Aretha Box

Les inédits d’Aretha Franklin dans le coffret “Aretha”

Le nouveau coffret 4-CDs/2-LPs Aretha d’Aretha Franklin sera disponible le 20 novembre en CD et version digitale. Parmi cette sélection de 81 titres, 19 sont disponibles pour la première fois en CD et version digitale, dont des versions alternatives de ses hits incontournables, des démos, des raretés et des performances live, dont son éblouissante interprétation de “(You Make Me Feel) Like A Natural Woman” aux 38ème Annual Kennedy Center Honors en 2015. Afin de replacer la vie et la carrière d’Aretha Franklin dans leur contexte, ce coffret est accompagné d’un livret signé par Rochelle Riley, auteur et Directeur du département arts et culture de la ville de Detroit, et David Nathan, le journaliste musical et historien de la soul qui a interviewé Aretha Franklin le plus grand nombre de fois. Cette anthologie propose également un superbe artwork de l’artiste Makeba KEEBS Rainey, qui a retravaillé à sa manière une photo de la Queen Of Soul prise par le légendaire photographe Neal Preston. Ce nouveau coffret Rhino paraîtra peu de temps après la sortie de Respect, le biopic très attendu d’Aretha Franklin avec Jennifer Hudson dans le rôle principal. Une édition CD simple et double-vinyle incluant une sélection de 20 titres issus du coffret seront disponibles le même jour.

Présenté de manière chronologique, le coffret Aretha s’ouvre avec “Never Grow Old” et “You Grow Closer”, parus en 1956 sur son premier single distribué par J.V.B Records. Elle avait enregistré ces chansons à la New Bethel Baptist Church de Detroit, où son père C. L. Franklin avait été longtemps pasteur. Les 10 titres suivants retracent les années 1960 à 1966, lorsqu’Aretha Franklin était signée chez Columbia Records. Son premier single pour le label (“Today I Sing The Blues”), son premier single classé dans le Billboard Hot 100 (“Won’t Be Long”) et les hits R&B du Top 40 “Runnin’ Out Of Fools”, “One Step Ahead” et “Cry Like A Baby” sont inclus.

La majeure partie du contenu du coffret Aretha est dédiée à sa collaboration historique avec Atlantic Records entre 1967 et 1979, qui comprend cinq albums classés consécutivement à la première place du Top R&B. “My Kind Of Town (Detroit Is)” et “Try A Little Tenderness”, les deux premiers titres inédits de cette anthologie, sont des maquettes enregistrées en 1966 pour le producteur d’Atlantic Jerry Wexler en vue de son premier album pour le label. Dans “My Kind Of Town (Detroit Is)”, Aretha Franklin remplace le “Chicago” de la version de Frank Sinatra par un clin d’œil à Detroit, sa ville natale. Ce titre est disponible dès aujourd’hui en version digitale. Cliquez ci-dessous pour l’écouter.

Les plus grands hits d’Aretha Franklin sont également présents, à l’image d’”I Never Loved A Man (The Way I Love You)”, “(Sweet Sweet Baby) Since You’ve Been Gone” et son incontournable “Respect.” Au lieu d’avoir choisi les versions bien connues d’autres hits, cette anthologie propose également des prises alternatives de “Chain Of Fools”, “Rock Steady” et “Spanish Harlem”; des performances live de “Baby I Love You” et “Don’t Play That Song” et l’enregistrement de “Think” pour la bande-son de The Blues Brothers. Sa collaboration avec le producteur Quincy Jones au début des années 1970 est représentée par un trio d’enregistrements inédits incluant la chanson originale “The Boy From Bombay” et une étonnante version alternative du classique de Sondheim-Bernstein “Somewhere.”

Le coffret Aretha salue également ses meilleurs titres enregistrés pour Arista Records entre 1980 et 2007. Les hits “Jump To It” et “Freeway Of Love” font partie de cette sélection. Cette période comprend également un nombre de collaborations mémorables, dont “Sisters Are Doin’ It For Themselves” avec Eurythmics et le numéro un “I Knew You Were Waiting (For Me)” avec George Michael. Aretha réserve aussi de nombreuses surprises aux fans de longue date, parmi lesquelles les versions de travail et les maquettes des hits “Angel”, “Until You Come Back To Me” et “Brand New Me.” Le coffret propose également pour la première fois en CD et version digitale des apparitions télévisées avec Tom Jones (“It’s Not Unusual/See Saw”), Smokey Robinson (“Ooo Baby Baby”) et Dionne Warwick (“I Say A Little Prayer.”) Cette anthologie se referme avec des raretés comme sa reprise de “Someday We’ll All Be Free”, un titre de Donny Hathaway extrait de la bande originale de Malcom X, et son interprétation live bouleversante de “Nessun Dorma.”

Aretha Franklin Aretha (Rhino/Warner Records). Coffrets 4-CDs, 2-LPs CD simple et versions digitales disponibles le 20 novembre.

Tracklisting

CD1

1. “Never Grow Old”aretha_4cd_expanded

2. “You Grow Closer”

3. “Today I Sing The Blues”

4. “Won’t Be Long”

5. “Are You Sure”

6. “Operation Heartbreak”

7. “Skylark”

8. “Runnin’ Out Of Fools”

9. “One Step Ahead”

10. “(No, No) I’m Losing You”

11. “Cry Like A Baby”

12. “A Little Bit Of Soul”

13. “My Kind Of Town (Detroit Is)” – Demo *

14. “Try A Little Tenderness” – Demo *

15. “I Never Loved A Man (The Way I Love You)”

16. “Do Right Woman – Do Right Man”

17. “Respect”

18. “A Change Is Gonna Come”

19. “Chain Of Fools” – Alternate Version

20. “(I Can’t Get No) Satisfaction” – UK Single Version

21. “(Sweet Sweet Baby) Since You’ve Been Gone”

22. “Ain’t No Way”

23. “My Song”

24. “You Send Me”

25. “The House That Jack Built”

26. “Tracks Of My Tears”

CD2

1. “Baby I Love You” – Live

2. “Son Of A Preacher Man”

3. “Call Me” – Alternate Version *

4. “Let It Be”

5. “Young, Gifted And Black” – Alternate Longer Take *

6. “Bridge Over Troubled Water” – Long Version

7. “It’s Not Unusual/See Saw” – with Tom Jones *

(Originally Broadcast On This Is Tom Jones, October, 9, 1970)

8. “You’re All I Need To Get By” – Work Tape *

9. “Brand New Me” – Work Tape *

10. “Spanish Harlem” – Alternate Mix *

11. “Rock Steady” – Alternate Mix/Take

12. “Day Dreaming”

13. “Share Your Love With Me” – Live

14. “Don’t Play That Song” – Live

15. “Dr. Feelgood” – Live

16. “Spirit In The Dark” (Reprise with Ray Charles) – Live

17. “How I Got Over” (Single Edit) – Live

18. “Master Of Eyes (The Deepness Of Your Eyes)”

CD3

1. “Somewhere” – Alternate Version *

2. “Angel” – Work Tape *

3. “The Boy From Bombay” *

4. “Til It’s Over” – Demo *

5. “Oh Baby” (a.k.a. “There’s Something Magic About You”) – Demo *

6. “Until You Come Back To Me” – Work Tape *

7. “I’m In Love” – Alternate Vocal

8. “Without Love”

9. “Mr. D.J. (5 For The D.J.)”

10. “You”

11. “Something He Can Feel”

12. “Look Into Your Heart”

13. “Break It To Me Gently”

14. “When I Think About You”

15. “Almighty Fire (Woman Of The Future)”

16. “Ladies Only” – Short Version

17. “You Light Up My Life” *

18. “Ooo Baby Baby” – with Smokey Robinson *

(Originally Broadcast On Soul Train, December 1, 1979)

19. “Amazing Grace”

(Originally Broadcast On Royal Variety Performance, November 23, 1980)

CD4

1. “Think”

2. “I Say A Little Prayer” – with Dionne Warwick *

3. “United Together”

4. “Jump To It”

5. “The Wind”

6. “Freeway Of Love”

7. “Sisters Are Doin’ It For Themselves” – Eurythmics & Aretha Franklin

8. “I Knew You Were Waiting (For Me) – Aretha Franklin and George Michael

9. “Oh Happy Day” – with Mavis Staples (Live at New Bethel Baptist Church, Detroit, MI – July 1987)

10. “A Rose Is Still A Rose”

11. “Someday We’ll All Be Free”

12. “The Makings Of You”

13. “Nessun Dorma” – Live

14. “At Last” – with Lou Rawls *

(Originally Broadcast On American Soundtrack: Rhythm, Love And Soul, March 2003)

15. “You’ve Got A Friend” – Ronald Isley featuring Aretha Franklin

16. “Rolling In The Deep” – The Aretha Version

17. “My Country ‘Tis Of Thee”

18. “(You Make Me Feel Like) A Natural Woman” – Live *

(Originally Broadcast On The 38th Annual Kennedy Center Honors, December 19. 2015)

 

ARETHA (HIGHLIGHTS FROM THE BOXED SET)

2-LP Track Listing (également disponible en CD simple)

Face 1

1. “Never Grow Old”

2. “Today I Sing The Blues”

3. “One Step Ahead”

4. “I Never Loved A Man (The Way I Love You)”

5. “A Change Is Gonna Come”

Face 2

6. “Respect”

7. “Chain Of Fools” – Alternate Version

8. “Call Me” – Alternate Version *

9. “Rock Steady” – Alternate Mix/Take

10. “How I Got Over” (Single Edit) – Live

Face 3

11. “Master Of Eyes (The Deepness Of Your Eyes)”

12. “Until You Come Back To Me” – Work Tape *

13. “Something He Can Feel”

14. “You Light Up My Life” *

15. “Think”

Face 4

16. “Freeway Of Love”

17. “I Knew You Were Waiting (For Me) – Aretha Franklin and George Michael

18. “Someday We’ll All Be Free”

19. “A Rose Is Still A Rose”

20. “(You Make Me Feel Like) A Natural Woman” – Live*

(Originally Broadcast On The 38th Annual Kennedy Center Honors 12/19/15)

*Previously Unreleased Audio


Budos 2020

The Budos Band fête ses 20 ans avec un nouvel album

Pilier du label Daptone Records, l’octet new-yorkais formé par le guitariste Tom Brenneck et le saxophoniste Jared Tankel revient avec Long In The Tooth, un album cuivré aux inflexions psychédéliques.

Le sixième LP de The Budos Band forme une bande-son aux influences seventies à découvrir dès le 9 octobre prochain dans les bacs, en CD, vinyle et version digitale.

Découvrez ci-dessous son trailer et l’extrait “Gun Metal Grey”.



Give me the Funk vol3

Gagnez des vinyles de “Give Me The Funk ! Vol. 3″

En partenariat avec Wagram Music, Funk★U vous offre des exemplaires vinyle du troisième et dernier volume de la collection Give Me the Funk ! The Best Funky-Flavored Music.

« Si j’ai enregistré « Maggot Brain » sous acide ? J’ai TOUT enregistré sous acide ! ». Quand George Clinton raconte la création d’un des albums phares de Funkadelic, le Pape du P-Funk évoque indirectement la démesure et l’extravagance de la scène funk des années 1970. « Avec Funkadelic, nous faisions tout ce qui nous passait par la tête car je ne voulais pas qu’on nous range dans une catégorie. Nous avions une mission et nous étions complètement cinglés. Nous avons fait des choses qu’on aurait crues impossibles en studio. À partir de là, nous avons basculé de l’autre côté de la barrière, et on y est restés. » Dans le sillage des expérimentations délirantes du Dr. Funkenstein, les Ohio Players, sous l’impulsion du génial Junie Morrison, imaginent leur inénarrable Funky Granny, aïeule salace et personnage récurrent de leurs premiers LPs d’exception. Le fantasque frappe également là où on ne l’attend pas : après avoir excellé dans le registre des ballades soul, The Sylvers plongent à leur tour dans le bouillon funkadélique avec un « I Aim to Please » débraillé à l’envi, tandis que Curtis Mayfield troque avec succès ses luxuriants arrangements contre le fracas électronique des drum machines dans le dévastateur « Toot An’ Toot An’ Toot ».

Chantre de la blaxploitation depuis Superfly, Curtis Mayfield marque de son empreinte une série de bandes originales cultes et parfois méconnues : dans celle de Melinda (1972), son ancien partenaire des Impressions Jerry Butler délivre le prêche de « Speak The Truth to the People ». Aux côtés de ce downtempo teinté de sitar indien, Joe Simon signe la chanson générique érotico-orchestrale du thriller féministe Cleopatra Jones. Mais si les icônes glamour de la blaxploitation sont légion, peu de femmes cumulent encore les premiers rôles dans la production musicale, à l’exception de Patrice Rushen. « À l’époque, il n’y avait pas de plan marketing pour une musique qui appartenait à la fois au jazz, à la pop, au R&B et à la dance music », explique la prodige des claviers. « Au final, il n’y avait pas de problème une fois qu’on appréciait le résultat. On voulait simplement le faire découvrir à ses amis, et on ne se souciait pas de son genre. Je suis très heureuse d’avoir brouillé ces frontières musicales. » Dans « Hang it Up », ses interventions virtuoses au Fender Rhodes font écho aux envolées cosmiques de Lonnie Liston Smith, dont le stratosphérique « A Chance for Peace » conclut en apesanteur le troisième volume de cette collection.

Give me the funk, nothing but the funk !

Pour remporter les exemplaires vinyles mis en jeu, il suffit de répondre à la question suivante en nous écrivant à concoursfunku@gmail.com avant le vendredi 2 octobre. N’oubliez pas d’ajouter vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse postale) !

  • De quel album est extrait le titre “Toot An’ Toot An’ Toot” de Curtis Mayfield ?

Tracklisting Give Me the Funk !  (Volume 3)

FACE AGive me 3

  1. Bobby Byrd Back From The Dead
  2. Funkadelic Can You Get To That
  3. T Connection Funkannection
  4. The Sylvers I Aim To Please
  5. Patrice Rushen Hang It Up

 

FACE B

  1.  Joe Simon Theme From Cleopatra Jones
  2. Jerry Butler Speak The Truth To The People – Frankie’s Theme
  3. Ohio Players Funky Worm
  4. Curtis Mayfield Toot An’ Toot An’ Toot
  5. Lonnie Liston Smith and The Cosmic Echoes A Chance For Peace

Brief Encounter - I just Wanna Dance - SideA

Un 45-tours inédit de Brief Encounter

Connu et reconnu pour ses trouvailles de bandes masters disparues, le label Family Groove Records publie deux titres inédits de  Brief Encounter, un combo californien qui connut un succès d’estime dans les années 1970 avec son premier album prisé par les collectionneurs du monde entier.

« I Just Wanna Dance » enregistré en 1976 et « Making Love » gravé en 1984 sont disponibles en version bleue ciel tirée à 150 exemplaires et en vinyle noir (informations).


Prince Sott cover

“Sign of the Times” par l’ingénieure du son Susan Rogers

Témoin privilégiée des enregistrements mythiques de Prince, l’ingénieure du son Susan Rogers a participé à l’élaboration de Sign of the Times. Pour FunkU, elle se replonge dans le souvenir de l’élaboration d’un double chef-d’œuvre.

Funk★U : En réécoutant Sign of the Times, on se rend compte que l’album est extrêmement dépouillé, avec très peu d’orchestrations.
Susan Rogers : Sign of the Times était une période de transition pour Prince, qui était alors entre The Revolution et le groupe de Sheila E. Il n’était pas non plus en tournée à ce moment-là, et durant la période où nous avons travaillé ensemble, c’est le seul moment où il ne travaillait pas sur un film, ni sur la préparation d’une nouvelle tournée. Il avait donc beaucoup de temps pour enregistrer, et durant cette période de transition entre The Revolution et Sheila E., il devait enregistrer un album qui pourrait convenir à un nouveau type de groupe. Dans The Revolution, il y avait Wendy et Lisa, qui avaient suivi une formation classique et jazz, et qui avaient apporté un grand sens de l’harmonie dans sa musique. Le groupe de Sheila E. venait d’Oakland, dans la baie de San Francisco, et ils étaient nettement plus portés sur le funk. Durant l’enregistrement de Sign of the Times, Prince était conscient du type de chansons qui seraient le plus adaptées au style de Sheila E. et sur lesquelles elle pourrait l’accompagner, contrairement à celles qui convenaient mieux au style de The Revolution. Par conséquents, il enregistrait de nombreux titres funky et souvent minimalistes, à l’image de ceux qui allaient figurer dans The Black Album, mais en même temps, il enregistrait des chansons qui étaient purement du Prince, comme ” Sign of the Times “, la chanson-titre de l’album, ou encore ” Forever in My Life ” ou ” Hot Thing “, tous ces titres qu’il enregistrait seul dans son home-studio. Il avait également écrit de nombreux titres de Purple Rain de cette manière…
De plus, la construction de Paisley Park n’était pas encore terminée à ce moment précis, mais nous avions le meilleur home-studio possible depuis 1986. Il n’était pas très grand, il se trouvait dans sa maison, mais c’était presque un studio professionnel. Nous avions plus de matériel, et plus de temps pour travailler ses morceaux. Il était aussi extrêmement prolifique durant cette période, il écrivait tous les jours.

L’album est très dépouillé, mais le travail sur les voix est exceptionnel.
Oui, tout à fait. Prenez une chanson comme ” It ” et mettez-vous à sa place et imaginez-vous face du micro lors de sa prise vocale… Il avait toujours eu cette capacité, mais si on réécoute ses premiers albums, on se rend compte qu’il était encore en train de développer son falsetto. Il avait déjà cette tessiture, mais pas encore cette puissance, qui est venue au bout de quelques années d’expérience et de tournées. Pour ” If I Was Your Girlfriend “, il faisait ce que faisaient de nombreux producteurs à l’époque de l’enregistrement analogique en utilisant la technique de vari-speed. Il pouvait ralentir ou accélérer la vitesse de la bande pour changer le timbre de sa voix. Il avait découvert cette technique avant que je vienne travailler avec lui, en 1983. Il avait déjà utilisé ce procédé avec sa guitare sur ” Erotic City “, et nous nous en sommes aussi servis pour des parties de basse, ce qui marchait très bien, et sur la piste de batterie de ” U Got the Look “, qui était un titre très lent dans sa version originale. Il n’était pas satisfait de cette version, nous avons donc accéléré la bande et c’est la piste de batterie qu’on entend dans l’album. C’est pour cette raison que cette partie de batterie est très agressive et brillante.

Sign of the Times comprend aussi quelques-uns des plus grands titres soul de Prince, à l’image d’” Adore “…
Prince adorait les harmonies gospel et Il en parlait beaucoup en studio. Il aimait beaucoup les accords de 7ème et de 9ème. Il connaissait ses harmonies soul et R&B par cœur, et on l’entend très bien dans l’album Piano and a Microphone 1983. A travers ses doigts, on comprend qu’il connaît le jazz, le blues, mais aussi qu’il revient toujours à la pop, car Prince était un musicien pop qui possédait un bagage largement supérieur. Au moment de l’enregistrement de Sign of the Times, il écoutait beaucoup Hounds of Love de Kate Bush. Il aimait beaucoup True Blue de Madonna car Bernie Worrell jouait des claviers dessus. Pour son anniversaire, je lui avais offert une large sélection d’albums de Ray Charles car j’avais remarqué qu’il n’y faisait pas beaucoup référence.

SusanRogers_studio

Susan Rogers

Sign of the Times est aussi réputé pour ses incidents techniques lors de l’enregistrement.
Prince ne se souciait pas tellement de la perfection sonique. Notre rival, c’était Michael Jackson. Il était en Californie et il travaillait avec les meilleurs musiciens de séances de Los Angeles, il avait le meilleur ingénieur du son, Bruce Swedien, le meilleur producteur, Quincy Jones et le meilleur studio à Westlake Audio. Les albums de Prince étaient enregistrés dans le home-studio de sa propre maison et c’est la seule personne qui était à ses côtés, c’était moi. Prince ne s’intéressait pas beaucoup à la haute-fidélité, et il aimait ce côté cru, rough, à l’inverse des productions plus lisses de ses concurrents.

Dans le monde de Prince, un ingénieur du son devait travailler aussi vite que possible, rien ne comptait plus pour lui. Du coup, vous n’aviez pas vraiment le temps de vous lancer dans des expériences, il fallait préparer tous les réglages pour qu’il n’ait plus qu’à saisir ses instruments pour enregistrer sa chanson. Quand quelque chose ne fonctionnait pas, ce qui se passait souvent avec le matériel électronique, il était tellement obsédé par l’idée de continuer à créer qu’on ne pouvait pas l’arrêter. Il était vraiment contrarié à chaque fois qu’on interrompait son processus créatif. Il valait donc mieux lâcher prise et continuer en s’adaptant. C’est ce qui s’est passé sur ” The Ballad of Dorothy Parker ” par exemple : nous avions une nouvelle console, mais certains éléments de cette console n’étaient pas encore branchés, ce qui avait donné un aspect étouffé au son de la chanson. Mais Prince a aimé cet aspect, et nous n’avons pas retouché au titre. Dans ” Forever in My Life “, les chœurs ont été décalés involontairement lors du mixage, mais une fois encore, Prince a décidé de les conserver tels quels. Dans ” If I Was Your Girlfriend “, une piste de voix est légèrement saturée, et je grince des dents chaque fois que je la réécoute (rires). Je n’aime pas non plus le son de batterie de ” U Got the Look “, mais j’ai dû vivre avec.

Que pensez-vous de la nouvelle version remasterisée de l’album ?
Je n’ai pas réécouté l’ensemble de l’album, et je vais vous dire pourquoi : ces interviews me ramènent plus de trente ans en arrière et je dois me souvenir de la personne que j’étais à l’époque pour pouvoir m’exprimer sur cette période. C’est très difficile. J’entrais dans la trentaine, et je suis dans la soixantaine aujourd’hui. J’étais une débutante, et je suis maintenant une experte, j’enseigne à l’université et j’ai un doctorat. C’est très dur de réécouter tous ces titres aujourd’hui car ça m’éloigne beaucoup de qui je suis aujourd’hui… Dans les années 1980, on masterisait les albums pour le vinyle et il fallait contrôler les fréquences basses avec beaucoup de soin, car on risquait de faire sauter le diamant lorsqu’il passait sur le sillon. Bien sûr, il fallait faire aussi attention aux fréquences aigües et ce n’est plus le cas pour le streaming, où les aigus peuvent être plus aigus et les graves plus graves. De plus, je fais partie d’une génération qui a toujours été habituée au son du vinyle, et certains pourront se plaindre de déceler des différences entre ce nouveau mix et le mix d’origine. Mais se plaignent-ils car l’album ne sonne plus pareil, ou bien tout simplement car ils n’aiment pas le son. Chaque auditeur est différent, et chacun se fera sa propre opinion.

Vous souvenez-vous du cheminement des divers projets d’albums (The Dream Factory, Crystal Ball, Camille…) qui ont abouti à la création de Sign of the Times ?
Il faudrait être dans la tête de Prince pour pouvoir en parler. La plupart des artistes partent en tournée, puis rentrent chez eux pour écrire leur prochain album. Ils s’enferment pour écrire de nouvelles chansons, font appel à des musiciens pour faire des démos, puis à un producteur pour enregistrer l’album en studio. Ensuite, ils répètent les nouveaux titres avec un groupe puis repartent en tournée et ainsi de suite… Prince enregistrait tout le temps car il écrivait en permanence, ce qui signifiait que les projets d’albums pouvaient facilement se construire, ou bien s’écrouler très rapidement. Entre le départ de The Revolution et l’arrivée du groupe de Sheila E., son son avait évolué. Nous avions démarré The Dream Factory lorsque The Revolution était encore présent à ses côtés. Nous avions enregistré et mixé une série de titres, puis établi une séquence en vue d’un album. Prince aimait réécouter l’ensemble avant de prendre une décision. The Dream Factory était terminé, mais Il était clair que The Revolution n’allait pas durer, ce qui a précipité la fin de ce projet. Crystal Ball est arrivé ensuite, et Susannah Melvoin était une grande inspiration pour cet album. Après la séparation de The Revolution, Susannah était déchirée entre l’envie de retourner vivre à Los Angeles pour rejoindre sa sœur jumelle Wendy, ou rester à Minneapolis avec Prince. C’est ce qui a inspiré des chansons comme ” Big Tall Wall “, ” Crystal Ball “, ” Crucial “, ” Train ” ou encore ” Witness 4 the Prosecution “, autant de chansons décrivant les tensions dans leur relation. L’album Crystal Ball a finalement été refusé par Warner Brothers, qui ne voulait pas sortir de triple-album, puis Susannah est partie. Au final, ce départ a défini les chansons qui allaient terminer sur Sign of the Times.

Certains de vos titres préférés de Prince figurent dans les 3CDs de cette réédition Super Deluxe.
Absolument ! J’adore ” Witness 4 the Prosecution ” et ” Train ” qui est si funky. J’aurais aimé qu’il enregistre plus de titres de ce genre… J’aime aussi ” Crucial “, ” Big Tall Wall “, ” Crystal Ball “, qui est vraiment à part, et ” In A Large Room With No Light “. Je me souviens très clairement d’une version studio de cette chanson que nous avions enregistrée et mixée à Sunset Sound, et je ne comprends pas qu’elle ne figure pas dans ce coffret. C’est dommage, car c’est un grand titre. La version retenue est celle d’une répétition avec le groupe, car nous avions l’habitude d’enregistrer ces répétitions. De cette manière, il pouvait choisir sa version préférée. Ca ne voulait pas dire qu’il préférait ces versions en répétitions aux versions enregistrées en studio, mais qu’il essayait toutes les combinaisons possibles. Ces versions studio étaient comme un portrait peint, tandis que les versions en répétitions s’apparentaient plus à de grandes fresques murales. ” Strange Relationship ” en est un bon exemple. Nous l’avons enregistrée un nombre incalculable de fois, en studio, live, en répétitions jusqu’à ce qu’il en soit satisfait.

La version alternative de ” Power Fantastic (Live in Studio) ” est un autre grand moment de ce coffret.
” Power Fantastic ” est une chanson écrite par Lisa Coleman que j’avais enregistrée à Londres, aux studios Advision, avec Wendy & Lisa pendant que Prince tournait Under the Cherry Moon dans le Sud de la France. Il nous avait envoyé à Londres pour enregistrer quelques titres, dont ” Mountains “. Lisa a fait ensuite écouter ce morceau à Prince, qui a écrit les paroles et l’a finalement enregistré dans son home-studio, qui venait d’être tout juste terminé. Je n’oublierai jamais cet enregistrement : Wendy à la guitare et Lisa au piano étaient à l’étage. Bobby Z. et Brownmark étaient dans la cabine située à l’étage du dessous, respectivement à la batterie et à la basse, et Eric Leeds et Matt Blistan étaient aussi présents dans la pièce. Il n’y avait plus de place, ni de cabine libre pour Prince, qui était obligé de chanter sa partie vocale dans la salle de contrôle où se trouvait la console, et moi derrière. Le problème, c’est qu’il n’y avait pas assez de casques disponibles car le studio venait tout juste d’être terminé, et il n’était pas conçu pour accueillir tout un groupe. Il était assez petit, et il n’y avait pas assez de casques pour tout le monde. J’ai dû laisser le dernier casque à Prince, et je ne pouvais donc pas écouter la musique pendant l’enregistrement. Nous étions juste tous les deux derrière la console, et rappelez-vous qu’il exigeait toujours que les ingénieurs du son quittent le studio lorsqu’il enregistrait ses prises de voix. Mais ce jour-là, il n’avait pas le choix. Il m’a demandé d’installer le micro dans le coin le plus reculé de la salle, et pendant la prise, le seul son que j’ai entendu était celui de sa voix, à quelques centimètres de moi. C’était un moment incroyable, magnifique et extraordinaire.

Parlez-nous de la version originale ” perdue ” de ” Wally “.
Au moment de l’enregistrement de Sign of the Times, Prince allait se marier avec Susannah Melvoin, la sœur jumelle de Wendy, mais ils ont fini par se séparer et c’était un moment très dur à vivre pour lui. Elle est partie vivre en Californie, et il était vraiment très triste durant cette période. J’ai pensé qu’il allait se mettre à écrire une chanson inspirée par cette rupture, une chanson où il raconterait ouvertement sa peine, mais il écrivait surtout des titres festifs comme ” Housequake ” ou ” Play in the Sunshine ” à ce moment-là… Un matin, il m’a appelé pour me demander de venir au studio. Sur place, il m’a demandé de sonoriser le piano et d’installer les micros pour la batterie. Il est ensuite passé d’instrument en instrument pour interpréter la version originale de ” Wally “. C’était tellement beau, et si extraordinaire. Sur le moment, ça m’a fait penser à Stevie Wonder. C’était une magnifique chanson de rupture qui faisait ressortir tout le chagrin qui était en lui. Il jouait sur le mot ” Melody “, qui sonnait comme ” Malady “, et le refrain faisait ” Oh malady doll, oh my malady. “ Pour moi, c’était la chose la plus belle, la plus vraie et la plus profonde qu’il avait jamais enregistrée. Dès la fin de l’enregistrement, il m’a demandé de faire un mix rapide pour en faire une cassette, puis il m’a dit : ” ouvre les 24 pistes et efface-les. “ On se trouvait des deux côtés du lecteur de bandes et je l’ai imploré de ne pas le faire. Je lui ai dit : ” On n’a pas dormi de la nuit, peut-être que tu devrais te reposer et la réécouter demain matin quand tu auras les idées plus claires. Ne fais pas ça, s’il te plaît. “ Il m’a répondu : ” Si tu ne veux pas le faire, c’est moi qui le ferai “ et il a saisi la télécommande et il a effacé toutes les pistes… Quelques jours plus tard, il l’a réenregistrée, mais l’intention de la chanson était complètement différente. C’était la même chanson, mais avec une attitude différente, et c’est la version qui se trouve sur ce coffret. En ce qui me concerne, je n’ai jamais réentendu la version originale, mais Prince avait gardé cette cassette, mais je ne sais pas ce qu’il en fait. Il l’a peut-être jetée, ou donnée à quelqu’un, ou même perdue…

On trouve aussi trois titres composés pour Bonnie Raitt dans cette sélection, ” I Need a Man “, ” Promise to Be True “, ” Jealous Girl (Version 2) ” et ” There’s Something I Like About Being Your Fool “. Quelle est l’origine de ces chansons ?
Quand j’ai rejoint Prince en 1983, ces chansons étaient destinées à Vanity 6. En 1985, Prince est parti faire des repérages dans le Sud de la France pour Under the Cherry Moon. Je suis restée avec Bonnie Raitt, et Prince m’avait donné une liste de chansons du Vault sur lesquelles elle devait chanter et jouer de la guitare. Nous avons enregistré des maquettes, et c’était un moment très agréable car Bonnie est une personne passionnante. Quand Prince est revenu, il a écouté les chansons que nous avions enregistrées, puis il a eu une longue conversation avec Bonnie. Il lui a dit : ” je peux te donner ces chansons, mais je n’aurai pas le temps de travailler dessus car j’ai beaucoup d’autres projets en ce moment. “ C’est la raison pour laquelle ces chansons ont été abandonnées.

Une des grandes découvertes de ce coffret est la version alternative de ” Forever in My Life “. Existe-t-il d’autres versions alternatives de titres de Sign of the Times dans le Vault ?
Oui, et je pense encore à ” U Got the Look “, mais nous avons enregistré la version qui figure sur l’album par-dessus la version originale qui était beaucoup plus lente et dont nous avions accéléré la partie de batterie. Peut-être qu’un mix existe quelque part… Au départ, c’était presque une ballade, mais Prince n’en était pas satisfait, alors qu’il aimait beaucoup la version finale. Je pense que les fans seront très contents de découvrir la version originale d’” I Could Never Take the Place of Your Man “. On l’a ressortie du Vault, nous l’avons un peu modernisée et je suis très heureuse qu’elle fasse partie de ce coffret. Les parties de guitare sont incroyables… Au-delà de ces considérations, j’espère que le public comprendra à l’écoute de ces titres à quel point Prince était créatif. En l’espace d’un an, il pouvait produire autant de chansons qu’un autre artiste en dix ans.

Pensez-vous que Prince était au sommet de sa carrière durant cette période ?
C’est difficile de répondre, car il faut prendre en compte toute sa carrière. Purple Rain définit le sommet de sa première période créative. Controversy et 1999 guident Prince vers la consécration de Purple Rain, puis Around the World in a Day et Parade conduisent vers un autre sommet qui est Sign of the Times. Mais pour moi, Dirty Mind reste un autre sommet incontournable. Cet album représente une révolution artistique pour Prince. C’était un pari très risqué. Ce n’est peut-être pas le meilleur album de sa carrière, mais pour moi, tout son génie y est déjà présent. C’est un modèle de construction de carrière pour un artiste, le genre d’audace qui peut faire de vous un artiste à part entière et j’espère que les futurs historiens de la musique souligneront l’importance de Dirty Mind dans la carrière de Prince.

Propos recueillis par Christophe Geudin

Prince Sign of the Times Super Deluxe (Warner Records). Sortie le 25 septembre en éditions Super Deluxe (8CD+DVD / 13LP+DVD), Deluxe (3CD / 4LP 180-grammes) album remasterisé (2CD / 2LP 180-grammes couleur pêche) et versions digitales.


Monsta

Monsta, la production boogie de Bill Withers rééditée

Emmené par Carlton “Dirk” Poward, alors âgé de 17 ans, le groupe de San Francisco Monsta fait partie des nombreuses formations disco-funk aux rares productions recherchées par les collectionneurs du monde entier. Et pour cause : “Give Me Something Good”, l’unique chanson publiée en 1979 par Monsta, n’avait fait l’objet que d’un seul test-pressing gravé à 100 exemplaires produit par… Bill Withers !

Ce titre extrêmement rare et resté inédit pendant plus de 40 ans sera réédité le 3 octobre par le label Past Due Records. Ce maxi 45-tours collector au tirage limité sera accompagné d’un livret racontant l’histoire de Carlton “Dirk” Poward, du groupe Monsta et de l’implication de Bill Withers dans cette production boogie.


Nile Rodgers BBC 2020

Vidéo : Nile Rodgers & Chic “Good Times (Radio 2 Live At Home)”

L’été touche officiellement à sa fin, mais Nile Rodgers & Chic prolongent son esprit avec une version du classique “Good Times” filmée à distance pour l’émission Radio 2 Live At Home de la BBC.

Good times will be here again !


Prince SOTTSDE

Prince “Sign Of The Times Super Deluxe”

Sept mois séparent la première version de « Witness 4 the Prosecution » et sa deuxième lecture. Dans sa proposition initiale, un furieux rock Hendrixien enregistré live est interprété collectivement par un groupe réuni en studio. La seconde est un exercice solo 100% synthétique, uniquement porté par une voix, des programmations de claviers et le saxophone d’Eric Leeds. Entre les deux, Prince a dissous The Revolution pour s’embarquer dans l’aventure autocratique qui donnera naissance au légendaire Sign of The Times.

L’édition Super Deluxe du magnum opus de 1987 capture cette passionnante phase de mutation avec 47 titres inédits. Réparties sur 3-CDs et présentées de manière chronologique, ces excavations du fameux Vaut compilent les plages « perdues » de The Dream Factory, formidable essai pop-funk avorté dominé par l’aura de Wendy & Lisa, de Crystal Ball, la première configuration triple-LP de Sign of The Times, des chansons de Camille, l’alter-ego à la voix pitchée, et divers projets avortés, dont la tentative de comédie musicale The Dawn et une sélection de titres écrits pour des tiers, parmi lesquels Miles Davis, Sheila E., Joni Mitchell et Bonnie Raitt. Au-delà des titres studio mixés et prêts pour diffusion, on trouve aussi des prises alternatives d’extraits de Sign of The Times, des edits de répétitions (« And That Says What », « It Ain’t Over ’Til The Fat Lady Sings », « Soul Psychodelicide » par le line-up cuivré de The Revolution) et des versions extended jamais parues (« Wonderful Day » et un anecdotique Club Mix de Shep Pettibone pour « Strange Relationship »).

Le premier des trois volumes de cette offre pléthorique est marqué du sceau de Wendy Melvoin et Lisa Coleman, à la manœuvre sur l’extravagance Beatlesienne « All My Dreams », l’exercice Paisley Underground « Teacher Teacher », la valse-comptine « A Place in Heaven », les interludes instrumentaux « Visions » et « Colors », le carnavalesque « In a Large Room With No Light », la version psychédélisante de « Strange Relationship » – présentée pour la première fois dans son intégralité – et une fascinante prise inédite de « Power Fantastic », introduite par les instructions du maestro (« Ça ne sera peut-être pas la bonne, mais jouez ce que vous voulez et prenez du bon temps… »). Avec « Can I Play With U ? », témoignage superlatif de la rencontre au sommet avec Miles Davis période Tutu et le prototype synth-pop d’« I Could Never Take the Place of Your Man » gravé en 1979, ces classiques bien connus des collectionneurs constituent le meilleur d’un premier CD où les hits éclipsent quelques misses, à l’image d’un « Love and Sex » saturé et brouillon destiné à Sheila E. De même, « The Ballad of Dorothy Parker (With Horns) » est entravé par le saxophone intrusif d’Eric Leeds, tandis qu’une version 45-tours du labyrinthique « Crystal Ball », tronçonné à 3 minutes 30, fait figure de sévère coitus interruptus.

Désormais attribués à Sony Music, les droits d’utilisation d’une des plus légendaires créations Princières privent également l’auditeur d’autres extraits du coffret Crystal Ball paru officiellement en 1998, dont les incontournables « Movie Star », « Sexual Suicide » et « Last Heart ». Cette obligation contractuelle laisse toutefois place à une nouvelle série d’inédits de cette même période. Parmi les raretés du deuxième disque issu du Vault, les trois extraits de la comédie musicale avortée The Dawn alignent la somptueuse ballade « Crucial », dans un mix alternatif incluant les cordes de Clare Fisher, l’electro-funk glacé de « The Cocoa Boys » et l’uptempo « When The Dawn of the Morning Comes », qui préfigure à sa manière le frénétique « Trust » de la BO de Batman. Sont également alignés « The Ball », modèle go-go du « Eye Know » de Lovesexy, « Everybody Want What They Don’t Got », épatante miniature pop sous influence Fab Four, « Blanche », une 5QCDPR045jam Stonienne improvisée au Sunset Sound Studio, et l’élégant mid-tempo funky « It Be’s Like That Sometimes ». En milieu de parcours, la prise alternative de « Forever in My Life (Early Vocal Studio Run-Through) » définit un des sommets incontestables du coffret. Ici, le gospel electro minimaliste de Sign of The Times se pare d’un arrangement complet, avec guitare, basse, batterie et claviers pour une merveille mélodique digne des grandes ballades solos de Paul McCartney.
Moins satisfaisant dans son ensemble, le troisième et dernier volume d’inédits s’ouvre par un double-punch avec le funk laidback d’« Emotional Pump », offert de manière incongrue et finalement décliné par Joni Mitchell, et l’electro-rock abrasif de « Rebirth of the Flesh ». « Wally », la V2 opératique d’un grand titre perdu, et le gospel exubérant de « Walkin’ In Glory » tempèrent le quatuor de compositions anodines écrites pour Vanity 6 et adressées à Bonnie Raitt, qui les rejettera poliment (un « I Need a Man » astucieusement cuivré, « Jealous Girl » (version 2), « Promise To Be True » et le simili-reggae « There’s Something I Like About Your Fool »).

Occasionnellement en pilotage automatique, voire débordé par la gauche par son trop-plein créatif, Prince évolue entre fulgurances géniales, expérimentations multi-genres fascinantes et bon grain et ivraie dans cette généreuse somme parcourant les années 1985-1987. Il s’avère surtout un remarquable éditeur dont les choix judicieux ont permis d’aboutir à la réussite artistique totale de Sign of The Times. Présenté pour la première fois en version remasterisée*, l’album original est également augmenté dans son édition Super Deluxe par un disque de faces-B et de versions maxi, et surtout d’un concert donné en plein air au Stade de Galgenwaard d’Utrecht le 20 juin 1987. À l’instar de sa prise alternative proposée dans la sélection d’inédits studio, l’interprétation live de « Forever In My Life » est le point culminant d’un show dynamique et d’excellente facture, à l’image d’une tournée exemplaire érigée au rang de mythe. Durant plus de 13 minutes, Prince embarque 15000 bataves dans de longues improvisations folk-bluesy, avant de baisser le rideau sur un foudroyant « It’s Gonna Be a Beautiful Night », point final du versant audio d’un édifice (presque) à la hauteur de son illustre double-pilier central.

* Le lien d’écoute fourni par Warner Records ne permet pas de juger la qualité audiophile de ce nouveau remaster. De même, la vidéo du concert de Paisley Park du 31 décembre 1987 n’a pas été disponible en preview.

Prince Sign of the Times Super Deluxe (Warner Records)****. Sortie le 25 septembre en éditions Super Deluxe (8CD+DVD / 13LP+DVD / téléchargement et streaming des titres audio), Deluxe (3CD / 4LP 180-grammes / téléchargement et streaming) et album remasterisé (2CD / 2LP 180-grammes couleur pêche/ téléchargement et streaming).


Give me the funk vol2

Gagnez des vinyles de “Give Me The Funk ! Vol. 2″

En partenariat avec Wagram Music, Funk★U vous offre des exemplaires vinyle du deuxième volume de la collection Give Me the Funk ! The Best Funky-Flavored Music.

Á l’aube des années 1970, la révolution funk s’empare de la planète et des sous-genres musicaux. Le rhythm’n’blues se cale désormais sur The One, le premier temps du groove défini par James Brown, tandis que la soul s’électrise, à l’image du trio vocal The Detroit Emeralds dont les enregistrements — parmi lesquels « Baby Let Me Take You (In My Arms) » ­­— intègrent dorénavant des membres de Parliament-Funkadelic.

De l’autre côté de l’Atlantique, le groupe Cymande perce au Royaume-Uni grâce à sa fusion de soul, de funk et de rythmes afro-caribéens. « Soul Makossa », l’emblème afro-funk de Manu Di Bango, résonne également dans ce deuxième volume de la collection Give Me the funk ! The Best Funky-Flavored Music. Au moment du triomphe de « Soul Makossa », le label TK Records abrite à Miami les productions des époux George et Gwen McRae et du singer-songwriter et guitariste Willie Hale, alias Little Beaver. « Concrete Jungle », un de ses titres les plus emblématiques, sonne comme un écho à « Home Is Where the Hatred Is », un des nombreux chefs-d’œuvre d’un autre illustre auteur-compositeur : l’immense Gil Scott-Heron, le poète des jungles de béton.

Give me the funk, nothing but the funk !

Pour remporter les exemplaires vinyles mis en jeu, il suffit de répondre à la question suivante en nous écrivant à concoursfunku@gmail.com avant le vendredi 25 septembre. N’oubliez pas d’ajouter vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse postale) !

  • Pour quelle occasion Manu Dibango a-t-il composé “Soul Makossa” ? 

Tracklisting Give Me the Funk ! The Best Funky-Flavored Music (Vol. 2)

FACE A

  1. Blowfly Nobody’s Butt But Yours, BabeGive me 2
  2. The Detroit Emeralds Baby Let Me Take You (In My Arms)
  3. George McCrae I Get Lifted
  4. Brother To Brother Chance With You
  5. Gil Scott-Heron Home Is Where The Hatred Is

FACE B

  1. Manu Dibango Soul Makossa
  2. The Fatback Band Yum Yum (Gimme Some)
  3. Gwen McCrae All This Love That I’M Givin’
  4. Little Beaver Concrete Jungle
  5. Cymande Bra

AMPlified Soul

Audio : Amp Fiddler & Tomás Doncker “Change – The AMPlified Soul Remix”

Amp Fiddler, le claviériste/chanteur/songwriter/producteur (et ex-membre des P-Funk All-Stars de George Clinton) s’associe avec Tomás Doncker (ancien guitariste des cultes James Chance and the Contortions et de Defunkt) pour « Change: The AMPlified Soul Remix », une relecture Sly Stonienne de  « Change », un extrait de nouvel album de Doncker à paraître le 24 septembre sur le label True Groove Records.

Ce titre, proposé en exclusivité sur www.funku.fr, sera prochainement suivi par un EP à paraître d’ici la fin 2020. Stay tuned !

Découvrez « Change: The AMPlified Soul Remix » d’Amp Fiddler & Tomás Doncker ci-dessous


Prince 87 SOTT

Audio : Prince “I Need a Man”

Huit jours avant la sortie de la réédition augmentée de Sign O’ The Times, voici le dernier extrait inédit extrait de l’édition Super Deluxe du coffret.

“I Need A Man” a été enregistrée à la Washington Avenue Warehouse le 22 janvier 1987 en compagnie de l’ingénieure du son Susan Rogers.

Bien que la construction des studios Paisley Park allait encore prendre plusieurs mois, le label Paisley Park Records était en pleine expansion au moment où Prince a contacté Bonnie Raitt après l’avoir vue sur scène. “I Need A Man” est la première des quatre chansons qu’il lui a offertes.

Ce titre, initialement enregistré en août 1981 pour The Hookers, les futures Vanity 6, a été complètement remodelé pour Bonnie Raitt et remis à jour avec une batterie acoustique, des ajouts de claviers Fairlight et Mirage, des parties de saxophone, de trompette et la voix-guide de Prince. Toutefois, cette collaboration ne s’est pas matérialisée et cette nouvelle version d’”I Need A Man” a été remisée dans le Vault et est restée inédite jusqu’à ce jour.

Découvrez “I Need a Man” ci-dessous :


Bootsy Power

Vidéo : Bootsy Collins “The Power of the One” feat. George Benson

Bootsy Collins publiera son nouvel album studio intitulé The Power of the One le 23 octobre prochain.

Le successeur de World Wide Funk comprendra, outre une reprise de “If You Want Me To Stay” de Sly Stone, la présence de George Benson, Larry Graham, Branford Marsalis, Christian McBride, Victor Wooten, Dr. Cornel West, Brian Culbertson (claviers) des batteurs Steve Jordan, Dennis Chambers et des nouvelles jeunes recrues, dont les guitaristes Brandon “Taz” Niederauer (17 ans !), et Christone “Kingfish” Ingram.

Le 24 octobre, le lendemain de la sortie de The Power of the One en CD et version digitale – l’édition vinyle est prévue pour décembre -, Bootsy Collins donnera également une performance en livestream sur son site officiel.

Découvrez ci-dessous “The Power of One” le morceau-titre de l’album featuring George Benson à la guitare.


Retour en haut ↑