Kent

Kent Records réédite 40 raretés soul pour ses 40 ans

Afin de célébrer les 40 ans du label de rééditions soul Kent Records, Ace Records lance dès aujourd’hui une campagne digitale en proposant 40 singles soul inédits sous ce format.

Au programme, des pépites signées Ike Turner & His Rhythm Kings, James Carr, Z.Z. Hill, BB King, Gene Walker et bien d’autres. Parue en 1982, la compilation For Dancers Only, la toute première sortie du label, est à nouveau disponible dans une liste complète à découvrir ci-dessous.

Lien Spotify

 2 décembre
“Selections From For Dancers Forty” – Various Artists
Walk The Chalk Line – The Teen Queens
Gonna Put It On Your Mind – Arthur Adams
You Changed Me - Teddy Reynolds
Here Comes The Judge – Larry & Tommy
Tramp – Foxfire feat. Johnny Adams
Freedom & Justice - Pace-Setters
Mr. Busdriver – The Teen Queens
Stand Up Straight And Tall – Jackie Shane
I’ll Let Nothing Come Between Us – Billy Watkins

9 décembre
Camel Walking – Ike Turner & His Rhythm Kings
Daddy’s Blues – Ike Turner & His Rhythm Kings

16 décembre
Knock On WoodZ.Z. – Hill
Midnight Hour – Z.Z. – Hill

23 décembre
 Flying High – B.B. King

30 décembre
What The World Needs Now – James Carr

13 janvier
What’s One More Lie - Milton Bennett

27 janvier
If I Could Turn Back The Hands Of Time – Arthur Wright Orchestra
Before It’s Too Late – Arthur Wright Orchestra

3 février
“Gimme Some Mod Jazz” - Various Artists
Never Make Your Baby Cry - Johnny Talbot
Chili With Honey – Danny Bell & The Bell Hops
Empire City – Gene Walker
Spoonful – Playboy Five
Mission Impossible – Johnny Gilliam
In The Dark – Dave Hamilton
El Tacos – Frenchy & The Chessmen

10 février “Valentine’s Soul”
When A Man Loves A Woman - Z.Z. Hill
You Send Me - Z.Z. Hill
Nothing Takes The Place Of You - Z.Z. Hill

24 février
Don’t Pull Away – Larry Banks
We Got A Problem - Larry Banks
Let’s Roll Up Our Sleeves – Larry Banks

10 mars
You Are My Sunshine – Jackie Shane

24 mars
I Can’t Help Myself (Sugar Pie, Honey Bunch) - James Carr & Barbara Perry

31 mars
“More Masterpieces of Modern Soul” – Various Artists
I Ain’t Givin’ Up – Ray Godfrey
You’ve Got To Try Harder - Ronnie Walker
Trying (Pt. 2) - 7 Days Unlimited
One More Chance – The Four Tees
Ride The Disco Train - The Moderations
I Believe – The New Experience feat Elayne Starr
I Wanna Stay High On You – Higher Feelings


Fela box 5

“Shakara” de Fela fête ses 50 ans en vinyle collector

Alors que l’exposition dédiée au pape de l’afrobeat se poursuit à la Cité de la musique de Paris, voici l’édition 50ème anniversaire de l’album Shakara.

Sixième volume de la série des rééditions anniversaire de la discographie de Fela Kuti, Shakara, sorti en 1972,  contient des paroles en Pidgin English, afin d’élargir l’audience de sa musique au-delà des locuteurs yoruba. Dans “Lady”, Fela met en avant l’adoption des habitudes sociales européennes au détriment de la culture africaine. “Shakara” est un morceau principalement instrumental chanté en Yoruba avec de stupéfiants arrangements de cor, des solos incisifs de Fela au clavier et du redoutable Igo Chico au saxophone ténor.

Shakara sera réédité sur plusieurs supports, dont un LP rose gatefold amélioré avec bande obi dorée. De plus, le groupe Ezra Collective a remixé et repris les morceaux de l’album sur un 45-tours bonus jaune. Cette édition spéciale proposée par Partisan Records sera disponible le 13 janvier 2023.


Protest Songs une

“Protest Songs & Soul-Funk Anthems”, la révolution groove en double-vinyle

En partenariat avec Wagram Music, Funk★U présente le double-vinyle Protest Songs & Soul-Funk Anthems.

Apparu dès la deuxième moitié du 19ème siècle, le mouvement des droits civiques provoque une onde sismique dans l’Amérique conservatrice des années 1960. Les discours vibrants des grands défenseurs de la cause noire sont bientôt relayés par les artistes de l’époque, à commencer par les fers de lance de la scène soul/jazz/funk, dont Gil Scott-Heron, Lee Dorsey, The Whatnauts, Doris Duke, Clarence Reid et bien d’autres. La révolution groove est en marche !

Protest Songs & Soul-Funk Anthems est disponible en double-vinyle et version digitale à partir du 25 novembre. Informations : https://lnk.to/ProtestSong

vinyle_mockup_fond_blanc

Tracklisting

Face-A

  • 1/ Gil Scott-Heron The Revolution Will Not Be Televised
  • 2/ Creative Source Harlem
  • 3/ Shirley Caesar Message for the People
  • 4/ T-Connection Crazy Mixed Up World
  • 5/ H. Rap Brown Excerpt From Speech #2 : Do Your Own Thing
  • 6/ Ice Time Will Tell

Face-B

  • 7/Angela Davis We’re Threatening the Oppressors
  • 8/ Pretty Purdie and The Playboys Watcha See Is Watcha Get
  • 9/ The Whatnauts Why Can’t People Be Colors Too ?
  • 10/ Johnny Hodges, Oliver Nelson & Leon Thomas Welcome To New York
  • 11/ Young-Holt Unlimited People Make the World Go Round

Face-C

  • 12/ Sir Joe Quaterman (I Got) So Much Trouble In My Mind
  • 13/ Skull Snaps It’s a New Day
  • 14/ Doris Duke Woman of the Ghetto
  • 15/ Clarence Reid Nappy-Haired Cowboy

Face-D

  • 16/ Don Julian & The Larks Message from a Black Man
  • 17/ Black and Blues A Toast to the People
  • 18/ Seven Seas Fight the Power
  • 19/ Lee Dorsey Yes We Can, Pt 1
  • 20/ Timmy Thomas Why Can’t We Live Together

 


Marvin gaye 76

Un concert inédit de Marvin Gaye en vinyle et CD

Paru à la fin des années 1990 en DVD , ce concert enregistré le 10 octobre 1976 au Edenhalle Concert Hall d’ Amsterdam refait surface en CD et vinyle chez Mercury Records.

Comme son titre l’indique, ce Greatest Hits Live in ’76  est une une collection des grands tubes de Marvin Gaye assez comparable à l’album Live At The London Palladium capturé la semaine précédente. Embourbé dans ses affaires de divorce, Marvin Gaye n’est pas au mieux de forme mais délivre une prestation honorable qui ravira les nostalgiques du catalogue sixties de la Motown (tracklisting complet ci-dessous). Pour amateurs avertis.

Marvin Gaye Greatest Hits Live in ’76. Disponible le 27 janvier en double-vinyle et CD Simple (Mercury/Universal).

Tracklisting :

1. All The Way Round
2. Come Get To This
3. Let’s Get It OnCapture d?e?cran 2022-11-22 a? 22.09.31
4. Ain’t That Perculiar
5. You’re A Wonderful One
6. Stubborn Kind Of Fellow
7. Pride & Joy
8. Little Darling (I Need You)
9. I Heard It Through The Grapevine
10. Hitch Hike
11. You
12. Too Busy Thinking About My Baby
13. How Sweet It Is (To Be Loved By You)
14. Inner City Blues (Makes Me Wanna Holler)
15. What’s Going On
16. Save The Children
17. You’re All I Need To Get By
18. Ain’t Nothing Like The Real Thing
19. Heaven Must Have Sent You
20. It Takes Two
21. Ain’t No Mountain High Enough
22. Distant Lover


The-Mighty-Mocambos-cut

Audio : The Mighty Mocambos “Theme From Beverly Hills Cop (Axel F.)”

Enregistré en 8-pistes à la veille de la pandémie, Scénarios, le nouvel album de la formation funk allemande The Mighty Mocambos, réunit des titres originaux et quelques reprises de choix.

Parmi celles-ci, qui comprennent des relectures solidement cuivrées de J.J. Cale (“Carry On”) et Barry White (“Let The Music Play” figure une réinterprétation funky d’”Axel F.”, le thème principal du Flic de Beverly Hills composé en 1984 par Harold Faltermeyer.

Découvrez ci-dessous “Theme From Beverly Hills Cop (Axel F.)” extrait de Scénarios, disponible en vinyle et version digitale depuis le 28 octobre (distribution : Mocambo Records/Golden Rules).


thriller40

Michael Jackson : les bonus de “Thriller 40″ titre par titre

40 ans après sa sortie, Thriller resurgit dans les bacs, avec une édition anniversaire sous la forme d’un double-CD. L’Estate de Michael Jackson jure que les 10 pistes bonus présentes sur cette cuvée 2022 sont totalement inédites, une promesse loin d’être tenue après écoute. Pour des raisons contractuelles et financières, les titres réalisés avec Quincy Jones restent (encore) au placard. Seuls deux titres, “Starlight” et “She’s Trouble”, déjà envisagés pour la réédition des 25 ans de Thriller en 2008, ont réussi à passer les mailles du filet. Découvrez le contenu de ce CD au mastering déconcertant, comme si les fichiers et bandes avaient été transférées sans chercher à homogénéiser  l’ensemble.

★★★★★★

1/STARLIGHT

Composée par Rod Temperton, “Starlight” est la première version de la chanson “Thriller”. Elle devait même donner son titre à l’album. Mais en studio, la sauce ne prend pas, et, selon la légende, Temperton rentre un soir chez lui et se réveille le lendemain matin avec un seul titre en tête: “Thriller”.  La légende est née. Disponible depuis longtemps sur le marché pirate, “Starlight” apparaît pour la première fois sur support officiel. Avec son instrumentation moins aboutie et des paroles aux antipodes du délire horrifique du “Thriller” final, cette version dévoile les coulisses d’un titre qu’on ne présente plus et qui est accessoirement devenu l’hymne d’Halloween.

 

2/GOT THE HOTS (DEMO)

Rod Temperton intervient à nouveau sur ce groove qui permet à Michael Jackson de donner – l’air de rien – une performance vocale plus aussi remarquable que sous-estimée, toute en sensualité et excitation contenues. Cette demo, sortie au Japon sur la réédition Thriller 25 (2008) se retrouve par la suite sur plusieurs compilations “King of Pop”, en Italie et en France (2009). En 1982, MJ range cette demo dans ses archives. Rod Temperton la retravaille pour le premier album de Siedah Garrett (Kiss Of Life, 1988) et la rebaptise “Babys’s Got It Bad”.


 

3/WHO DO YOU KNOW (DEMO)

Une boîte à rythme qui rappelle la fameuse Roland TR 808 introduit cette demo composée par Michael Jackson, et dont certains accents mélodiques font penser à d’autres titres confidentiels, comme “I’m So Blue” et “Fly Away” (tous les deux présents sur la réédition Bad 25). Au détour du pont musical, un sifflement rappelle celui entendu en intro de “Stranger in Moscow”, publié sur l’album HIStory en 1995. Une bonne idée ne se perd jamais, et la cuisine de ce “Who Do You Know” présente certaines idées rythmiques et mélodiques que le Roi de la Pop va prendre le temps de peaufiner pour ses futurs hits. “Who Do You Know”, “I Lost My Baby” chante Michael à plusieurs reprises : voilà une ballade assez triste et mélancolique, un registre souvent développé dans la riche discographie du Roi de la pop.


 

4/CAROUSEL

Sublime ballade, moelleuse à souhait et évincée à la dernière minute au profit de “Human Nature”, “Carousel” est un morceau de choix. Co-écrit par Don Freeman et Michael Sembello, elle déroule le fil inusable de l’histoire d’amour impossible. La demo enregistrée par Sembello entendue sur son propre site web dans les années 2000 fait des clins d’oeil aux Doobie Brothers, tandis que la proposition de Quincy Jones se la joue plus poppy. Déjà publiée en 2001 dans une version (très) raccourcie sur une réédition de Thriller, une autre, plus longue mais toujours amputée de quelques mesures,  fait surface, toujours et encore, sur les compilations italiennes et françaises “King of Pop” (2009). La voici de retour sur Thriller 40, mais dans une qualité sonore en deçà de ce qui existe déjà.


 

5/BEHIND THE MASK (MIKES’ MIX – DEMO)

Titre mythique né en 1979 entre les mains de Yellow Magic Orchestra en 1979, “Behind the Mask” fait partie des chansons que Michael Jackson a longuement hésité à placer en place de choix sur “Thriller”. Interprété par de nombreux artistes dont Greg Phillinganes, la version enregistrée par MJ apparaît sur le très controversé album Michael (2010, sur lequel figure les trois fameux titres fake des frères Cascio). La demo qui rejoint le tracklist de Thriller 40 porte bien son nom : la production se rapproche de celle de Yellow Magic Orchestra, mais les arrangements ne sont pas aboutis, et Michael tape des pieds assez fort pour que ça s’entende bien dans le mix. La guitare rythmique présente ici est conservée dans le mix de 2010. Quant au final, il rappelle celui de la version de Phillinganes sorti en 1985.


 

6/CAN’T GET OUTTA THE RAIN

“You Can’t Win” est le tout premier single de Michael Jackson chez Epic en 1979. Le label décide d’exploiter ce titre rescapé du projet The Wiz en format maxi single : un ambitieux mix composé de deux parties et alors distribué. La fameuse Part 2 est simplement recyclée par Quincy Jones et Michael Jackson pour créer “Can’t Get Outta The Rain”. Entre ces deux titres, un seul mot change : le “Rain” de 1982 remplace le “Game” de 1979. Quelques légers ajustements dans le mix, est l’affaire est jouée. Ce titre a servi de Face-B de plusieurs singles pendant la promotion de Thriller, avant d’être enfin pressé sur CD à la fin des années 2000. Anecdote : Michael n’est en réalité pas le premier Jackson a sortir un titre solo chez Epic : fou de rage de le voir partir à New York tourner The Wiz, son père Joe use de son influence pour que le plus jeune des frères, Randy sorte en 1978 un timide 45-tours solo, “How Can I Be Sure”, un an avant la sortie d’Off the Wall.


 

7/THE TOY (DEMO)

Première version de “Best Of Joy”, également exploitée pour l’album posthume Michael, “The Toy” fut composée pour le film de Richard Pryor du même nom. Souvent présente sur les listes de titres inédits qui dorment dans les coffres du Roi, “The Toy” est une ballade simple, dont les lignes mélodiques peuvent rappeler certaines chansons des Bee Gees. La prise vocale de Michael est évidemment différente de celle de “Best of Joy”, avec sur cette demo une mise en avant des chœurs, où la voix de tête est omniprésente et se démultiplie.


 
 

8/SUNSET DRIVER (DEMO)

Titre envisagé pour Off the Wall, puis retravaillé pendant la préparation de Thriller (d’où ce mix datant de 1982). Michael Jackson ne cesse de poser “Sunset Driver” sur sa table de travail. En 1990, alors qu’il planche sur Dangerous, il le confie à Teddy Riley : “Sunset Driver” change de direction et de nouveaux éléments mélodiques sont introduits. Ces derniers sont conservés sur le titre “Blood on the Dance Floor” publié en 1997.  Mais en 1982, “Sunset Driver” baigne encore dans un funk torride et survolté, avec la basse qui slappe à merveille. À noter que cette demo figure déjà dans le coffret Ultimate Collection (2004).


 

9/WHAT A LOVELY WAY TO GO (DEMO)

Sur une base piano / beatbox, “What A Lovely Way To Go” fait partie des chansons composées par Michael Jackson au milieu des années 1970. À cette époque, il cherche à quitter Motown avec ses frères pour un label qui leur donnera une réelle liberté artistique. Le jeune Michael, alors âgé de 17 ans, écrit des ballades dont les mélodies rendent souvent hommage à ses modèles, comme Stevie Wonder lorsqu’il livre “Blues Away” sur le premier album des Jacksons chez CBS en 1976. “What A Lovely Way To Go” puise son inspiration dans une zone assez floue, entre Elton John et les Beatles. Un titre anecdotique mais surprenant, avec des choeurs riches et très présents, et un Michael qui lance des “Everybody” pour donner encore plus de force au refrain, qui entre facilement dans la tête pour ne plus en sortir.

10/SHE’S TROUBLE (DEMO)

Titre composé par Terry Britten, Bill Livsey et Sue Shiffin, “She’s Trouble” fait partie des tracks sélectionnés en demi-finale pour Thriller. Finalement mis de côté, il sera proposé à d’autres artistes comme Scott Baio ou encore le groupe anglais Musical Youth qui finiront tous par l’inclure sur leurs albums respectifs. Contrairement à la version disponible en bonne qualité sur les marchés parallèles, la prise vocale sur ce mix est complète, finalisée. Pas tellement funk, et prenant des airs de sucrerie pop, “She’s Trouble” fait tourner son groove sans prétention, mais ne peut définitivement pas se mesurer aux chansons validées par le duo Jackson / Jones.

★★★★★★

Thriller 40 est disponible en double-CD et vinyle simple (sans les pistes bonus). Le label MoFi en profite pour commercialiser un vinyle One Step et un nouveau SACD en séries limitées. Une version digitale avec 15 pistes bonus permettent de redécouvrir des versions demos de quelques uns des titres empiriques (“Billie Jean”, “Beat It”, “Wanna Be Startin’ Somethin’” et “P.Y.T”) en plus de remixes ou version singles déjà éditées par le passé. Les clips mythiques “Beat It” et “Thriller” sont également disponibles en 4K sur les plateformes. Dans le cas de “Thriller”, le résultat est bluffant.


Richard Lecocq


Whatnauts une

“Whatnauts On The Rocks” réédité en vinyle

Bien connus des diggers (et des amateurs de notre collection vinyle Give Me The Funk!), The Whatnauts ont émergé de Baltimore à la fin des années 1960 avant d’enregistrer une poignée d’albums furieusement soul-funk.

Whatnauts On The Rocks, leur troisième LP paru sur Stang Records en 1972, contient l’archi-samplé “Why Can’t People Be Colors Too?”, aux côtés des irrépressibles “Only People can Save The World” et “I’m So Glad I’ve Found You”, featuring Linda Jones. A l’initiative du label Playoff Records, Whatnauts On The Rocks sera réédité en vinyle simple remasterisé le 18 novembre, agrémenté d’un morceau bonus : “Help Is On the Way” , un titre de 1981 samplé par De La Soul (distribution : Modulor).

Tracklisting

Side 1
1. You Forget Too Easy
2. Heads Up
3. Hurry Up And Wait
4. I’m So Glad I Found You
5. Only People Can Save The World

Side 2
1. Blues Fly away
2. Why Can’t People Be Colors Too ?
3. Ooh Baby Baby
4. Help is On The Way


20220131+SAY+SHE+SHE_SHOT+3+GROUP-117

Vidéo : Say She She “Prism“

Prism, le premier album de Say She She, le trio féminin de Brooklyn emmené par les voix de Piya MalikNya Gazelle Brown et Sabrina Cunningham est disponible depuis le 7 octobre.

Décrit comme appartenant à la catégorie “soul discodélique“, ce premier essai largement autoproduit se détache des clichés surexploités de la rétro-soul grâce à une subtile écriture mélodique et une réjouissante fraîcheur pop/funk. Prism bénéficie également de la contribution des Dap Kings Joey Crispiano et Victor Axelrod, de Max Charger (The Shacks), Bardo Martinez (Chicano Batman), Nikhil Yearwadekar (ex-Antibalas), Andy Bauer (Twin Shadow) et Matty McDermot (NYPMH).

Découvrez ci-dessous le clip de “Prism“ (distribution : Karma Chief Records/Modulor)


6xhdRe7-

“Afrodisiac“ de Fela réédité en vinyle pour son 50ème anniversaire

En marge de l’événement Fela à la Philharmonie de Paris, la campagne de rééditions vinyle de la discographie du Roi de l’afrobeat se poursuit avec la ressortie d’Afrodisiac.

Enregistré en 1972 aux mythiques studios Abbey Road de Londres sous la conduite du producteur Jeff Jarratt, Afrodisiac est réputé pour son titre ”Jeun Ko Ku”, une satire sur la gloutonnerie et le premier grand succès de Fela en Afrique de l’Ouest. En anglais approximatif, le titre signifie ” couper et désaltérer “, ce qui signifie ” manger et mourir ” en anglais courant. Sur le plan textuels, le titre le plus marquant est la dernière plage d’Afrodisiac ”Je’Nwi Temi” (“ne me bâillonne pas”), une critique de l’establishment politique et militaire nigérian et une défense de la liberté d’expression.

Afrodisiac – 50th Anniversary Edition sera disponible en édition limitée double-vinyle colorés vert-rouge le 2 décembre via Partisan Records.


Lehmanns

Vidéo : Lehmanns Brothers “Rain – Live Alhambra Studios“

Les Lehmanns Brothers sont de retour avec “Rain“, leur nouvelle vidéo enregistrée live aux Alhambra Studios.

Le groove du quintette originaire d’Angoulême  fusionne des accords jazz avec des éléments de hip-hop, neo-soul et electro sous les influences de Prince, James Brown, Maceo Parker, The Roots et A Tribe Called Quest. Après  l’EP The Youngling vol.1, en 2021, les Lehmanns Brothers continuent l’aventure en 2022 pour présenter The Youngling vol.2 à paraître en novembre prochain.

Cet EP de cinq titres a été capté dans un format de live session aux Alhambra Studios. Découvrez ci-dessous la vidéo de “Rain“ :

Lehmanns Brothers en concert à Paris (New Morning) le 9 novembre.


Jimmy Castor une

The Jimmy Castor Bunch : The Definitive Collection

En dépit de l’humour et l’irrévérence de son funk – comme en témoignent ‘Troglodyte (Cave Man)’ et ‘Bertha Butt Boogie’ - Jimmy Castor était un musicien sérieux qui a plus que mérité son surnom, “The Everything Man”. Il pouvait aussi bien chanter que jouer du saxophone, du piano, du vibraphone et de divers instruments de percussion, et comme si cela ne suffisait pas, il était également un chef d’orchestre, un arrangeur et un producteur accompli.

“Ce que nous allons faire ici, c’est remonter – très loin, dans le temps” : The Definitive Collection comprend 3-CDs et le hit “Troglodyte (Cave Man)”, l’histoire délirante d’un homme des cavernes racontée par Castor sur un groove brûlant, mais aussi les classiques “Potential“, “King Kong“, “Supersound“, “Bom Bom“ et “Space Age’ 12″ Disco Mix“, sans oublier ses reprises étonnantes d’Elton John, de Roberta Flack des O’Jays et son “Tribute“ à Jimi Hendrix.

 The Jimmy Castor Bunch The Definitive Collection (Robinsongs/Cherry Red). Coffret 3-CDs disponible le 11 novembre (informations).

Tracklisting

CD1Jimmy-Castor-cover-1500x1380-1

  • 1. Hey Leroy, Your Mama’s Callin’ You
  • 2. Southern Fried Frijoles
  • 3. Creation (Prologue)
  • 4. It’s Just Begun
  • 5. Troglodyte (Cave Man)
  • 6. You Better Be Good (Or the Devil Gon’ Getcha)
  • 7. Psyche
  • 8. L.T.D. (Life, Truth, & Death)
  • 9. Creation (Epilogue)
  • 10. Say Leroy (The Creature From The Black Lagoon Is Your Father)
  • 11. Luther The Anthropoid (Ape Man)
  • 12. First Time Ever I Saw Your Face
  • 13. Tribute To Jimi
  • 14. Paradise
  • 15. I’m Not a Child Anymore
  • 16. Soul Serenade (Remastered 2002)
  • 17. Bertha Butt Boogie
  • 18. E-Man Boogie
  • 19. Let’s Party Now
  • 20. Daniel

 

CD2

  • 1. Potential
  • 2. Hallucinations
  • 3. One Precious Word
  • 4. Love Train
  • 5. The Everything Man
  • 6. Maggie
  • 7. Supersound
  • 8. King Kong
  • 9. Bom Bom
  • 10. A Groove Will Make You Move
  • 11. Super Love
  • 12. E-Man Groovin’
  • 13. Dracula, Pt. I
  • 14. I Love A Mellow Groove
  • 15. Everything Is Beautiful To Me

 

CD3

  • 1. Space Age (12″ Disco Version)
  • 2. E-Man Par-Tay
  • 3. Maximum Stimulation
  • 4. The Return Of Leroy, Pt. 1
  • 5. Mind Power
  • 6. Tr-7
  • 7. Don’t Do That!
  • 8. Party People
  • 9. I Just Wanna Stop
  • 10. Need Your Lovin’

Machine une

L’album culte de Machine réédité en vinyle et CD

L’album éponyme de Machine est entouré de mystère. Supposé être sorti en 1972 sur le label All Platinum Records, il a complètement disparu sans laisser de trace et seuls quelques exemplaires semblent avoir survécu, ce qui en fait l’un des albums funk les plus rares de la planète. L’album, qui n’est connu que d’une poignée de collectionneurs acharnés, atteint des prix dépassant les 5 000 dollars lorsqu’il apparaît sur le marché des enchères, ce qui s’est produit quatre fois au cours des vingt dernières années.

Composé du chanteur-guitariste Michael Watson, du bassiste Curtis McTeer et du batteur Donald McCoy, trois jeunes musiciens de studio qui accompagnent leurs collègues du label The Whatnauts, le groupe distille un mélange incisif de hard-funk et de soul fiévreuse. Disponible en vinyle et CD à partir du 2 septembre, Machine réédité dans sa pochette originale et remastérisé par Colorsound Studio à Paris. La réédition comprend également un livret du journaliste Charles Waring, l’éminente plume soul du magazine Mojo.

Machine Machine (Wewantsounds/Modulor). Disponible en CD et vinyle à partir du 2 septembre Informations.

 


Retour en haut ↑