo” Starks à la batterie.

Cette version restaurée comprend les premières parties de Vicki Anderson et Bobby Byrd (cover explosive de “Signed, Sealed, Delivered, I’m Yours”) plus un titre en studio, la ballade “Who Am I” (Bootsy à la basse, James Brown aux drums), intialement insérée pour compléter une des six faces d’un vinyle resté inédit pendant près de 43 ans. On découvre ainsi une éclatante version de “Sunny”, le standard de Bobby Heb revisité avec brio par le JB Orchestra, et surtout une performance présentée dans sa continuité, une suite infernale de changements de braquets où les downtempos les plus soyeux (“Try Me”, “Georgia On My Mind”) dérapent sans prévenir dans le hard-funk primal (“Give It Up Or Turnit A Loose”).

À noter également la parution simultanée de Get Down At The Apollo With The J.B.’s, qui reprend également au format SHM-CD paper sleeve le double-LP 180-grammes paru lors du Disquaire day 2016 du show inédit enregistré à l’Apollo de New York en 1972.

Ultime précision : ces éditions importées du Japon seront disponibles chez nos camarades de Gibert Joseph.

Informations

Tracklisting Love, Power, Peace

CD 1
1. IntroductionJames-Brown_Love-Power-Peace+LP
2. Brother Rapp
3. Ain’t It Funky Now
4. Georgia on My Mind
5. Sunny
6. Intro Bobby Byrd
7. Signed, Sealed, Delivered, I’m Yours
8. I Need Help (I Can’t Do It Alone)
9. Intro Vicki Anderson
10. Don’t Play That Song (You Lied)
11. Yesterday

CD 2
1. Break & Intro · Announcement
2. It’s a New Day
3. Bewildered
4. There Was A Time
5. Sex machine
6. Try Me
7. Papa’s Got a Brand New Bag / I Got You (I Feel Good) / I Got The Feelin
8. Give it Up Or Turnit a Loose
9. It’s a Man’s Man’s World
10. Who Am I
11. Please, Please, Please
12. Sex machine (Reprise)
13. Super Bad
14. Get Up, Get Into It, Get Involved
15. Soul Power
16. Get Up, Get Into It, Get Involved (Reprise)
17. Finale


Retour en haut ↑