Donald Byrd Street Lady

“Street Lady” de Donald Byrd publié en version audiophile

Honni par les puristes, l’album Street Lady de Donald Byrd marque un tournant du label Blue Note, enclin à flatter les oreilles d’une jeunesse noire américaine attirée par le funk.

Pilier du mouvement hard-bop avec Horace Silver et Art Blakey, Donald Byrd grave cet album en plein choc pétrolier en 1973 et redonne une forme de légèreté au jazz grâce à l’entremise des frères Mizell, avec qui il a usé ses fonds de pattes d’éléphant sur les bancs de l’Université Howard à Washington, où Donny Hathaway et Roberta Flack firent aussi leurs classes.

Désormais disponible en SACD hybrid chez Vocalion, cette pépite a passé l’épreuve du temps sans perdre sa saveur, souvent samplée par la generation hip-hop – y compris par un certain Miles Davis sur Doo-Bop (1992).

Informations


the-blackbyrds-lg

Donald Byrd And The Blackbyrds : The Jazz-Funk Collection

Pour la première fois, une sélection de titres de Donald Byrd et de son groupe The Blackbyrds seront réunis dans The Jazz Funk Collection, une anthologie 3-CDs de 39 titres à paraître le 17 avril.

Donald Byrd roughs.qxp_Mass Production RoughsCe coffret proposé par SoulMusic/Robinsongs et distribué par Cherry Red Records s’ouvre avec “Lansana’s Priestess”, tiré de l’album Street Lady (1973) où le trompettiste distille près de huit minutes de surchauffe jazz-funk sous la direction des Mizell Brothers. Professeur de jazz à l’université d’Howard (état de Washington), Donald Byrd recrute à la fin des années 1960 un ensemble d’étudiants musiciens qui deviendront The Blackbyrds. Les incontournables “Blackbyrds Theme” et “Walking In Rhythm” seront bientôt suivis par “Rock Creek Park”, “Time Is Movin’” et le hit “Happy Music”.

Basé sur une sélection regroupant les sept albums studio des Blackbyrds enregistrés pour le label Fantasy, The Jazz Funk Collection s’achève sur une poignée de titres solo de Donald Byrd produits pour Elektra en 1978, dont “Love Has Comme Around” et la version maxi de “Sexy Dancer” (informations).

CD1


1. Lansana’s Priestess – Donald Byrd
2. Black Byrd – Donald Byrd
3. Love’s So Far Away – Donald Byrd
4. Witch Hunt – Donald Byrd
5. Flight-Time – Donald Byrd
6. Blackbyrds’ Theme – The Blackbyrds
7. Do It, Fluid – The Blackbyrds
8. Walking In Rhythm – The Blackbyrds
9. Dominoes – Donald Byrd
10. Rock Creek Park – The Blackbyrds
11. Change (Makes You Want To Hustle) – Donald Byrd
12. Happy Music – The Blackbyrds
13. Stepping Into Tomorrow – Donald Byrd

CD2

1. Wind Parade – Donald Byrd
2. Flying High – The Blackbyrds
3. Hash And Eggs – The Blackbyrds
4. Think Twice – Donald Byrd Featuring Kay Haith
5. Cornbread – The Blackbyrds
6. (Fallin’ Like) Dominoes (Live At The Roxy) – Donald Byrd
7. Science Funktion – Donald Byrd
8. Time Is Movin’ – The Blackbyrds
9. Dance Band – Donald Byrd
10. Dancing In The Street – Donald Byrd
11. Party Land – The Blackbyrds
12. Onward ‘Til Morning – Donald Byrd
13. Supernatural Feeling – The Blackbyrds

CD3

1. Street Games – The Blackbyrds
2. Lookin’ Ahead – The Blackbyrds
3. Thank You For Funking Up My Life – Donald Byrd
4. Have You Heard The News – Donald Byrd
5. Giving It Up – Donald Byrd
6. Pretty Baby – Donald Byrd
7. I Love You – Donald Byrd
8. Love Has Come Around – Donald Byrd
9. I Feel Like Loving You Today – Donald Byrd
10. I Love Your Love – Donald Byrd
11. Sexy Dancer (Original 12” Version) – Donald Byrd
12. Star Trippin’ (Original 12” Version) – Donald Byrd
Bonus Track
13. Gut Level – The Blackbirds

 


020713-music-donald-byrd-obit

Donald Byrd “Love Has Come Around: The Elektra Records Anthology 1978-1982″

Le 3 mars, les labels BBR et Cherry Red Records rassembleront quatre albums du trompettiste jazz-funk Donald Byrd dans un nouveau coffret 2-CDs remasterisés. Love Has Come Around: The Elektra Records Anthology 1978-1982 inclut Thank You… For F.U.M.L (Funking Up My Life) (1978), Donald Byrd & 125th Street N.Y.C. (1979) et les productions d’Isaac Hayes Love Byrd (1981) et Words, Sounds, Colors and Shapes (1982).

Cette plongée de 31 titres dans la phase disco/soul/jazz/funk/fusion du parrain des Blackbyrds sera accompagnée d’un livret de 16 pages (informations).

Tracklisting

CD1
1. Sexy Dancer
2. Love Has Come Around
3. Loving You
4. I Love You
5. Star Trippin’
6. Love For SaleDONALD-BYRD
7. Giving It Up
8. In Love With Love
9. Midnight
10. Have You Heard The News
11. People Suppose To Be Free
12. Your Love Is My Ecstasy
13. High Energy
14. Falling
15. Morning
16. So Much In Love

DISC TWO
1. Thank You For Funking Up My Life (12” Disco Version)
2. Pretty Baby
3. I Love Your Love
4. Close Your Eyes And Look Within
5. Forbidden Love
6. Veronica
7. Cristo Retendor
8. Marilyn
9. Butterfly
10. Gold The Moon, White The Sun
11. I’ll Always Love You
12. Everyday
13. SunningIn Your Loveshine
14. I Feel Like Loving You Today (Single Version)
15. I’m Coming Home


Break Beats une

Les Blue Break Beats de retour en CD et vinyle

Sortie au début des années 1990, la collection Blue Break Beats initiée par le légendaire label Blue Note Records a connu un succès retentissant. Ces trois albums compilent les titres originaux des géants du jazz funky, dont Herbie Hancock, Donald Byrd, Lou Donaldson, Grant Green et Gene Harris samplés et remixés par Kanye West, Eminem, Public Enemy, Beastie Boys, A Tribe Called Quest, Common, Pete Rock, Gang Starr, Ice-T, The Chemical Brothers, Wu-Tang Clan, Tricky, Bloodhound Gang, The Pharcyde, De La Soul, Madlib, Guru et… Madonna !

Devenus quasi introuvables, la collection Blue Break Beats sera de retour le 3 février en triple CD et triple vinyle incluant les 3 premiers volumes remasterisés, le tout à un prix attractif. Indispensable !

Tracklisting
Vol. 1Blue Break Beats Box Set_06007 5368668_PACKSHOT
01. Richard ”Groove” Holmes – Groovin’ For Mr. G – 4:13
02. Grant Green – Sookie, Sookie – 11:00
03. Lou Donaldson – Who’s Making Love – 6:45
04. Donald Byrd – The Weasil – 9:01
05. Eddie Henderson – Kudu – 6:07
06. Bobbi Humphrey – Harlem River Drive – 7:47
07. Jimmy McGriff – Blue Juice – 5:02
08. Grant Green – The Final Comedown – 3:28
09. Lou Donaldson – Turtle Walk – 7:54
10. Gene Harris & The Three Sounds – Your Love Is Just Too Much – 2:43
11. Donald Byrd – Blackjack – 6:17
12. Herbie Hancock – Oliloqui Valley – 8:26

Vol. 2
01. Donald Byrd – Street Lady – 5:39
02. Bobbi Humphrey – Jasper Country Man – 5:18
03. Eddie Henderson – The Kumquat Kids – 4:32
04. Gene Harris – Higga Boom – 6:00
05. Reuben Wilson – Orange Peel – 6:36
06. Jimmy McGriff – The Worm – 3:25
07. Lou Donaldson – The Caterpillar – 6:51
08. Grant Green – Ain’t It Funky Now – 9:52
09. Bobby Hutcherson – Ummh – 7:45
10. Blue Mitchell – Good Humor Man – 5:39
11. Donald Byrd – Beale Street – 5:25
12. Gerald Wilson – Viva Tirado – 5:44

Vol. 3
01. Cannonball Adderley – Walk Tall – 5:09
02. Lou Rawls – You’ve Made Me So Very Happy – 4:28
03. Lou Donaldson – Ode To Billie Joe – 6:32
04. Reuben Wilson – Sho-Nuff Mellow – 4:33
05. Jeremy Steig – Howlin’ For Judy – 4:38
06. Nancy Wilson – Son Of A Preacher Man – 2:54
07. Lou Donaldson – It’s Your Thing – 8:57
08. Gene Harris & The Three Sounds – Put On Train – 5:52
09. Gene Harris – Don’t Call Me Nigger, Whitey – 3:43
10. Donald Byrd – (Fallin’ Like) Dominoes – 4:32
11. Ronnie Foster – Mystic Brew – 4:08
12. Joe Williams With The Thad Jones & Mel Lewis Orchestra – Get Out Of My Life Woman – 3:21
13. Duke Pearson – Ground Hog – 3:03
14. Jackie McLean – Soul – 10:14




Bernard_Beloyd_Taylor

RIP Bernard ‘Beloyd’ Taylor

Songwriter méconnu, Bernard ‘Beloyd’ Taylor a fait carrière dans l’ombre d’Earth Wind & Fire. En 1976, la bande de Maurice White porte au pinacle “Getaway”, un morceau composé lorsqu’il était encore guitariste au sein des Sounds Of Unity And Love, un quintette de Cleveland spécialisé dans les reprises du répertoire Soul.

Après le succès planétaire de “Getaway”, Beloyd se lance en solo et signe l’année suivante “Get Into Your Life”, un morceau culte joué dans tous les clubs de la côte Ouest. Publié uniquement en 45 tours, ce disque est devenu un collector très recherché par les amateurs.

Dans l’ombre des grands, il joue les choristes pour Donald Byrd (Caricatures – 1976) et Gary Bartz (Love Affair – 1978) avant d’être rappelé par Maurice White. Au début des années 80. Beloyd écrit une poignée de chansons pour l’album Raise (1981) et Powerlight (1983) et restera dans l’entourage des membres d’Earth Wind & Fire.


Donald Byrd Montreux 73

Video : Donald Byrd, Montreux Jazz Festival (5/7/1973)

Après vous avoir proposé le concert de Donald Byrd au festival de jazz de Montreux en 1973 en audio, via le site Blue Note, voici la vidéo de ce show postée par un amateur sur Youtube. Gageons que la version officielle mixée en 1999 par Bob Belden, ne dorme pas éternellement dans un placard…

Setlist
Po-co Mania
You’ve Got It Bad Girl (Stevie Wonder)
“Untitled no. 3″
“Black Byrd”
“Flight time”

Line-Up
Donald Byrd (tp,flhrn)
Fonce Mizell (tp)
Allan Barnes (fl,ts)
Nathan Davis (sop,ts)
Larry Mizell (synt)
Kevin Toney (el-p)
Barney Perry (el-g)
Henry Franklin (el-b)
Keith Killgo (d,vcl)
Ray Armando (cga,perc).

Montreux Jazz Festival, Montreux, Switzerland, July 5, 1973




donald_byrd

Audio : Donald Byrd, Montreux Jazz Festival (5/7/1973)

En hommage à Donald Byrd, disparu le 4 février, le label Blue Note propose l’écoute intégrale du concert du trompettiste au Festival Jazz de Montreux, le 5 juillet 1973. Une performance éblouissante (dont une superbe relecture du “You’ve Got it Bad Girl” de Stevie Wonder) à écouter en suivant ce lien.

(Merci à Frédéric Adrian)

Setlist

  • 01 Introduction
  • 02 Poco Mania
  • 03 You’ve Got it Bad Girl
  • 04 Untitled no.3
  • 05 Black Byrd
  • 06 Byrd Introduces Band
  • 07 Kwame

Personnel:
Donald Byrd, Trumpet, Fluegelhorn, Vocals; Fonce Mizell, Trumpet, Vocals; Allan Barnes, Tenor Sax, Flute; Nathan Davis, Tenor Sax, Soprano Sax; Kevin Toney, Electric Piano; Larry Mizell, Synthesizer; Barney Perry, Electric Guitar; Henry Franklin, Electric Bass; Keith Killgo, Drums, Vocals; Ray Armando, Conga, Percussion.


donald_byrd

RIP Donald Byrd (1932-2013)

La rumeur circulait depuis hier, mais elle a été malheureusement confirmée aujourd’hui : le trompettiste Donald Byrd s’est éteint le 4 février à l’âge de 80 ans. On lui doit une carrière alternant le be-bop (il fut membre des Jazz Messengers d’Art Blakey), la fusion et le rhythm’n'blues et, bien sur, le jazz/funk avec les phénoménaux Blackbyrds, fondés en 1973. Bye bye, Blackyrd.

PS : En 2008, le batteur Keith Killgo racontait à Funk★U la création des Blackbyrds et les rapports “difficiles” qu’entretenait le groupe avec Donald Byrd.

Funk-U : Vous êtes un membre original des Blackbyrds. Comment avez-vous rejoint Donald Byrd ?

Keith Killgo : Quand j’étais au lycée à Baltimore, il y avait un groupe, le Left Bank Jazz Society, qui se produisait le dimanche. Aretha Franklin venait parfois jouer du piano avec eux, et un jour j’y ai joué avec Donald. Il m’a dit qu’il voulait former un groupe et m’a demandé si je voulais le rejoindre à la fac d’Howard University, à Washington. Moi, je voulais rester à Baltimore. Mon pote Kevin Toney est parti à Washington et au bout de deux ans, Donald ma reproposé de venir. Il y avait déjà Joe Chambers à la batterie, Reuben Wilson à la basse, Billy Harper au saxo et Barney Perry, qui a écrit « Walking In Rhythm », à la guitare. Mais  ça ne collait pas entre les jeunes et les vieux. Donald a viré tout le monde et nous a engagé avec Joe Hall. On a tout de suite trouvé le nom du groupe en nous inspirant de son premier album solo, Black Byrd.

Pourquoi Donald Byrd n’a-t-il pas produit le premier album éponyme des Blackbyrds en 1973 et a laissé la place à Larry Mizell ?

Parce qu’il ne savait pas ce qu’il faisait (rires) ! Fonce Mizell avait travaillé sur « ABC » et « I Want You Back » des Jacksons. Son frère Larry était in ingénieur en électronique. Ils étaient de jeunes producteurs, ils en savaient plus sur le studio que Donald. Il a tout appris d’eux. Fonce et Larry ont été très impliqués dans nos trois premiers albums. Peu importe ce que disent les pochettes, Donald s’est contenté de mettre son nom dessus, c’est tout (rires) !

Donald Byrd était professeur à l’université. Comment pouvait-il gérer à la fois le groupe, les enregistrements, les tournées et son métier d’enseignant ?

On jouait surtout le week-end et on ne faisait pas de très longues tournées à l’époque. Le système universitaire était très flexible, on pouvait se faire remplacer facilement en cas d’absence. Donald enseignait le jazz et l’histoire du jazz, ainsi que des cours sur le marketing et la protection légale des musiciens. Ca n’a pas empêché de nous quereller plus tard sur des histoires de nom et de royalties !

Propos recueillis par Wonder B et SlyStoned

 


Retour en haut ↑