Interview Patrice Rushen une

Publié le 16 juillet 2019 | Par Funk-u

0

Patrice Rushen : “Mon label n’aimait pas Forget Me Nots”

Les années groove de Patrice Rushen sont à l’honneur dans la rétrospective Remind Me – The Classic Elektra Recordings 1978-1984. À la veille d’une campagne de réédition de son catalogue et d’un futur retour sur scène en solo, la virtuose des claviers revient sur une période phare de sa carrière. 

★★★★★★★★

Funk★U : L’anthologie Remind Me - The Classic Elektra Recordings revient sur les années groove de votre discographie. Vous avez démarré votre carrière dans le jazz. Cette évolution vers le R&B et le disco-funk a-t-elle été naturelle ?
Patrice Rushen : Oui, très naturelle. Ce sont des musiques que j’entendais depuis toujours. À côté du jazz traditionnel, j’écoutais les disques de la Motown, mais aussi les Beatles et beaucoup de pop music. Il n’y avait pas de catégories, le seul critère, c’était le plaisir que ces musiques procuraient, et c’était exactement ce que je voulais retrouver dans ma propre musique.

Pensez-vous que votre signature sur le label Elektra a encouragé cette évolution ?
Oui, je le pense. Elektra m’a donné une plateforme où les budgets de production étaient plus confortables. Je pouvais développer les arrangements, écrire pour les cordes et les cuivres tout en conservant le sens de l’improvisation et, surtout, celui du groove.

Patrice, votre premier album, est paru en 1978. Vous l’avez écrit, produit, arrangé et interprété, ce qui était une chose rare pour une artiste féminine à l’époque.
C’est vrai, je ne vois pas beaucoup d’exemples similaires… Mon entourage et mes proches m’avaient beaucoup encouragé depuis le lycée. La majorité de l’industrie musicale était alors dirigée par des hommes, et la plupart des groupes étaient composés de musiciens masculins, mais tout le monde m’a traité avec respect car j’étais une musicienne sérieuse et j’avais vraiment envie de jouer avec le plus de monde possible, au plus haut niveau. Pour y arriver, j’ai quand même dû fournir des efforts supplémentaires, car certaines personnes estimaient que je n’allais pas être à la hauteur. Malgré tout, ça ne m’a pas vraiment inquiété, et je n’ai jamais eu à m’en plaindre.

Patrice Rushen x

(Photo : Bobby Holland)

Lors de cette période, vous passez également d’instrumentiste à lead singer. Cette transition a-t-elle été facile ?
Oh oui (rires) ! J’en ris aujourd’hui car ce n’était vraiment pas prévu. J’adore chanter, mais avant de signer chez Elektra, je me servais uniquement de ma voix pour souligner les mélodies et ajouter un élément supplémentaire à ma musique. Passer en lead faisait partie de mon apprentissage, car j’avais besoin d’ajouter cette couleur supplémentaire à ma palette pour compléter mon évolution… J’ai aussi eu la chance de pouvoir travailler avec ma soeur Angela Rushen. C’est une excellente songwriter et elle a signé de nombreux textes sur tous ces albums. Elle a toujours été très à l’aise avec les mots, elle est devenue journaliste par la suite, et ça rendait les choses plus simples pour moi de l’avoir à mes côtés.

Les crédits de vos albums Elektra sont assez impressionnants : James Gadson, Paul Jackson, Jr., Larry Williams, Al McKay…
J’ai grandi à Los Angeles et tous ces musiciens étaient déjà des amis. J’avais rencontré Al McKay lorsqu’il jouait avec Earth Wind and Fire. À leurs débuts, ils avaient l’habitude de répéter dans mon lycée et notre professeur de musique nous avait demandé de leur donner un coup de main pour installer leur matériel, ranger la salle etc. J’avais quinze ans et je connaissais déjà tous les membres du groupe. Nous sommes devenus amis et lorsque j’ai enregistré mes premiers albums, j’avais des sons précis dans ma tête et je voulais qu’Al soit mon guitariste, ce qui ne lui a posé aucun problème. Plus tard, j’ai croisé James Gadson lors d’une séance studio. Après l’enregistrement, il est venu me voir et m’a dit : « je connais ta musique, je suis fan. » Je n’en croyais pas mes oreilles (rires) ! Après ça, ça été très facile de l’engager…

Patrice Rshen studio 1980

En studio à Los Angeles en 1980 (photo : Bobby Holland)

Avez-vous recruté personnellement tous les musiciens présents sur ces albums ou était-ce le choix du label ?
Oui, car Elektra ne s’impliquait pas réellement dans cet aspect de l’enregistrement. Ils voulaient simplement que la musique reflète une certaine sensibilité : du jazz, de la soul et du R&B accessibles, capables de faire danser et susceptibles de passer à la radio. C’était bénéfique pour moi, car j’avais les moyens de m’exprimer comme je le souhaitais. J’avais carte blanche. En revanche, ils faisaient la promotion des albums avec beaucoup de retard au lieu d’anticiper un éventuel succès…

Quelle est la signification de Pizzazz, le titre de votre album paru en 1979 ?
C’était un nom de code en studio entre musiciens. Chaque fois qu’on enregistrait quelque chose de spécial, de différent, on se disait « oh, that’s pizzazz ! ». Il n’y a pas vraiment de sens, c’était juste une expression qui sortait lorsqu’on sentait qu’on venait de créer un moment unique. « Haven’t You Heard », le premier single de Pizzazz, en faisait partie avec son introduction de cordes qui ne ressemblait pas à quelque chose de connu. Je me souviens que lors de la séance, les membres de l’orchestre étaient ravis de pouvoir jouer une chose dont ils n’avaient pas l’habitude. Et ils ne savaient pas qu’ils allaient être samplés des années plus tard (rires) !

On trouve dans Pizzazz une des vos plus belles ballades, « Seattle For My Love ».
Comme la plupart de mes chansons, tout commence par une idée de piano. Ensuite, la grille d’accords et la mélodie orientent le feeling général de la chanson. J’avais donné des idées à ma soeur pour qu’elle écrive des paroles de « Seattle For My Love » en lui disant qu’il s’agissait d’une chanson d’amour au message très clair. Le bassiste Freddie Washington vivait chez ma famille à l’époque, et nous avions passé beaucoup de temps à travailler l’arrangement sur mon petit magnétophone quatre-pistes. On rembobinait sans cesse la bande jusqu’au moment où nous avons trouvé la structure et le tempo idéal.

« Forget Me Nots », le plus grand hit de votre carrière, figure dans l’album Straight From The Heart, sorti en 1982. Vous souvenez-vous de la genèse de sa création ?
Oui, très clairement. Je répétais chez moi avec Freddie, on était en train de jammer et j’ai fait une pause pour aller boire un verre d’eau dans la cuisine. C’est à ce moment que j’ai entendu Freddie jouer une ligne de basse. J’ai immédiatement branché le magnétophone, il l’a rejouée et elle était tellement parfaite qu’il n’y a pas eu besoin d’ajouter quoi que ce soit. Il fallait juste écrire des accords autour de cette ligne de basse pour en conserver l’énergie, et comme ça que le morceau est né. Une fois de plus, le processus était très organique : on partait juste d’une idée intéressante qu’il fallait développer… Le plus drôle dans cette histoire, c’est qu’Elektra n’a pas aimé « Forget Me Nots » lorsqu’ils l’ont entendue pour la première fois ! Ils n’aimaient pas l’album non plus, même s’il contenait aussi « Remind Me » et « Number One » qui allaient également devenir des hits. C’était aussi une leçon pour nous : on croyait en notre musique et après cette expérience, nous avons commencé à donner des titres aux DJs pour découvrir les réactions dans les clubs. C’était la meilleure manière de savoir si un titre allait marcher, sans tenir compte de l’avis de la maison de disques. Nous avions aussi décidé de payer nous-mêmes les passages en radio, et c’est comme ça que « Forget Me Nots » a décollé instantanément.

Et deux ans plus tard, vous avez quitté Elektra.
Tout à fait (rires) ! Ils ont tout de même été très généreux avec moi, car au départ, ils ignoraient comment encourager une musique qui fusionnait tous ces éléments en même temps. Il n’y avait pas de plan marketing pour une musique qui appartenait à la fois au jazz, à la pop, à la R&B et à la dance music. Au final, il n’y avait pas de problème une fois qu’on appréciait le résultat. On voulait simplement le faire découvrir à ses amis, et on ne se souciait pas de son genre. Je suis très heureuse d’avoir brouillé ces frontières musicales, et je pense que cette volonté de ne pas vouloir catégoriser la réunion de ces genres a contribué à enrichir ma musique. C’est aussi ce qui la rend intemporelle, et c’est sans doute pour cette raison qu’elle est toujours d’actualité. Aujourd’hui, on ne la catégorise plus, on l’aime simplement et c’est le plus grand des compliments.

Depuis quelques années, vous êtes enseignante en plus d’être musicienne.
J’enseigne à l’U.S.C. (University of Southern California) Thornton School of Music de Los Angeles. Je dirige le Popular Music Program. Ce programme a été crée il y a dix ans, il est destiné aux étudiants en musique qui ne souhaitent pas suivre les programmes standards de jazz ou de musique classique. Il contient néanmoins des cours de musicologie et d’histoire de la musique. Nous enseignons l’histoire la pop music et son répertoire aux étudiants afin qu’ils comprennent qu’on ne peut avoir de Bruno Mars sans Jackie Wilson, James Brown, Prince ou Michael Jackson. Ils comprennent ainsi les connexions qui relient tous ces artistes et ils peuvent construire une base théorique à partir de laquelle ils pourront créer. Dans ce programme, on apprend aussi aux musiciens à pratiquer l’apprentissage de leur instrument en groupe, ce qui peut les faire progresser plus rapidement. Ce programme se rapproche au mieux de l’apprentissage d’un musicien appelé à devenir polyvalent, une qualité très importante de nos jours. Je suis très heureuse d’y participer et sur un plan personnel, c’est un vrai plaisir de pouvoir faire profiter de mon expérience et de passer le relais à mon tour.

Signature, votre dernier album studio, est paru en 1997. Avez-vous de projets solo en marge de cette série de rééditions ?
Yeah ! Je travaille sur quelque chose en ce moment, et la sortie de cette compilation et de ces rééditions va logiquement entraîner une demande pour des concerts. J’adorerais rejouer ces titres sur scène et je pense que le timing est bon car le public est aujourd’hui prêt à m’entendre jouer mes hits, mais pas seulement… Ces titres sont également appréciés par les nouvelles générations, notamment grâce au sampling, et j’ai très envie de partager ma musique avec ce nouveau public.

Propos recueillis par Christophe Geudin. Portrait d’ouverture : Sabrina Mariez.

Patrice Rushen Remind Me – The Classic Elektra Recordings 1978-1984 (Strut Records). Disponible le 19 juillet en versions 2-CDs, triple-vinyle et digitale. Rééditions prochaines en versions remasterisées de la discographie de Patrice Rushen.

Patrice Rushen 2019



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑