News michael-jacksons-journey-from-motown-to-off-the-wall.26559.16258_OffthewallThecreationofMichaelJacksonsAlbum_still2_SpikeLee__byKerwinDeVonish

Publié le 11 février 2016 | Par Funk-U Magazine

0

Preview : “Michael Jackson’s Journey from Motown to Off the Wall”

 Michael Jackson’s Journey from Motown to Off the Wall, le nouveau documentaire de Spike Lee consacré au King of Pop, était projeté hier soir à Paris pour la presse, quelques jours avant la sortie de la réédition Deluxe d’Off the Wall contenant l’album original et le DVD du documentaire le 26 février.

Jackson Off wallÀ l’inverse de Bad 25, réalisé par le même Spike Lee en 2012, ce document élargit le cadre d’un simple album pour explorer une période cruciale de la carrière de Michael Jackson : celle de son émancipation artistique au cours des années 1970. Une progression narrative abondamment illustrée culminant dans la deuxième partie du documentaire sur une analyse titre par titre des plages d’Off the Wall. Séquence déjà culte à la rédaction : le regretté Louis Johnson rejouant la ligne de basse insensée de “Get on the Floor” dans une émission métal 80′s ! Des Jacksons 5 aux Jacksons, de “Ben” (“une chanson sur un rat mort” !) à “Shake Your Body (Down To the Ground)”, de The Wiz à Off the Wall,   Michael Jackson’s Journey… bénéficie également de témoignages qualitatifs signés Gamble & Huff, Questlove, Berry Gordy, Stevie Wonder, Greg Phillinganes, Verdine White, David Byrne et, surtout, d’une foule d’archives rares et inédites, dont des extraits stratosphériques des tournées Destiny (1979) et Triumph (1981).

Souvent drôle, à l’image du sketch d’Eddie Murphy inspiré par “She’s Out of My Life”, et même parfois de manière involontaire (essaierait-on de nous faire croire que la nanar The Wiz serait le Citizen Kane du genre ?), le documentaire de Spike Lee n’échappe pas aux écueils du genre, avec ses débordements hagiographiques lors d’un final ampoulé et la présence d’un casting d’intervenants trop marketing-friendly pour être honnête (The Weeknd ? Pharrell Williams ? John Legend ?). Et ou est passé Quincy Jones, uniquement présent via des interviews d’époque ? Quelques maigres réserves face à un document qui, une fois n’est pas coutume, s’attarde sur la facette artistique et créative de Michael Jackson. À voir absolument !

 



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑