Album Betyy Davis 6869

Publié le 2 juillet 2016 | Par SlyStoned

0

Betty Davis “The Columbia Years 1968-1969″

Betty Davis “The Columbia Years 1968-1969″ SlyStoned

Summary: Les bandes perdues des séances produites par Miles Davis et Teo Macero refont surface. Réservé aux complétistes...

3


Jalousement conservées par quelques collectionneurs et inédites depuis près de cinq décennies, les sessions New-Yorkaises de Betty Davis se matérialisent en 2016 sous la forme d’un album somptueusement édité par les talentueux archivistes de Light in the Attic. En mai 1969, la future Reine du F.U.N.K. enregistre plusieurs séances aux studios Columbia sous la direction de Miles Davis et de son producteur Teo Macero en compagnie d’Harvey Brooks, Billy Cox (bassiste du Band of Gypsys), Herbie Hancock, John McLaughlin, Mitch Mitchell (Jimi Hendrix Experience), Wayne Shorter et Larry Young. Les neuf prises retenues de The Columbia Years 1968-1969 (dont les deux faces du single “It’s My Life” sorti en 1968) définissent davantage une carte de visite qu’un authentique album.

Betyy Davis 6869Le matériel proposé inclue quelques originaux de choix (“Hangin’ Out” et un “I’m Ready, Willing & Able” diablement Hendrixien) et des reprises de qualité variables : si le “Politician” de Cream, ici rebaptisé “Politician Man”, dose avec dextérité son intensité électrique, le “Born on the Bayou” de Creedence Clearwater Revival perd au change dans une relecture uptempo un brin brouillonne. À défaut d’être véritablement transcendants, l’accompagnement et les arrangements, malgré les forces en présence, s’inscrivent dans la bonne moyenne des productions soul/R&B de l’époque. La performance vocale de Betty Davis est déjà volontaire et affirmée, mais bien en deça de l’assaut en règle de son foudroyant premier album éponyme quatre ans plus tard.

Le généreux livret (une habitude chez Light in the Attic) offre une interview détaillée avec Betty Davis, qui revient sur l’ambiance de ces enregistrements et révèle l’origine de “Backseat Betty”, la composition de son futur ex-époux Miles, ainsi qu’un entretien éclairant avec Hugh Masekela, impliqué dans la création d’”It’s My Life”. D’un intérêt avant tout historique,  The Columbia Years 1968-1969 est une addition heureuse à la trop courte discographie de Betty Davis qui devrait ravir les complétistes.

Jacques Trémolin

Betty Davis The Columbia Years 1968-1969 (Light in the Attic) Disponible le 4 juillet en CD et vinyle.



Les commentaires sont fermés

Retour en haut ↑